Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Pourquoi juge t‑on le communisme au lieu de ses dirigeants ?
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19177
Mar 31 Jan 2012 05:33
Message Pourquoi juge t‑on le communisme au lieu de ses dirigeants ?
Quand je vois des reportages sur l’histoire des gens ayant vécu sous le communisme, je n’ai pas l’impression qu’il rejetaient le communisme. Il me semble que au contraire ils assumaient pleinement la doctrine, la souhaitaient, et ne souhaitaient pas prendre modèle sur l’occident capitaliste.

Par contre, ils se plaignent d’avoir été trahis par leur dirigeant.

Ce n’est donc pas le communisme que l’on devrait juger, mais les dirigeants qui ont gouvernés les populations, qui elles, souhaitaient le communisme. Ces populations qui n’ont pas été trompé par le communisme mais par les dirigeants qu’elles ont eu.

J’ai l’impression que l’histoire est plus équitable sur ce point que ne l’est la phobie populaire envers le communisme. Cette différence d’approche, entre l’approche de la question de la part des historiens et l’approche de la question de la part des populations occidentales, me laisse penser que la seconde triche sciemment.

Pourquoi les gens en général, jugent‑ils le communisme au lieu des dirigeants communistes ? Ou la question est‑elle dans l’affirmation que le communisme ne peut aboutir qu’à ce type de dirigeant ? Mais la phobie populaire envers le communisme ne répond finalement pas non‑plus à cette seconde affirmation. L’histoire, qui se contente de narrer les faits qui se sont déroulés, n’en dit pas plus. Mais je place quand‑même le sujet dans histoire, parce que la population occidentale semble maquiller l’histoire, et donc ce que l’on retient de l’histoire est au centre d’une partie de la question.

Qu’en pensez‑vous ? Pensez‑vous que les populations occidentales on re‑écrit l’histoire du communisme et l’on résumé comme ça les arrangeait ? Sous le coup de la propagande anti‑communiste qui n’avait rien à envier à la propagande organisée par les dirigeants communistes ?

Cette question me fait penser qu’il faudra aussi ouvrir un sujet sur la censure politique, en ex‑URSS et chez nous. Ça devrait être un sujet séparé.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Grande Pipelette
Grande Pipelette
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Age : 50
  • Localisation : Toulouse
  • Messages : 3502
Mar 31 Jan 2012 12:43
Message Re: Pourquoi juge t‑on le communisme au lieu de ses dirigeants ?
Hibou a écrit : 
Quand je vois des reportages sur l’histoire des gens ayant vécu sous le communisme, je n’ai pas l’impression qu’il rejetaient le communisme. Il me semble que au contraire ils assumaient pleinement la doctrine, la souhaitaient, et ne souhaitaient pas prendre modèle sur l’occident capitaliste.


C'est loin d'etre con ce que tu racontes là ! (putain, mais je vais bientôt être ton pote à ce niveaux ! et vous marrez pas c'est pas drole !)

Bref ! Ouais ! On a jugé, mélangé, une idéologie, avec une réalité.

Erreur !

De toute, une société communiste reste en "antinomie" avec des sociétés capitalistes autour d'elle ! Çà ne peut pas fonctionner ! Çà reste une idée de société fondée sur une notion de mondialisme (l'histoire des poules et du loup).

Perdu d'avance, surtout bien trop tôt !

Le monde capitalo n'était pas prêt pour une telle sorte d'idéologie, pour cela que çà a "planté" ! Çà ne pouvait pas fonctionner. Des masses à dire dessus, pas envie là !

Ciao, Fred...
Profil
Grande Pipelette
Grande Pipelette
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Age : 50
  • Localisation : Toulouse
  • Messages : 3502
Mar 31 Jan 2012 13:15
Message Re: Pourquoi juge t‑on le communisme au lieu de ses dirigeants ?
P.S. Et merde, je continue (quitte à dire des conneries !)

La société capitalo, dans le sens production et consomation était bonne pour l'apres guerre 39/40 ! Là c'était nécessaire ! Fallait çà quoi, une idée de reconstruction etc, d'ou le plein emploie etc... Mais maintenant ? Nan !

C'est maintenant que ce mode de système économique montre ses faiblesses !

Marx l'avait vu, en tant qu'économiste, bien avant tout le monde !

"La société capitalo est vouée à son échec, de part son essence même ! Question de "plus-value" et on est en plein dedans !

En résumé : vouloir toujours plus, çà en devient stérile, l'histoire du serpent qui se mort la queue.

C'est désuet ! Faut penser autrement... mais çà ? Ce n'est pas une mince histoire ! Moi, j'en sais que dalle et à contrario des politicos d'aujourd'hui, j'en sais que dalle !

Ça prendra des décénies, le monde n'est pas prêt, et je ne saurais même pas proposer ! Moins d'inégalités, ce serait mon first souhait, mais déjà, rien qu'avec çà ? Ben , on perd.

Toutes les notions qu'on nous a appris !

Enfin, je restes un "doux rêveur", pour une société plus ... "égalitariste". Peut être utopiste.

Mais je crèverai avec cette idée en tête ! Histoire que si tu veux "exister" , faille que tu écrases la tête des autres pour "marcher à la surface".

C'est un caractère, une personnalité, une façon de penser (pensées) que je m'octroie volontier ! Une sorte de "répulsion" envers un "bien fondé", d'où ma hargne à défier cette dernière... Anticonformiste, on pourrait dire ça comme ça !

Ma machine à laver à débordé, d'ou innondation, et c'est pas une image : c'est vrai !

Vous lâche, je dois éponger !

Brasses, faut que je prenne la serpière et réparer le lave linge !

Et merde tiens !

Vous rebrasse, Ciao, Fred.
Profil
cron