Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

L’étrangeté de la physique : parfois lointaine, parfois proche
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15529
Mar 24 Mar 2015 01:03
Message L’étrangeté de la physique : parfois lointaine, parfois proche
L’univers est étrange, les gens faisant de la recherche en physique n’en disent pas moins.

Ces étrangetés, ont l’air lointaines, pourtant parfois elles peuvent être proche.

Je posterai un second exemple plus tard, pour l’instant celui‑ci, sur les échelles de Planck, avec un court rappel ennuyeux préalable, mais nécessaire, pour situer.

Un exemple de ce qui peut sembler lointain, sont les échelles de Plank, c’est à dire les échelles de temps et d’espace en dessous desquelles les mesures ne correspondent plus au sens commun, parce qu’elle deviennent probabilistes, ne peuvent plus être considérées comme déterminées : la longueur de Planck, 4.1 * 10⁻³⁵ mètres pour l’espace, c’est à dire 4.1 * 0.00…01 avec 34 zéros entre la virgule et le 1, ce qui est très petit ; le temps de Planck, 1.4 * 10⁻⁴³ secondes pour le temps, c’est à dire 1.4 * 0.00…01 avec 42 zéros entre la virgule et le 1, ce qui est très court.

Évidemment, ces limites des plus petites échelles déterministes possibles de temps et d’espace, sont tellement petites, qu’elles ne se rencontrent jamais dans notre expérience du quotidien.

Mais de ces limites, il en découle une autre, une limite de masse, la masse de Planck, qui est 5.5 * 10⁻⁸ kg, c’est à dire 55 microgrammes. Le microgramme, est une unité accessible à notre expérience du quotidien, et on parle même en dixième de microgramme par litre d’eau, quand on parle de la pollution de l’eau par un composé, alors 55 microgrammes, peut être considéré comme une chose assez à l’échelle du monde humain. Un site du CNRS, souligne que cette masse de 55 microgramme est aussi environ celle d’un grain de sable fin, ce qui n’est pas étranger à notre monde de tous les jours.

Et cette masse de Planck, c’est la masse minimale d’un trou noir, ou aussi la masse maximale d’une particule : Temps et longueur de Planck (cnrs.fr).

C’est à dire que la masse minimale d’un trou noire, ou la masse maximale d’une particule, est d’un ordre de grandeur qui nous est encore commun.

C’est fou ça… la limite théorique de la masse que peut avoir une particule, c’est celle d’un grain de sable fin. Pour le monde des particules, ça doit être une masse gigantesque Wazaa ! . Une particule peut quasiment être à l’échelle du monde humain pour ce qui est de sa masse… mais sur ce point seulement, pas en taille par exemple.

Je posterai plus tard un autre cas, montrant que la relativité d’Einstein est perceptible au quotidien, à travers un phénomène considéré comme banale.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet