Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

« Ne pas parvenir à joindre les deux bouts »
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15524
Jeu 10 Mar 2016 14:37
Message « Ne pas parvenir à joindre les deux bouts »
Dans l’expression « Ne pas arriver à joindre les deux bouts », les deux bouts, sont les deux bouts d’une serviette.

L’expression est née à la Renaissance, environ à l’époque de Catherine de Médicis. L’habitude de s’essuyer la bouche et les mains sur la nappe de la table, était en cours d’abandon, comme on commençait à lui préférer la serviette.

Cette serviette était posée sur l’épaule ou nouée par dessus la collerette que portait les riches. Plus la collerette était grande, plus il fallait que la serviette soit grande pour pouvoir la nouée par dessus jusque derrière le cou. Ceux qui avaient une grande collerette (ils les aimaient démesurées, pour impressionner) et qui n’étaient cependant pas assez riches pour avoir une serviette assez grande, n’arrivaient pas à joindre les deux bouts, ce qui trahissait qu’ils essayaient de vivre au dessus de leurs moyens et que tout ne suivait pas.

C’est expliqué à partir de 01:23:34 du reportage ci‑dessous.

Catherine de Médicis, l'intrigante des châteaux de la Loire — Secrets d’histoire — France 2

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
zen
Modératrice
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 49
  • Localisation : Un pied dans l'eau et un sur le mont.
  • Messages : 11009
Jeu 10 Mar 2016 20:04
Message Re: « Ne pas parvenir à joindre les deux bouts »
Hibou a écrit : 
Ceux qui avaient une grande collerette (ils les aimaient démesurées, pour impressionner) et qui n’étaient cependant pas assez riches pour avoir une serviette assez grande, n’arrivaient pas à joindre les deux bouts, ce qui trahissait qu’ils essayaient de vivre au dessus de leurs moyens et que tout ne suivait pas.

Hooo ! Les pauvres ! On va les plaindre !
Eux ils avaient les moyens de s'acheter des collerettes et des serviettes. Ce n'était pas le cas de tout le monde, loin de là !

Image
Profil