Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Extrait de dialogue de « Le chat du rabbin »
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17801
Sam 11 Juin 2016 00:06
Message Extrait de dialogue de « Le chat du rabbin »
Un extrait du dialogue du film d’animation que je joins plus bas, « Le chat du Rabbin », une histoire de Juifs, de Musulmans, de Chrétiens et de transfuges communistes, se déroulant en Algérie. Pour situer rapidement, au moment de cet extrait de dialogue, le Rabbin, le Musulman et les deux transfuges communistes sont en route vers l’Éthiopie, que des Russes pensent être une terre Juive. Le chat du Rabbin a été piqué par un scorpion alors qu’il croyait débusquer une souris, et il a fallut l’amener chez une personne religieusement susceptible, mais connaissant un soin pouvant sauver le chat. Un des deux transfuges communistes est en train de peindre le prince de cette personne.

De 00:53:54 à 00:55:14 :

Dialogue dans « Le chat du rabbin » a écrit : 
— Maudits ! Qu’êtes‑vous en train de faire !
— Du calme mon frère, cet ami fait juste le portrait de ton prince pour le remercier de son accueil.
— Quel sorte de Musulman es‑tu pour ignorer que le Saint Coran prohibe la représentation de la figure humaine !
— Un Musulman qui a mieux lu le Coran que toi, mon frère …
— Tu mens !
— Tu me traites de menteur devant ton prince ? Voici un exemplaire du Saint Coran ; trouves un seul passage qui interdise à mon ami de faire un portrait du prince !

— L’ami demande s’il doit arrêter peindre.
— Non, je crois que notre tradition se méfie surtout des statues, car elles mènent à l’idolâtrie. La silhouette qui se tient dans un cadre, ne projète pas d’ombre, elle est moins néfaste. Il me semble que mes descendants seront heureux de voir à quoi je ressemblait.

— Ah‑ah, c’est pas la peine, tu interdis nous parler religion, ah‑ah !
— Je sais, j’ai eu tord, mais moi aussi je suis susceptible ; ça fait 75 ans que j’arpente cette planète en rendant grâce à mon prophète cinq fois par jours, je ne supporte pas qu’un gamin en colère vienne me donner des leçons de religion. Croyez moi, notre dieu n’est pas haineux, il aime la science et les arts, il n’est jamais aussi heureux que quand ses enfants sont paisibles. Quel dommage qu’il laisse tant d’ignorants parler en son nom.


Les dialogues de ce film d’animation sont assez magnifiques et perçants. Il parle de rêve, d’utopie, de dialogue inter‑religieux, et d’intégrisme religieux, d’amour sous plusieurs formes.

Attention : la scène qui suit celle de l’extrait de dialogue cité plus haut, est une scène dure, à ne pas faire voir à des enfants. Ce dessin‑animé n’est pas un dessin‑animé pour enfant.

Le chat du rabbin — Antoine Delesvaux, Joann Sfar — 2011

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet