Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

La vie sauvage contemporaine à Tchernobyl
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 20113
Ven 19 Mar 2021 22:22
Message La vie sauvage contemporaine à Tchernobyl
La vie sauvage autour de Tchernobyl, est parfois représentée par des animaux victimes de graves malformations. Dans le même temps, l’environnement de Tchernobyl est parfois décrit comme un lieu où mêmes des espèces menacées ont trouvé refuge. Il semble y avoir une contradiction. Une réponse est trouvée dans le documentaire liée à la fin de ce message.

De 00::14:55 à 00:14:59, il est dit “ but the predicted genetic mutation were extremely rare ”.

Ça répond à un paradoxe paradoxe apparent sinon : l’endroit est radioactif, mais pourtant vivant et plusieurs espèces protégées sont même venues s’y réfugier. On pourrait se demander comment c’est possible si le destin de tout ce qui vit là‑bas, est d’être victime de mutation désastreuse. La réponse est dans la citation : il y a bien des cas mutations, mais rares, bien plus rares que prédit.

Avant d’entendre cette phrase, j’avais déjà cherché un graphique du taux de contamination, en cherchant des images pour “ tchernobyl decay plot ”. En voici une projection :

Image

Source de l’image : J-value assessment of relocation measures following the nuclear power plant accidents at Chernobyl and Fukushima Daiichi (sciencedirect.com), divers auteurs, 2017.

La catastrophe a eu lieu en 1986, la graphique ne commence qu’en 1990, mais ce qui compte le plus est l’évolution sur les années suivantes. On voit que ça diminue rapidement jusque peu avant 2000 puis que ça décroit plus lentement, mais ça décroit. Le taux de radioactivité actuel est bien inférieur à ce qu’il était au début, même s’il est trop élevé pour des humains qui ne s’y risqueraient pas.

Dans l’échelle verticale du graphique, mSv, signifie millisieverts.

Note : que les mutations soient rares, ne doit pas faire oublier qu’à côté des mutations, la radioactivité peut provoquer des maladies contre lesquelles ces animaux ne sont pas immunisés. Mais connaissant des conditions de vie difficiles, celles de leurs conditions naturelles, ils n’ont souvent pas le temps de développer ces maladies.

Le documentaire :

Wildlife takeover: how animals reclaimed Chernobyl — Free Documentary — 2021
Titre original : Chernobyl reclaimed: an animal takeover (imdb.com).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron