Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

L’état de l’investissement humain et économique dans le logiciel
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16952
Sam 27 Sep 2014 21:50
Message L’état de l’investissement humain et économique dans le logiciel
Je pensais ouvrir un sujet plus orienté, sur la base du constat que je pense pouvoir faire du piteux état de l’investissement humain et économique dans le logiciel en général. Mais cette question appellerait tout de même à parler des solutions, et donc de son contraire, de ce qui va bien, même si c’est peu courant.

Ce sujet qui part d’un constat négatif, parlera finalement des constats négatifs et positifs, par nécessité.

L’idée et de faire des bilans et d’en trouver les causes (même pour les rares bilans positifs Tire la langue ), aussi d’en donner des exemples.

Banalités (ou pas)… Pour profiter d’un débroussaillage à l’occasion du premier message, je dirais qu’il faut distinguer plusieurs familles de logiciels : grand‑publics, industriels, et de la recherche. Ça semble OK ou il manque une grande catégorie ? J’ai un doute Je dirais aussi que la principale cause du manque d’investissement (oops, orienté, mais c’est pour introduire sur la base de la réalité) est d’abord économique et que c’est le manque d’investissement économique qui produit le manque d’investissement humain. Le processus est sûrement assez différent selon le positionnement d’un logiciel dans la catégorisation à gros traits proposée plus haut : « obligation de gratuité » pour les logiciels grand‑public (ou le numérique grand‑public en général, mais ça demanderait un autre sujet dédié), situation économique de l’industrie (en fait, des entreprises en général) pour les logiciels industriels, et la traditionnelle ingratitude du milieux économique envers le milieux de la recherche pour les logiciels destinés à la recherche. Ça va à‑peu‑prêt jusque‑là ? J’en sais rien (à grand‑traits, quand‑même…).

Si quelqu’un(e) passe et à envie de confirmer ou au contraire de dire que c’est n’importe quoi, ben tu t’inscris et tu te connectes Tire la langue .

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16952
Sam 27 Sep 2014 21:57
Message Re: L’état de l’investissement humain et économique dans le logiciel
Premier exemple. Un papier en Anglais publié en Mars 2014. Le résumé parle des défis pratiques de le conception des logiciels de bio‑informatique en milieux académique.

Developing sustainable software solutions for bioinformatics by the “Butterfly” paradigm (f1000research.com). Mars 2014, Ahmed Zeeshan, Zeeshan Saman et Thomas Dandeka.

Cet extrait est intéressant :

Résumé du papier a écrit : 
[…] Typical challenges in an academic environment are short-term contracts, island solutions, pragmatic approaches and loose documentation. […]

Traduction a écrit : 
[…] Les défis typique du contexte académique, sont les contrats à court‑terme, les solutions de niches, la pragmatisme des approches et la faiblesse de la documentation. […]


Le problème qu’ils voient dans le pragmatisme n’est l’objet du sujet (et ça m’interroge), la faiblesse de la documentation peut être une conséquence du manque d’investissement, mais ce qui est important, c’est la mention à des contrats à court terme, qui semblent représentatifs d’après ces mots.

Des contrats de durées trop courtes…

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet