Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-
Auteur Message
Banni définitivement
Banni définitivement
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 405
Mar 24 Fév 2009 18:35
Message Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-
Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-Quds

La mairie israélienne de la ville d’Al-Quds tente de déporter environ 1500 Palestiniens natifs de la ville et habitants du quartier de Salwan.

Le journal hébreu Haaretz, a écrit dans son numéro, d’aujourd’hui vendredi 20 février 2009, que le maire, Nir Barkat, un homme d’extrême droite a l’intention de proposer aux 1500 Palestiniens de quitter leurs maisons contre des terrains dans d’autres zones de la ville.

Alors que Yakir Sighf, membre de la municipalité et chargé du dossier de la ville, a rencontré les habitants du quartier de Salwan pour leur proposer de quitter leurs maisons.

Les habitants reçoivent des menaces qui affirment que leurs maisons seront dans tous les cas démolies, sous prétexte qu'elles ne possèdent pas de permis de construction.

Cependant, la maire n’a pas l’intention de donner des compensations, dit ce dernier.

Il est à noter que plusieurs organisations sionistes de colonisation, soutenues par le gouvernement israélien et la mairie de la ville, pratiquent de vastes travaux de fouille avec l'aide de l'autorité des antiquités pour mettre la main sur un grand nombre de maisons palestiniennes.


INCROYABLE !
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 41
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Mar 24 Fév 2009 18:36
Message Re: Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-
Malheureusement les israéliens ont mal voté !

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil
Banni définitivement
Banni définitivement
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 405
Jeu 26 Fév 2009 19:17
Message Re: Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-
Soyons honnête, le Judaïsme conforte la société israélienne à demeurer dans cet état.
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 41
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Jeu 26 Fév 2009 19:49
Message Re: Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-
Jesus a écrit : 
Soyons honnête, le Judaïsme conforte la société israélienne à demeurer dans cet état.

Sans doute...
Religion et Politique , c'est toujours la merde !!
On est d'accord.. Clin d’œil

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil
Compte gelé
Compte gelé
  • Genre : Garçon
  • Age : 110
  • Localisation : Alone on a hill
  • Messages : 1281
Jeu 26 Mar 2009 11:55
Message Re: Les Israéliens déportent 1500 Palestiniens de la ville d’Al-
Barack Obama a utilisé un doux euphémisme, mardi 24 mars, pour parler de la paix au Proche-Orient : "Ce n'est pas plus simple que cela n'était, mais je pense que c'est tout aussi nécessaire." Ce qui signifie qu'avec l'arrivée au pouvoir en Israël d'un gouvernement fortement ancré à droite, en dépit de l'entrée dans la coalition des travaillistes, la remise sur les rails du processus de paix ne sera pas plus aisée. Bien au contraire, mais elle n'en est pas pour autant moins nécessaire.

En conséquence, Benyamin Nétanyahou, le premier ministre désigné, va devoir faire des efforts pour relancer les négociations de paix avec les Palestiniens, même si cela ne figure pas au premier rang de ses priorités. Le leader du Likoud a d'ailleurs fait immédiatement preuve de bonne volonté en annonçant, mercredi, lors d'une conférence économique, que "pour tous les gouvernements israéliens, y compris le mien, la paix est un objectif. Cela signifie que je négocierai avec l'Autorité palestinienne pour la paix".

M. Nétanyahou est même allé jusqu'à dire : "Je pense que les Palestiniens devraient comprendre qu'ils ont avec notre gouvernement un partenaire pour la paix." C'est bien la première fois que le futur chef du gouvernement israélien s'avance autant. Jusqu'à présent, il n'avait jamais été question de véritable relance du processus de paix, mais plutôt de "respect des accords passés", sans aucun engagement sur la nécessité de créer un Etat palestinien. Ce désaccord fut d'ailleurs à l'origine de la rupture des négociations avec le parti de Tzipi Livni, Kadima ("En avant").

"CROISSANCE NATURELLE" DES COLONIES

Pour M. Nétanyahou, les discussions politiques passent après l'amélioration de la situation économique des Palestiniens, comme il l'a encore répété mercredi : "Si vous avez une économie palestinienne forte, vous aurez des bases solides pour la paix." Il faudrait pour cela que les postes de contrôle israéliens soient levés, que les entraves au commerce et à l'implantation d'industries soient supprimées.

Mais un Etat palestinien suppose aussi de démanteler les colonies sauvages, de supprimer les implantations situées à l'est de la "clôture de sécurité", d'accepter de rendre le contrôle de la vallée du Jourdain aux Palestiniens. Des concessions auxquelles le futur gouvernement n'est pas disposé.

M. Nétanyahou s'est prononcé en faveur de la "croissance naturelle" des colonies, et il a clairement précisé ce que serait, à ses yeux, un Etat palestinien : un Etat démilitarisé qui n'aurait pas le droit de signer des accords avec qui bon lui semble. Il n'aurait pas la possibilité de contrôler son espace aérien ni le spectre électromagnétique, ni de disposer de ses réserves d'eau. "Je pense, avait-il déclaré au Washington Post, le 28 février, que les Palestiniens doivent avoir la possibilité de diriger leur vie, mais pas de menacer la nôtre."

Benyamin Nétanyahou est partisan d'une plus grande autonomie dans des frontières non définies qui permettront à la colonisation de s'étendre. Dani Dayan, responsable de Yesha, l'organisme représentatif des colons, s'est récemment vanté d'être un proche du futur chef du gouvernement, et de pouvoir ainsi faire progresser de 10 % le nombre des colons en Cisjordanie, alors qu'il a augmenté de 5 % lors des trois années du mandat d'Ehoud Olmert (soit 45 000 personnes supplémentaires).

Concernant Jérusalem, M. Nétanyahou a juré qu'elle resterait "la capitale unifiée et indivisible" du pays, alors que les Palestiniens revendiquent la partie orientale de la ville comme capitale de leur Etat. Dans la coalition du premier ministre, le Shass (religieux séfarade) est opposé à toute discussion sur Jérusalem, tandis que le parti Maison juive (nationalistes religieux) est un farouche partisan de la colonisation dans la partie orientale.

Mercredi, plusieurs médias israéliens ont fait état d'un accord secret signé avec Avigdor Lieberman, patron d'Israel Beitenou ("Israël notre maison"), selon lequel 3 000 logements seraient construits dans la zone E1. Cette bande de terre, au nord-est de Jérusalem, couperait la Cisjordanie en deux et permettrait d'isoler totalement la Ville sainte de son hinterland palestinien.

Si, comme l'a dit Barack Obama, "il est crucial que nous progressions vers une solution à deux Etats où Israéliens et Palestiniens puissent vivre côte à côte en paix et en sécurité", cela n'en prend guère le chemin. "Le statu quo est intenable", a fait valoir le président américain. En sortir s'annonce difficile.

Life’s but a walking shadow, a poor player,
That struts and frets upon the stage,
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.
Profil
cron