Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Steve Reich, le déphasé
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18075
Jeu 19 Juil 2012 12:43
Message Steve Reich, le déphasé
Non, c’était à moitié une blague, ce n’est pas lui qui est déphasé, mais une série de ses compositions de musique expérimentale, reposant sur le déphasage de deux figure mélodique simple et courte.

Je l’ai découvert en consultant la documentation de Common Music, un langage dérivé de LISP, une variante spécialisée dans la composition musicale.

Le principe et de prendre deux figures mélodiques, identiques ou proches, avec la même figure rythmique. Les deux sont jouées initialement en même temps, par deux musiciens différents, elles se superposent. Mais petit à petit, l’un des deux musiciens, joue sa figure avec un décalage de temps par rapport à l’autre musicien, par exemple un peu en retard. Il augmente ce retard petit à petit, à chaque fois qu’il rejoue la figure de son côté. Comme les deux figures ont la même longueur, ce décalage est cyclique, et équivaut à revenir à une superposition exacte, quand le décalage dure exactement le même temps que la figure.

C’est ça, le déphasage. Et il a été exploité pour le première fois, par Steve Reich, dans les années 1970. L’effet auditif est intéressant.

Un site dédié à la musique classique, a fait un petit écart pour cet exemple de musique expérimentale, avec un résumé :
Steve Reich – Piano Phase (lamusiqueclassique.com). Mars 2011.

L’utilisation du déphasage a été faite pendant un concert, au piano, ce qui a donné son nom à la composition : Piano Phase.

Écoutez bien, même si ça vous semble difficile, et racontez ce que avez l’impression d’entendre, les effets que vous pensez percevoir. La seconde partie est quasiment identique à la première, excepté qu’elle se termine par des applaudissements (si, si, c’est vrai Tire la langue ), alors si la première partie vous a déjà trop fatigué, vous pouvez omettre la seconde partie. Les deux parties durent 6 minutes chacune.

Piano Phrase (by Steve Reich) — Partie 1 sur 2




Piano Phrase (by Steve Reich) — Partie 2 sur 2



Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18075
Ven 20 Juil 2012 06:06
Message Re: Steve Reich, le déphasé
Une autre version sur le même principe et avec les même figures, au violon, que je poste parce qu’elle est plus audible que la version au piano. Peut‑être est‑ce que la forme étirée et lissée des notes jouées au violon, se prête mieux au caractère répétitif et bref des figures de ce morceau. Pour être complet, il existe une autre variante encore, dans laquelle le seul instrument sont des mains qui font clap‑clap, avec deux musiciens comme pour la version au piano. Mais je poste la version au violon, parce qu’elle a été à l’origine d’une autre œuvre encore, … une danse, qui sera postée plus tard.

La version au violon est jouée à quatre.

Si vous n’avez pas compris l’intérêt de cette composition à travers le précédent message, ce sera plus facile avec cette version. Elle est plus courte, et fait 9 minutes. Ne regardez pas la vidéo, mais lancez là pour l’écouter, puis prenez un peu de distance et écoutez tranquillement sans trop essayer de réfléchir et de décortiquer, il faut juste écouter. Ensuite, si vous avez bien réussi à entendre quelque chose, alors dites‑vous que cet effet est produit par une seule figure, courte, de quelques notes, et qui ne fait que se répéter pendant tous ce temps.

Plus tard, À suivre dans ce topic : une danse inspirée par la version au violon de cette œuvre, une définition mathématique de cette œuvre (tant sa version piano que violon, ça ne fait pas de différence pour la définition mathématique), et plus tard encore, une autre œuvre intéressante de Steve Reich.

Violin Phase (by Steve Reich)



Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18075
Mar 24 Juil 2012 09:07
Message Re: Steve Reich, le déphasé
Hibou a écrit : 
Plus tard, À suivre dans ce topic : une danse inspirée par la version au violon de cette œuvre, […]

Désolé, j’ai tardé, occupé par une histoire avec les gammes diatoniques, qui seront l’objet d’un topic dans le forum plus tard.

Avant de poster la vidéo suivante, … personne n’a ressenti d’impression particulière en écoutant ces musiques basées sur le déphasage ? Vous n’avez pas eu par exemple l’impression d’entendre des mélodies apparaitre puis disparaitre ? Comme quand on entend des sons dans la rue ou ailleurs, et qu’on a l’impression d’y entendre une musique ou une mélodie cachée dedans ? Ou vous être des robots les gens ? Grand sourire

La vidéo suivante.

Fase (by Anne Teresa De Keersmaeker), une danse sur la musique Violin Phase (by Steve Reich)


C’est pour cette vidéo que le choix a été fait de présenté la version au violon plus haut. La version violon parle plus, et c’est physique, au point où cette version a inspiré une danse à Anne Teresa De Keersmaeker, chorégraphe Belge, en 1982, tout juste 15 ans après la composition originale de Steve Reich. Ici, on la voit dans un reportage de Arte, qui l’a reprise de je ne sais pas où. On la voit danser dans un parc, mais cette chorégraphie n’était pas si confidentielle que peut laisser le penser la vidéo ; cette danse a été jouée lors d’environ 200 représentations dans le monde, pas toujours par la chorégraphe (d’ailleurs est‑ce bien elle qui danse ici ?).

Durée : 15 minutes.


Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron