Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Classes sociales : une nuisance pour le commerce
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17165
Mar 20 Déc 2011 20:24
Message Classes sociales : une nuisance pour le commerce
Un recadrage avant de donner la brève constatation qui suit plus loin.

Si vous êtes pressé(e)s, vous pouvez passez directement à la section suivante.

Recadrage préalable


Par dégoût du capitalisme, des gens en arrivent à jeter l’opprobre sur tout et n’importe qui soit lié de quelques manières à la notion de budget ou d’argent, et le commerce n'y échappe pas, quand on voit des raisonnements du style « Capitalisme = Vilain, donc, Commerce = Vilain ». Mais le capitalisme, est une croyance concernant la gestion de l’économie et du commerce, il n’est pas le commerce ou l’économie, et faire déteindre les accusations concernant une partie vers le tout, c’est comme dire que parce que un certain boulanger fait du pain ranci, la notion de boulangerie est une mauvaise chose. Maintenant, peut‑être que le raccourci arrange aussi quelques doctrines, ce qui pourrait expliquer ce raccourci, tantôt fruit de l’ignorance, tantôt fruit d’une manipulation volontaire.

Le commerce pourtant n’est qu’une gestion des ressources, qui ne sont jamais infinies (même pas dans le monde numérique). Pour situer sa nature, on pourrait le résumer par quelques devises, comme « Si je veux ça, je devrai peut‑être faire le choix de me passer de ceci, je ne peux pas tout avoir », ou « En achetant ceci, je cautionne et finance le développement de ceci », ou « Si une chose coute cher, c’est parce qu’elle en coute tout court », etc, et ceci ne valant que dans le contexte imaginaire d’une économie saine, c’est à dire ou les prix des choses ne sont pas altérés par des taxes inégales, où le vol de ressource individuels ou collectives n’a pas lieu, et où le prix des choses à tout les niveaux et de toutes natures; est entièrement prix en compte.

Comment les classes sociales sont une nuisance pour une économie saine


Une introduction qui va parler toute seule.
quelqu'un sur le forum, qui, c’est pas important a écrit : 
Et puis une cinquante d’euros c’est tout de même très honnête, pour ne pas dire donné, quand on voit comment c’est écrit.

Il n’en faut pas plus pour comprendre le problème, même s’il ne s’arrête pas là. Il n’est même pas nécessaire de replacer dans le contexte ni de dire de quel produit parlait ce membre, 50€, c’est dans l’absolu, beaucoup pour certaines personnes, et à peine le budget d’un samedi soir en ville pour d’autres.

Dans ces conditions, comment fixer un prix correcte pour une chose, qui recherche l’optimum entre le cout réelle des choses et l’amortissement par le nombre quand cela est pertinent ? Vous allez fixer un prix qui sera correcte pour certaines personnes, qui sera excessif pour d’autres, et dérisoire pour d’autres encore.

C’est exactement comme si le prix n’était pas le même pour tout le monde ! Ce qui équivaut à anéantir ce qui fonde les équilibres commerciaux. La simple existence des classes sociales, anéanti toute possibilité d’une politique tarifaire correcte, et vous allez, sans le vouloir, saigner certaines personnes et vous faire abuser par d’autres.

Restreindre une économie à une certaine classe sociale est‑il une solution alors ? Malheureusement, comment vérifier le salaire d’une personne au moment de lui accorder la vente d’un service ou d’un produit ? Autant dans certaines circonstances, les gens aiment à mentir sur leur salaire en le prétendant plus élevé qu’il ne l’est, autant dans ces autres conditions, on peut être assuré qu’ils s’empresseront de mentir pour le prétendre plus faible qu’il ne l’est.

Autre option, comme il n’est pas possible d’avoir une politique économique classes‑sociale par classes‑sociale pour les deux raisons données plus haut, alors est‑il envisageable de faire une politique ciblant une classe sociale en particulier, sans s’assurer de vérifier que les clients en sont ?

Ce sera un échec, puisque c’est déjà comme cela que les chose se passent, et on voit le résultat. Une personne appartenant à une classe sociale, va évaluer les prix selon sa propre classe sociale, et adopter une politique tarifaire en conséquence. Une personne d’une autre classe sociale, en fera autant, mais pour sa classe sociale. Le bilan est que les pauvres vont vendrent pas cher, et les riches vont vendrent cher, et ainsi, l’économie chez les riches, siphonne l’économie chez les pauvres, car les flux financiers iront des pauvres vers les riches, et faiblement dans l’autre sens (comme dans une canalisation équipée d’un clapet anti‑retour).

Résumé


Une économie saine est impossible en la présence de classes sociales, les classes sociales riches finissant toujours par absorber la monnaie pour l’introduire dans un circuit fermé d’où elle ne sortira plus — le circuit fermé des riches —, condamnant l’économie des classes sociales pauvres, à l’anémie.

Ce n’est pas seulement la politique de création de la monnaie par la dette qui détruit l’équilibre de l’économie, mais aussi les classes sociales. Pour espérer redonner une bonne santé à l’économie et au commerce, il faut donc en finir avec les classes sociales, qui anéantissent l’espoir de définir honnêtement la valeur des choses, ce qui est pourtant la condition d’une économie saine et d’un commerce honnête, condition de sa définition.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron