Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Les erreurs majeures de Spinoza ne remettent pas en cause l'
Auteur Message
Banni définitivement
Banni définitivement
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 37
  • Localisation : TOURS/LE HAVRE
  • Messages : 566
Mer 20 Mai 2009 23:31
Message Les erreurs majeures de Spinoza ne remettent pas en cause l'
Que pensez-vous de la discussion suivante
sur le forum Thomas d'Aquin :
Notamment que pensez vous
de la valeur des arguments et des affirmations
de Guy-François Delaporte ? :
Vous pouvez intervenir
dans le débat
en vous inscrivant :

La discussion est :

Les erreurs majeures de Spinoza ne remettent pas en cause l'essentiel de son oeuvre :

http://www.thomas-aquin.net/PHPhorum/re ... 45&t=43745

Remarque : Je suis Infzelastrophe dans cette discussion.
Profil
Bavard impénitent
Bavard impénitent
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 48
  • Messages : 762
Jeu 21 Mai 2009 21:54
Message Re: Les erreurs majeures de Spinoza ne remettent pas en cause l'
Je ne connais rien de Spinoza mais la dispute est intéressante. J'avoue néanmoins ne pas tout suivre.
L'existence et l'essence du vide pourraient éventuellement être des pistes pour aller plus loin. Ce n'est qu'une intuition qui vaut ce qu'elle vaut !

La joie authentique est le but de l'âme : c'est la joie que procure les choses belles - Philosophie hédoniste
Profil
Consul Honoraire
Consul Honoraire
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 39
  • Localisation : Strasbourg
  • Messages : 4219
Lun 25 Mai 2009 13:43
Message Re: Les erreurs majeures de Spinoza ne remettent pas en cause l'
Salut Guillaume Ange

Spinoza m'est relativement inconnu aussi en dehors du fait qu'il aimait refaire le monde aussi avec quelques idées bien "droites" dirais-je... dû à son époque? en tout cas, il paraît que c'est un penseur qui pensait par lui-même., ce qui quand même un bon début Hmmm!

J'ai trouvé une "super discussion", pourrais-tu me dire ce qu'il en est?
Vu que ce sont 2 monsieurs lambda qui en parle... donc aucune valeur historique.




"Spinoza expliqué aux petits nenfants



Ben Spino n'a pas eu de chance dans la vie. Au début, tot le monde l'aimait: sa maman l'aimait, son papa l'aimait, ses frères et soeurs l'aimaient. Il était premier de sa classe et tout le monde croyait qu'il serait le meilleur de l'univers. Et puis, un jour, sa maman mourut d'une mystérieuse maladie. Quand il eut vingt ans, son papa, qui n'avait plus de sous du tout, mourut aussi.

Ses frères et soeurs, tout le monde le renia. Il fut décrété le plus mauvais de la terre. C'est alors que Ben tomba amoureux d'un fille assez moche, mais moins moche que lui. (Car il était moche). La maman de la fille ne voulut pas qu'elle épousât un mec aussi moche et aussi pauvre. (Car dans la vie, tout est régi par l'argent et le sexe, malheureusement). La maman fit en sorte que la fille se mariât avec un mec moyen et médecin: c'était plus respectable.

C'est ainsi que Ben ne put planter sa petite graine nulle part.

Alors il décida de devenir un grand garçon bien sage (on appelle les grands garçons bien sages des philosophes. Il y en a peu dans l'histoire de l'humanité, peut-être deux ou trois, et encore. Il y en a moins que de prophètes et de sophistes (le sophiste est un menteur patenté qui confisque aux philosophes le pouvoir). On peut citer, parmi les philosophes: Socrate, Diogène le Cynique, Aristophane, Pythagore, Epictète).

En grand garçon bien sage, Ben écrivit un livre pour se persuader qu'on n'avait pas besoin de petite graine. Le but ultime de l'humanité, c'est de rester célibataire et de ne pas faire de bébé."


Puis une réponse:

"Quelle image bien triste, donc confuse, de Spinoza... Je passe sur la rumeur de l'amourette avec la fille de Van den Enden. Je rappellerai simplement E4App20 : "Quant au mariage, il est certain qu'il est d'accord avec la raison, à condition que le désir de l'union sexuelle ne vienne pas seulement du corps, mais qu'il soit accompagné du désir d'avoir des enfants et de les élever avec sagesse. J'ajoute encore cette condition, que l'amour des deux époux ait sa cause principale, non dans le sexe, mais dans la liberté de l'âme." Je me demande vraiment où tu as été trouver que l'Ethique nous enseignerait que le but de la vie est le célibat. Tu as dû confondre avec Schopenhauer.

En plus Bento était bel homme, guère riche effectivement et d'une santé incertaine, mais pas mal du tout de sa personne à en croire les portraits les plus crédibles, notamment celui de la première édition des Opera posthuma, un mélange de Woody Allen et d'Actarus prince d'Euphor, c'est juste que t'es jaloux !

Etant donnée sa condition physique, son isolement socio-politique (il était entouré mais essentiellement d'intellectuels, pas d'un tissu social et affectif suffisant, suite à son excommunication pour ses idées), et d'autre part son amour pour la liberté de philosopher, notre auteur a su très tôt que dans son cas et sa situation historique particulière, se marier ne serait rendre service ni à son épouse, ni à ses éventuels enfants, ni à lui-même. Mais il n'y a rien dans l'Ethique qui tendrait un tant soit peu à universaliser cet état de fait.

Et puis qu'est-ce que c'est que ce sous-entendu essentialiste selon lequel un homme ne serait pas un homme accompli s'il ne participait pas à la reproduction de l'espèce ? C'est pas comme ça que tu vas élever tes enfants avec sagesse si tu continues ! En plus dans ton récit, rien sur la révolte de la raison contre l'obscurantisme religieux, contre l'asservissement politique, pour les Lumières et la liberté. Ce serait à se demander pourquoi tu fréquentes Spinoza si tu y trouves de tels motifs de tristesse..."

Puis une autre réponse:


"« A quoi bon ? Pourquoi l'humanité, force mécanique déterminée parmi d'autres, sans futur, sans mission particulière, persévèrerait-elle dans son être ? »

« A quoi bon ? » Précisément parce que force (on ne voit pas trop ce que voudrait dire « mécanique », si véritablement une idée digne de ce nom présida à la transcription de ce message) persévérant en son être. Le « à quoi bon » ne se pose que pour celui qui, faute de puissance persévérante, ne se résout à supporter le désenchantement mortifère qui le caractérise profondément qu’à travers l’asservissement à quelque idéal chimérique censé orienter la « mission » de son existence. S’il se voit « petit moche », c’est pour mieux se grandir de l’auto-révélation d’une finalité à laquelle il se voit voué (laquelle peut culminer dans le capitalisme forcené de nos sociétés matérialistes). Lorsqu’il ne se complait pas dans la reconnaissance affirmée de sa finitude, il dessine une mission, un manque, un besoin de futur à la hauteur de sa volonté dont la liberté absolue lui impose le devoir, outre le droit, de concurrencer librement celle des autres, et ainsi de dépasser le humain-trop-humain, dont il est en fait l’une des plus exemplaires occurrences. Mais cela, même Houellebecq l’a compris."


Alors, peux-tu svp mettre le faux et le vrai en évidence, parce que ne sachant pas, ne connaissant pas assez.
et puis c'est amusant en lisant cela... serais-tu une réincarnation? Ange Grand sourire


(ah, je précise que je suis tombé sur ce petit échange d'idées en tapant "spinoza sexualité" sur Google... vu que le topic est de toi, je me suis dit que rajouté -sexualité- dans la recherche sera plus pertinent! Hmmm! )

HTLLTD

Du sollst niemals vergessen, danke zu sagen.
Profil
Consul Honoraire
Consul Honoraire
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 39
  • Localisation : Strasbourg
  • Messages : 4219
Lun 25 Mai 2009 14:03
Message Re: Les erreurs majeures de Spinoza ne remettent pas en cause l'
"L'amour peut se passer de sexualité" est une phrase que j'ai toujours trouvé -vraie sans l'être-.
Bien sûr, dans ton cas, il vaut mieux dire que "la sexualité peut se passer de l'amour".

'me demande si ce n'est pas juste une excuse comme de dire: "ce coupé Mercedes haut-de-gamme c'est de la merde." et puis le jour où tu as l'argent pour te le payer sans problème, sans même que ça ne te fasse un trou énorme dans la caisse, tu dira "elle est super cette voiture quand même".

D'ailleurs, j'ai encore trouvé une autre phrase sur le site en question: "est-ce que tu penses que spinoza est allé aux putes?"


Pénible je suis, guillaume, je ne parle que de sexe ici... ça te rapelle quelqu'un? Petit sourire

HTLLTD

Du sollst niemals vergessen, danke zu sagen.
Profil