Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Affaire des faux terroristes de Tarnac
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 10:54
Message Affaire des faux terroristes de Tarnac
Remarque : dans le titre, le qualificatif « faux », se justifie par l’absence de preuve que la justice elle même, malgré tout ce qu’elle a de suspecte dans l’affaire, ne peut pas nier.

Je voulais d’abord ouvrir un sujet sur les irresponsables glissements de sens sur le mot Terroriste, les manières ou moyens que l’état ou la police peuvent avoir pour terroriser la population et la pousser à la paralysie et à l’inaction, parmi d’autres choses suspectes comme l’espionnage de la vie privée (notamment sur le Net) auxquels peuvent s’adonner les « je pense pas, j’obéis », comme je surnomme la police et la gendarmerie (probablement plus la gendarmerie nationale que la police municipale), qui semblent surtout servir les intérêts de ceux/celles à qui ils/elles obéissent, qui sont probablement les mêmes que les classes sociales auxquelles on peut les comparer.

Finalement, ce sera pour une prochaine fois, en utilisant comme source un documentaire d’ARTE relatant des affaires suspectes en Allemagne, concernant tout le monde, et surtout les internautes (dans le cas de l’affaire en Allemagne), ayant des échos en france.

Au lieu de ça, il s'agit d’une affaire liée dans le principe, mais pas la même : l’affaire des « terroristes » de Tarnac.

Non seulement le qualificatif de terroriste est suspect ici, mais l’est tout autant, l’absence de preuve et les bafouillages de soit‑disant témoins.

Je poste le sujet en plusieurs messages, pour faciliter les citations, pour les personne qui voudraient répondre au sujet.

Je commence par un résumé plus ou moins personnalisé de l’affaire, pour parler ensuite de l’absence de preuve.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 10:59
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac

Le résumé de l’affaire



Tarnac, retour sur deux ans d’enquête (lemonde.fr) — un(e) journaliste de Le Monde, le 11 novembre 2010

Le lien précédent a écrit : 
Le 11 novembre 2008, Michèle Alliot‑Marie, alors ministre de l’intérieur, annonçait que des personnes suspectées de sabotages sur des voies de TGV avaient été arrêtés. Ils appartiendraient, selon ses services, à "l’ultra‑gauche, mouvance anarcho‑autonome".

Depuis, les membres du "groupe de Tarnac" – du nom d’un village corrézien où ils vivaient – ont été remis en liberté. Mais l’enquête n’a pas été annulée […]


La fameuse question n’échappe pas au journal Le Monde
Le lien précédent a écrit : 
De nombreuses questions subsistent toutefois. La qualification terroriste se justifiait‑elle ?


Mais aussi, il n’y a pas que ça
Le lien précédent a écrit : 
Quelle est la valeur des témoignages recueillis ? Y a‑t‑il eu précipitation ou acharnement de la part de la justice ? Retour sur deux ans d’enquête.


Je ne cite pas tout l’article, mieux vaut que les gens intéressés le lise; alors juste un résumé, sans citations, mais mêlés de commentaires personnels.

Le 11 novembre 2008, 150 policiers cagoulés débarquent dans un petit village de 330 habitants, Tarnac en Corrèze (quart sud‑ouest de la france), et perquisitionnent 20 maisons. Entre autres personnes, ils enlèvent assez brutalement, après avoir tout saccagé à l’intérieur de leur maison, Julien Coupat et sa compagne Yldune Lévy, pour une suite continue d’interrogatoire pendant 96 heures. Le premier, Julien Coupat, est interrogé en temps que « dirigeant d’une structure à vocation terroriste », les autres, pour « association de malfaiteurs à visée terroriste ». L’acte de terreur qu’ils sont suspectés d’avoir commis : destruction de l’alimentation électrique d’un ligne TGV.

Les faits avérés : il y a 3 coupures (nombre exacte à vérifier, j’ai un doute) d’alimentation électrique sur des lignes TGV, par rupture de caténaire, ce jours là, en différents endroits. La population de Tarnac ainsi que évidement les personnes enlevées, ont effectivement été terrorisées par cette descente de 150 individus armés jusqu’aux dents (selon les dires de Julien Coupat et de sa compagne Yldune), et la population de Tarnac n’a pas pardonné les journalistes pour le traumatisme que les médias y ont encore ajouté plus tard.

Les faits non‑avérés : il n’a pas été démontré que la population française ait été terrorisée par ces 3 ruptures de l’alimentation électrique sur des lignes TGV, il n’a pas non‑plus été prouvé que les ex‑étudiants partisans du retour à la nature et fuyant la société de consommation (c’est ce qu’ils revendiquent), sont les responsables de de ses coupures d’alimentation électrique des lignes TGV.

Au cours de l’affaire qui a put voir dévoilées des écoutes illégales initiées avant que la moindre enquête ne soit ordonnée, une reconstitution sans la présence des témoins affirmant (enfin, tantôt affirmant, tantôt n’affirmant pas) avoir vu Julien Coupat sur un des lieux de rupture de caténaire, de nombreuses dénonciations pour irrégularités et incohérences, les personnes interpelés le 11 novembre 2008 ne seront que laborieusement libérées, tardivement, Yldune Lévy le 16 janvier 2009 , et encore plus tardivement, Julien Coupat, qui ne sera libéré (enfin, à moitié libéré) que le 28 mai 2009. Ils resteront cependant tous sous surveillance, avec contrôle judiciaire (source : journal Le Monde) et interdiction de communiquer entre eux (source : documentaire Arte).

Le 8 mars 2009, 8 compagnons de Julien Coupat dénoncent dans Le Monde, l’acharnement judiciaire, et défendent le droit à vivre comme ils l’entendent dans une ferme d’un petit village loin de la société de consommation, sans être inquiétés pour ce choix personnel. À diverses périodes, d’autres mouvements de citoyens exigent leur libération.

À ce jour, 3 ans après, bien que aucune enquête n’ait jamais démontré leur implication dans des actes dont même le qualificatif de terroriste est assez douteux, ils n’ont toujours pas été réhabilités et aucune poursuite abandonnée, le tout, sans que rien ne fonde honnêtement la moindre poursuite.



Petite manifestation de gens défendant le droit à vivre à la campagne sans en être inquiété si on le souhaite (quel monde), et demandant la fin des poursuites contre Julien Coupat et ses camarades, puisqu’il n’existe pas d’éléments probants justifiant leurs détentions d’abord, puis leurs mise sous contrôle judiciaire par la suite.

Image

Image : www.lemonde.fr



Deux des 150 policiers caguoulés ayant brutalement fait une déscente dans un village de 330 habitant le 11 novembre 2008 (ça, on en a des preuves au moins).

Image

Image : www.lemonde.fr

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 11:07
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac

L’absence de preuves — première partie



Tarnac : la contre-enquête qui dérange (liberation.fr) — Karl Laske, le 2 novembre 2009

Les traces de pneus retrouvées sur place, ne correspondent pas à celles de la voiture avec laquelle le principale accusé ce serait rendu sur les lieux du sabotage.

Le précédent lien a écrit : 
Des traces de semelles et de pneus qui ne collent pas […] Le gendarme constate aussi «la présence de traces de pneumatiques laissées par un véhicule ayant effectué un demi-tour». Il mesure. Largeur du pneu : 153 millimètres ; distance séparant l’intérieur de deux côtés opposés : 1 190 mm. Or ces traces ne peuvent correspondre à la voiture utilisée par Coupat. Les pneus de la Mercedes 250 qu’il utilisait sont larges de 200 mm, et la distance entre les roues de 1 300 mm.


Les mêmes incohérences sont notées à propos des traces de chaussure retrouvées sur les lieux.

La filature réalisée dans des conditions douteuses, car repérée par la personne suivie, qui en a eu un comportement inhabituel, n’a pas permis d’aboutir à un témoignage clair, semblant lui aussi souffrir d’incohérences.

Le précédent lien a écrit : 
Revenant sur la nuit du 7 au 8 novembre, Julien Coupat dira s’être «senti suivi» dès qu’il s’est «engagé sur des petites routes». «J’ai dû m’arrêter une dizaine de fois et faire autant de demi-tours, a-t-il dit. Il y avait quasiment un caractère de jeu à s’arrêter et à voir venir les voitures en reconnaissance.» […] «Selon le procès-verbal, il s’est écoulé dix minutes entre les deux points de stationnement.L’itinéraire emprunté entre les deux arrêts est également indiqué. Or la distance parcourue étant de 26,6 kilomètres, la vitesse moyenne de la voiture aurait dû être de 159,6 km/h. La voiture surveillée n’a pas pu parcourir la distance indiquée entre Trilport et le lieu des faits dans le laps de temps indiqué.»


Vu quelque chose ou pas vu quelque chose ?
Le précédent lien a écrit : 
[…] Il nous est impossible de distinguer si le véhicule est occupé ou non.» Un quart d’heure plus tard, la voiture repart. Les policiers semblent n’avoir rien observé.

Pourtant, un gendarme, le lieutenant-colonel Eric G., chargé des constatations le jour des faits, dresse un procès-verbal contradictoire. Il note qu’un officier de police de la SDAT lui a déclaré dans la journée au téléphone «avoir suivi et observé un individu qui s’est stationné à l’intersection entre la D23 et la LGV Est pendant une vingtaine de minutes entre 4 heures et 4 heures 20». Mieux : «Cette personne a accédé à l’emprise sécurisée de la SNCF sans qu’il [le policier] puisse déceler ses agissements.» Cette déclaration, faite alors que les sabotages font déjà l’actualité des radios, ne sera pas été réitérée.


Étrange, les policiers n’auraient pas informé immédiatement la SNCF des faits dont ils venaient d’être soit-disant témoins.
Le précédent lien a écrit : 
Selon leur procès-verbal, les policiers demandent à leur état-major «d’aviser immédiatement les responsables de la SNCF». Mais ils quittent les lieux, attitude curieuse s’ils ont été témoins des faits. A 5 h 50, ils «donnent instruction» à l’équipe qui a continué la filature jusqu’au périphérique de «regagner le service». La SDAT ne semble prévenir personne immédiatement.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 11:13
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac

L’absence de preuves — seconde partie



Tarnac : la « fumisterie » de la reconstitution (lexpress.fr) — Anne Vidalie, le 14 janvier 2011

Une reconstitution sans témoins
Le précédent lien a écrit : 
Les vingt policiers de la Sous-direction anti-terroriste et de la Direction centrale du renseignement intérieur qui disent avoir participé à la filature de Julien et d'Yldune, cette nuit-là, étaient absents!


Où il n’était clairement pas souhaité que les éventuelles contradictions puissent être relevées
Le précédent lien a écrit : 
Ils étaient bien présents, en revanche, les 4 et 5 janvier, lors de la répétition générale organisée par les juges d’instruction. Les magistrats ont fait en sorte que les mis en examen ne soient pas confrontés à leurs accusateurs. Et que ces derniers ne soient pas placés face à leurs contradictions.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 11:19
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac

Le comportement honteux des médias


(précisement, indignes de confiances)

« Ultra-gauche » : Les jeunes de Tarnac (encore) trahis par les médias (acrimed.org) — Collectif SNJ‑CGT, le 26 novembre 2008


Journalisme d’information vs. journalisme spectacle (encore une fois de plus).
Le précédent lien a écrit : 
Tarnac, en Corrèze, petite commune de 330 habitants. Ce jour-là, 150 agents de la brigade anti-terroriste débarquent, à l’aube, dans le village, pour perquisitionner plusieurs maisons et interpeller une vingtaine de personnes. Face à ce spectacle : de très nombreux journalistes (trop peut-être), consciencieux pour certains, peu scrupuleux pour d’autres... Tarnac est sous le feu de l’actualité et médiatiquement, tous les coups semblent permis. Moins d’une semaine plus tard, le calme reprend ses droits. Pourtant, sur place, dans tous les esprits, le traumatisme est réel […]


Un petit passage sur une tentative des médias pour tout de même inspirer confiance aux 330 habitants de Tarnac ainsi qu’aux accusés, mais ce n’est pas la morale qui les étouffe, vu la trahison dont ils se sont empressé d’être les acteurs ensuite.
Le précédent lien a écrit : 
Les deux journalistes ont beaucoup parlé, encore plus écouté. Petit-à-petit la confiance est revenue. Certains « interpellés » du 11 novembre ont même accepté pour la première fois de témoigner... posant légitimement quelques conditions : « Nous acceptons de faire cet interview si vous assistez au montage et si vous nous assurez qu’elle ne sera pas reprise par d’autres médias. Le reportage doit rester tel quel pour que le propos ne soit pas déformé ».

Fragile confiance qu’il ne fallait surtout pas trahir. Et pourtant…

Diffusé comme prévu sur France 3-Limousin, le reportage remonte ensuite à IV3 puis se retrouve au 13h de France 2…retaillé, remonté, rallongé, re‑commenté, les interviews isolées, recoupées et réutilisées, le tout sorti de son contexte local. Sans parler d’Internet où l’on retrouve l’ensemble en libre accès. Bref, exactement ce que redoutaient les jeunes de Tarnac !

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 11:26
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac

Une autre affaire d’écoute illégale


(attendez aussi le prochain sujet sur l’espionnage de la vie privée ou professionnelle sur le Net par les polices)

Tarnac : des oreilles traînaient illégalement (liberation.fr) — Karl Laske, le 25 février 2010

Le précédent lien a écrit : 
Découvert en mars 2008 par un agent de France Télécom dans l’épicerie du groupe, un dispositif d’écoutes sauvages de la police fait peser une menace sur la régularité de l’instruction.

Remarque : c’est l’épicerie qui avait été reprise par les gens qui avaient acheté une ferme.

Pas un sursaut d’honnêteté, mais bien une fuite involontaire, d’ailleurs punie arbitrairement plus tard.
Le précédent lien a écrit : 
Comme le Canard enchaîné l’a signalé, un de ces dispositifs d’écoute a été involontairement dévoilé par un agent de France Télécom à un cogérant de l’épicerie de Tarnac (Corrèze) en avril 2008. L’agent avait été à l’époque sanctionné.


Constat que le droit ne s’applique pas en matière d’espionnage de la vie privée (en même temps, comme toujours, ce n’est pas une surprise, ceux qui écrivent les lois ne les écrivent pas contre eux‑mêmes ni pour se condamner eux-mêmes, ça se saurait).
Le précédent lien a écrit : 
Depuis, la direction de France Télécom se mure dans le silence. Et pour cause. Ces écoutes ont été effectuées en dehors du périmètre de l’information judiciaire ouverte après les sabotages des lignes TGV, en novembre 2008, et avant même l’ouverture de l’enquête préliminaire, le 11 avril 2008.


À ce sujet, j’espère prendre le temps de parler d’une autre affaire en Allemagne, où il est question d’écoute sur le Net, dans des conditions aussi douteuses.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Compte gelé
Compte gelé
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Garçon
  • Messages : 664
Mer 7 Sep 2011 12:14
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac
Hibou a écrit : 
Je voulais d’abord ouvrir un sujet sur les irresponsables glissement de sens sur le mot Terroriste, ...

relatant des affaires suspecte en Allemagne, .

Non seulement le qualificatif de terroriste est suspect ici, mais l’est tout autant, l’absence de preuve et les bafouillages de soit‑disant témoins.



Etre qualifié de "Terrorist" en Allemagne , c'est faire partie d'une grande famille qui compte jean Moulin, De Gaule, etc...
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Mer 7 Sep 2011 14:25
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac
Dans l'ancienne Allemagne, oui, mais plus dans l'Allemagne contemporaine.

Ceci dit, tu as pile‑poil mis le doigt sur une notion importante concernant le terrorisme (le vrai) : les terroristes de certains, sont les résistants des autres; et réciproquement, les résistants de certains, sont les terroristes des autres.

Ceci peut aider à comprendre bien des événements de l’histoire, passée, ou contemporaine, comme lors du 11 septembre 2001, quand l’occident n’a pas compris comment une partie du monde arabe (et pas seulement du monde arabe) pouvait applaudir les attentats… qui étaient pour eux un acte de résistance.

Cette nuance est importante, car elle permet de distinguer terrorisme (ou résistance selon les points de vue) et barbarie gratuite (alimentée par une ou des maladies mentales par exemple).

Remarque : ce que je dis là ne s’applique pas à l’affaire de Tarnac, puisqu’il n’y avait pas d’acte terroriste (ou résistant), justement.

P.S. Je vais re-éditer le second message, plein de coquilles de français, et le troisième message, où une sournoise erreur s’est glissé (quelque chose qui est une citation, qui apparait comme si c’était de moi). Avec mes excuses pour ces erreurs, que je vais m’empresser de corriger immédiatement.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Compte gelé
Compte gelé
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Garçon
  • Messages : 664
Mer 7 Sep 2011 16:16
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac
Hibou a écrit : 
Ceci dit, tu as pile‑poil mis le doigt sur une notion importante concernant le terrorisme (le vrai) : les terroristes de certains, sont les résistants des autres; et réciproquement, les résistants de certains, sont les terroristes des autres.

Ceci peut aider à comprendre bien des événements de l’histoire, passée, ou contemporaine, comme lors du 11 septembre 2001, quand l’occident n’a pas compris comment une partie du monde arabe (et pas seulement du monde arabe) pouvait applaudir les attentats… qui étaient pour eux un acte de résistance.



On peut distinguer le terroriste du résistant, dans le sens où le terroriste s'en prend massivement à des innocents, alors que le résistant vise des
forces gouvernantes.

Quand on voit qu'à la libération de Paris, certains résistants ont du faire barrage de leur corps, exposant leur vie, pour empécher la foule de lyncher les prisonniers allemands, on voit que leur but n'était que ne s'attaquer qu'à un (cruel) pouvoir et non pas à des prisonniers ou civils.
Je parle là des résistants civils pas des militaires. En effet, par contre les forces armées alliées ont pu faire des actes limites, notamment le bombardement de Dresdes.
Le cas des résistants français est clair, en aucun cas ils ne justifient l'appellation de terroristes.
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 21631
Sam 10 Sep 2011 16:43
Message Re: Affaire des faux terroristes de Tarnac
Après en avoir rapidement vérifié le contenu, je vous fait partager ici, deux liens qui m’ont été transmis par mail, de la part d’un lecteur anonyme du forum.


Le second lien cite surtout des articles de presses. Le premier fait de même, mais avec plus de commentaires, dont celui ci :
Qierrot, dans le premier lien a écrit : 
quoiqu'il en soit, cette histoire de "mouvance autonome" va encore servir à criminaliser les mouvements sociaux, comme toute expression politique ou syndicale contestant l'ordre existant et croquemitaine n'a pas tort, méme si en plus on est parfois aussi et souvent capables de s'isoler tout seul...


Je pendrai le temps de lire tout ça plus tard, et d’en rapporter le plus intéressant (analyses originales, témoignages éventuels, etc).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet