Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Auteur Message
Tchatcheur
Tchatcheur
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Fille
  • Messages : 225
Ven 16 Sep 2011 09:50
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Pour moi (et c'est juste un ressenti perso) la croyance est aveugle et l'espoir vain (Pandore, tout ça...), reste le doute qui a au moins le mérite de parfois faire réfléchir...
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17702
Ven 16 Sep 2011 10:48
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Mais si la croyance est aveugle, le doute fait réfléchir pour aboutir à quoi ?

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Débateur
Débateur
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Garçon
  • Messages : 1238
Ven 16 Sep 2011 11:17
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Pourquoi est-il nécessaire d'aboutir ?
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17702
Ven 16 Sep 2011 11:45
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Parce que si ça n’aboutit pas au bon endroit, ça aboutira ailleurs, au mauvais endroit.

Comme par exemple la folie, la paranoïa, la dépression, l’angoisse, le stress. Ça ne peut pas aboutir nul‑part, on ne vie pas dans un coma permanent, les choses se déroulent.

M’enfin, ce n'est que mon avis aussi. Puis j’ai peut-être mal compris la pensée de ptitepao aussi.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Compte gelé
Compte gelé
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Localisation : Corsica
  • Messages : 637
Ven 16 Sep 2011 19:22
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
A ce que je vois, tout le monde tourne autour du pot, mais personne ne se mouille ! Sourire doux
Pas même l'auteur. Mais de ça, je m'en doutais un peu.
Profil
Débateur
Débateur
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Garçon
  • Messages : 1238
Ven 16 Sep 2011 19:54
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Inutile de titiller mes coucounettes, mon égo ne souffrira pas de ce genre de réflexion, mais c'est bien tenté. (que fait la modération)
Pour en revenir au sujet qui lui, n'est pas centré sur moi mais dont je ne m'éloignerai pas, qu'avez vous à dire ?
Profil
Compte gelé
Compte gelé
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Localisation : Corsica
  • Messages : 637
Ven 16 Sep 2011 22:21
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
D'accord, faisons cela simplement et sans se fâcher .
Je commencerai par récuser l'usage du mot "préférable". Chacun voyant midi à sa porte, il est évident que le croyant préfère croire, que le sceptique est habité par le doute et qu'il s'en trouve bien, et que chez chacun d'eux existent des gens, les uns espérants voir les incrédules abonder dans leur sens, et les autres pensants que leurs raisons de douter seront démontrées un jour de façon irrévocable.
Donc pas de discussion possible si "préférer" est la charnière entre les mots.
Je ne t'accuserai jamais de croire que la confiture de groseille est meilleure que la gelée de coing.
Chacun campe sur sa position et... basta.
Si "préférable" avait été remplacé par "faut-il" c' eut été un peu plus ouvert. Car dans ce cas, tenants de la croyance et partisans du doute auraient pu donner les raisons qui les ont poussé vers l'une ou l'autre des options. Laissons l'espoir de coté pour le moment car tout le monde sait bien qu'il est encore dans la boite de Pandore.
Et puis, espérer, qu'est ce que ça veut dire ? A le voir placé ainsi, entre croire et douter on pourrait penser qu'il est un point de passage obligé entre le doute et la croyance (j'évite soigneusement le mot foi que j'ai au bout des doigts). C'est à dire que le croyant passerait au doute en espérant y trouver réponse à ses problèmes. ceci dans la mesure où le croyant pur et dur pourrait avoir envie de douter - ce dont je doute Sourire doux
Dans l'autre sens, ce serait à la rigueur plus acceptable : celui qui doute peut très bien envier le calme intellectuel du croyant et espérer s'y baigner à son tour. En général cela vient avec l'âge annonciateur de gâtisme et de maladie de d' Alzheimer Hihihi!
Alors Fahreinheit quelle direction prend-t-on ?
Profil
zen
Modératrice
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 51
  • Localisation : Un pied dans l'eau et un sur le mont.
  • Messages : 11009
Ven 16 Sep 2011 22:48
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Fahrenheit ne te répondra pas, il a été banni.

Dans la phrase "Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?" On peut donner comme réponse son avis, sa préférence.
Si tu dis "Faut il croire, etc" alors là la réponse ressemble à un ordre. Il faut croire ou il faut espérer, etc.
Je préfère lire un avis personnel sur la préférence d'une personne que de lire une réponse qui ressemble à un ordre venant d'un avis personnel.

Est ce qu'il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
C'est chacun sa personnalité. On ne peut aller contre. On aura beau dire à une personne qu'il faut croire, si cette personne est de nature à douter, elle ne croira jamais.

En fait, aucun des mots préférable ou croire n'est bon, chacun fait comme il peut.
Profil
Bavard impénitent
Bavard impénitent
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 55
  • Localisation : Karukéra
  • Messages : 557
Ven 16 Sep 2011 22:55
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Alors mon cher Fareiheit pour moi pas d'ane qui s'apelle Pascal juste une pensée positive. Salut!

Je différencie le fait que l'on me fasse espérer de celui de l'espoir que je porte. C'est dans cette deuxième optique que je me situe. L'espoir que je porte n'est aucunement une carote mais une réelle possibilité. C'est donc dynamique, positif.

Pour moi la croyance est figée on croit ou l'on ne croit pas. En plus on croit dans un impossible il me semble, ou un invérifiable.

Le doute c'est encore pire, pour moi le doute n'est aucunement la remise en question juste une pensée négative. La remise en question étant positive car permettant la progression alors que le doute est vraiment à mon sens une dévalorisation.

Bise ma mesure de température préféré. Rôrô calin
Profil YIM
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17702
Ven 16 Sep 2011 23:40
Message Re: Est-il préférable de croire, d'espérer, ou de douter ?
Je veux bien me mouiller, mais si je ne l’ai pas fait, c’était pour éviter d’ennuyer avec mon côté tatillon, surtout sur une question comme celle-ci. Tant-pis, tu le demande.

harratch a écrit : 
Je commencerai par récuser l'usage du mot "préférable". Chacun voyant midi à sa porte, il est évident que le croyant préfère croire, que le sceptique est habité par le doute

Dans cette réaction, je m’interroge sur le caractère absolue de la réponse. D’ailleurs c’est aussi le caractère absolue de la question initiale qui m'a dérouté. Doute d’une chose, croyance d’une chose, espoir d’une chose, j’arrive à comprendre, mais pas dans l’absolu.

Ou alors on parle de la propension des gens à croire, à espérer ou à douter ? Douter de tout ? Croire à tout ? Espérer en tout ?

harratch a écrit : 
et qu'il s'en trouve bien, et que chez chacun d'eux existent des gens, les uns espérants voir les incrédules abonder dans leur sens, et les autres pensants que leurs raisons de douter seront démontrées un jour de façon irrévocable.

Ok, ok, maintenant on parle de la certitude du doute. Je ne me mouille plus, je me noie. Tant-pis, j’essaie de ramer encore un peu.

harratch a écrit : 
Donc pas de discussion possible si "préférer" est la charnière entre les mots.
Je ne t'accuserai jamais de croire que la confiture de groseille est meilleure que la gelée de coing.
Chacun campe sur sa position et... basta.

Si on le crois, et qu’on goute, on fini par le savoir Hihihi!

Mais déjà là, on s’éloigne du caractère absolu. Il y a de la houle.

harratch a écrit : 
Si "préférable" avait été remplacé par "faut-il" c' eut été un peu plus ouvert. Car dans ce cas, tenants de la croyance et partisans du doute auraient pu donner les raisons qui les ont poussé vers l'une ou l'autre des options.

Dans l’absolu ou pour des choses en particulier ?

harratch a écrit : 
Laissons l'espoir de coté pour le moment car tout le monde sait bien qu'il est encore dans la boite de Pandore.

Pourquoi ? Que la boite de Pandore soit ouverte sur un espoir, n’implique pas que tout espoir amène à ouvrir une boite de Pandore. Ou si ?

harratch a écrit : 
Et puis, espérer, qu'est ce que ça veut dire ?

Ça veut dire au moins qu’on invite un concept dans la partie : être déçu(e) ou avoir été déçu(e) ou craindre d’être déçu(e) (ou ses cousins plus forts, que sont souffrir ou avoir souffert ou craindre de souffrir)

harratch a écrit : 
A le voir placé ainsi, entre croire et douter on pourrait penser qu'il est un point de passage obligé entre le doute et la croyance

Qu’est-ce qui te le fais voir placé entre les deux ? La formulation de la question seulement ? Et si l’ordre des mots dans la question n’était qu’arbitraire et donc non-interprétable ?

harratch a écrit : 
(j'évite soigneusement le mot foi que j'ai au bout des doigts). C'est à dire que le croyant passerait au doute en espérant y trouver réponse à ses problèmes. ceci dans la mesure où le croyant pur et dur pourrait avoir envie de douter - ce dont je doute Sourire doux

Peut-être qu’il veut porter sa croix Grand sourire

Question 1 : comment douter pourrait-il résoudre son problème ?
Question 2 : si il a un problème alors qu’il croie, d’où vient son problème ?

Il doute de sa foi, donc il doute de croire, et alors pour mettre sa foi à l’épreuve il essai de douter ? J’extrapole beaucoup trop quand-même là.

harratch a écrit : 
Dans l'autre sens, ce serait à la rigueur plus acceptable : celui qui doute peut très bien envier le calme intellectuel du croyant et espérer s'y baigner à son tour. En général cela vient avec l'âge annonciateur de gâtisme et de maladie de d' Alzheimer Hihihi!

Alors de la même manière que le froid et le chaud ne sont pas symétriques, mais que le froid est physiquement l’absence de chaud, sans que le chaud ne soit l’absence de froid, alors ce serait le doute qui définirait la croyance, et la croyance serait l’absence de doute, sans nécessairement que le doute ne soit l’absence de croyance ? Et on glisserait tout naturellement vers la croyance, de la même manière que les choses chaudes finissent par refroidirent si on entretient plus leur température ?

harratch a écrit : 
Alors Fahreinheit quelle direction prend-t-on ?

Fahreinheit, si il avait vraiment voulu te répondre, il n’aurait pas demander à se faire bannir (et demandé d’une des pires manières qui soit). Il faudra continuer sans lui Clin d’œil

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron