Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

L’éducation : la dissocier du travail et la réformer
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15524
Jeu 6 Aoû 2015 01:48
Message L’éducation : la dissocier du travail et la réformer
Ce sujet est posté en politique plutôt qu’en société, parce qu’il concerne finalement la nécessité d’une décision politique, et parce qu’il n’y a pas de section « Éducation » dans le forum.

Stéphane Bonnéry parle des causes techniques de l’échec scolaire dans les deux premières vidéos, quoi que un peu de la cause sociale dans la seconde, mais en proposant une solution technique. Les deux premières sont celle d’une même intervention, coupée en deux parties. Dans la troisième vidéo, celle d’une autre intervention, il parle de la relation entre le travail et l’éducation, surtout, à mes yeux.

Ci‑dessous, les trois vidéos, puis mon commentaire à la suite. Je m’excuse que les deux premières vidéos soient des vidéos DailyMotion, mais pas possible de faire autrement.


Modèle d’élève dans les dispositifs pédagogiques ? — Partie 1 sur 2




Modèle d’élève dans les dispositifs pédagogiques ? — Partie 2 sur 2




Internvention de Stéphane Bonnéry à Bobigny début Juillet 2012




La première intervention parle de technique pédagogique, pas de questions sociales, et il évite donc les questions épineuses. Le constat principal est que les méthodes pédagogiques actuelles sont trop orientées « tâches subalternes » et pas assez « processus cognitifs ». Ce qu’il appelle une tâche subalterne, c’est une tâche technique, comme par exemple parler (sans nécessairement transmettre quelque chose) ou remplir une feuille (sans nécessairement comprendre son remplissage). En gros, il fait remarquer que les enseignant(e)s passent plus de temps à occuper qu’à instruire, sans mettre les enseignant(e)s en cause, puisqu’ils/elles appliquent un programme qui leur est imposé (il ne parle que de l’Éducation Nationale, le public). La cause est que la compréhension est implicite, jamais explicite ; aux élèves, est indiqué ce qu’ils doivent faire, et jamais comment ils doivent comprendre ce qu’ils doivent faire.

Je suis assez d’accord avec lui concernant l’implicite que les élèves ne savent pas tous pressentir / deviner. Cependant, un minimum d’implicite est nécessaire, au moins plus tard dans le cursus scolaire, ne serait‑ce que parce que la communication humaine en fait un grand usage, et qu’il faut bien que les élèves s’y préparent un jour.

Quand il donne des exemples de méthodes aberrantes, cela me fait penser que les professeurs ont l’obligation d’appliquer ces méthodes, n’en ont pas le choix, ce qui amène à la question des écoles privées, qui elles, n’ont pas l’obligation d’appliquer ces mauvaises méthodes. Il ne parle pas d’écoles privées, mais déplore la scolarité unique, et si je le comprends bien, c’est la même idée ; car je ne vois pas comment on peut sortir de la scolarité unique sans écoles privées, comme j’imagine mal un état autant invasif qu’il l’est en france, parvenir à un consensus sur ne serait‑ce qu’une dizaine de programmes tous différents (quand on voit déjà les difficultés qu’il a, à établir un programme unique, qui plus est, mauvais).

Il ne met pas en cause les enseignant(e)s, qui sont contraint(e)s, et les pense en majorité, de bonne volonté. Je suis moins optimiste que lui sur le fait que la majorité des enseignant(e)s seraient animé(e)s de bonnes volontés … surtout quand le chômage dans le privé ne fait qu’augmenter et que la carrière d’enseignant(e) est tentante parce qu’elle permet d’avoir les privilèges d’un fonctionnaire et de ne pas quitter le milieux scolaire, un aspect rassurant pour probablement un bon nombre de candidat(e)s à l’Éducation Nationale. Et ce ne sont pas que des suppositions, c’est un constat que j’ai fait de diverses manières.

La seconde vidéo parle un peu des causes sociales de l’échec scolaire, et je ne la commente pas, comme elle est dans le fil de la première, déjà commentée.

La troisième vidéo est plus politique, mais sans bord politique (ce n’est pas de la propagande pour un parti).

Il fait remarquer que nous ne vivons pas dans le monde d’il y a 50 ans … enfin quelqu’un qui a remarqué ! (et pourtant je me suis inquiété à son sujet quand à la fin de la seconde vidéo, il jète une fleur à Bourdieu). Je fais ce constat aussi avec une conclusion proche, qu’il faut dissocier l’éducation du travail. Je dis qu’il faut le faire, parce que l’emploi a changé et qu’il n’est plus garanti (ni le fait d’en avoir un, ni sa stabilité) ; lui dit qu’il faut le faire parce que les patrons ne s’intéressent pas à transmettre la compréhension des choses, seulement ce qui est nécessaire l’efficacité au travail, et à un travail spécifique.

Dissocier l’éducation du travail, je ne sais pas quelle personnalité politique aura la courage de le proposer puis le faire.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet