Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

La tempête de Noël 1999, en france
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 00:15
Message La tempête de Noël 1999, en france
J’imagine que la tempête du siècle s’est faite sentir en Belgique aussi, même si assez probablement moins, mais ce reportage ne parle que de son passage sur la france.

Une bonne page d’histoire sur une tempête qui a massacré des forêts comme si elles avaient été de paille, en laissant des paysages surréalistes et silencieux après son passage. Pour les gens pour qui c’est un souvenir marquant et encore présent (ce qui a sûrement été le cas des gens vivant à la campagne où en étant proche d’une manière ou d’une autre), on apprends tout de même dans ce documentaire, des choses dont presque personne n’étaient conscient(e)s ce triste soir de Décembre.

Je rapporte ici des notes tirées de ce reportage, et le poste plus bas, à la suite.

Le 23 Décembre, une tempête se forme au États‑Unis, remonte vers le Canada, et perturbent les vents habituels pour la saison. Habituellement, il y a bien des vents violents, mais il remonte plus au nord, en passant par le nord de l’Écosse. Ce mois de Décembre, progressivement se courant se courbe vers le sub au point que la moitié nord de la france se trouve sur sa trajectoire. La tempête n’est pourtant pas encore là.

Le 24 Décembre, un analyste météo pressent que de mauvaises perturbations s’annoncent, et dans la classique fourchette de prévisions du pire au meilleure, opte pour annoncer la pire. L’annonce passe inaperçu, car en ce même mois de Décembre, deux autres sujets font la une des médias : le naufrage du pétrolier Érika et le bug de l’An 2000.

Le 25 Décembre, vers 9h du matin, des promeneurs digérant leur repas de réveillon tout en réalisant une vidéo amateur, alors qu’ils prennent l’air et s’amusent sur une plage à proximité du Mont Saint‑Michel, sentent vers 11h (du matin, toujours), un fort vent se lever, voient le ciel s’obscurcir, et décident que toute la famille devrait rentrer au plus vite avant que le temps ne se gâte trop. Même là encore, ils ne savent pas que c’est une tempête à proprement parler, qui arrive. La météo annonçait pourtant ce matin là, des vents de 110 à 120 km/h sur les côtes de la Bretagne, et plus tard, des vents de 130 km/h jusque sur les terres ; des vents peu courants, mais pas exceptionnels. Notez que normalement, les vents perdent de l’énergie à mesure qu’ils s’avancent sur les terre, et qu’il faut des vents encore plus forts sur mer, pour qu’ils aient cette vitesse en arrivant sur les terres. Mais c’était la tempête du siècle, et il est difficile de s’attendre à l’événement rare qui allait suivre, surtout qu’à cette époque, les données météorologiques pour l’Atlantique, étaient moins denses que de nos jours.

En début d’après midi du 25 Décembre, la tempête fait pressentir sa violence sur la Normandie, où il se produit des tornades, et où des gens piégés par la violence inattendue des vents, meurent de ses conséquences. Et ce n’était pas nécessairement par imprudence : à 13h, deux gens meurent sous les décombres d’une maison dans laquelle ils pensaient être abrités, quand le toit s’est effondré sous la pression du vent.

Le reste de l’après‑midi du 25 Décembre, d’autres accidents et disparitions surviennent, et la météo annonce un renforcement des vents, … l’épisode venteux n’est pas sur le point de se terminer, les prévisions l’annonce bien, mais cela ne semble être encore qu’une tempête sur la Normandie et la Bretagne, auxquelles elles nous ont déjà « habitué », d’autant que mêmes les prévisions météorologique, sont en dessous de la réalité, et que ce n’est que le début des sombres surprises et prises de court pour eux, et pour la population.

Le 26 Décembre vers 00h, les données en temps réelles commencent à beaucoup dérivé des prévisions.

Le 26 Décembre vers 3h ou 4h du matin, c’est le début de la véritable tempête, entrant par la pointe de la Bretagne.


Le commentateur du reportage, parle de « monstre » pour parler de cette tempête … remarquer comme la photo satellite des nuages, laisse l’impression de voir un visage avec deux yeux sévères et méchants :

Image

Vous voyez aussi ? Fantôme


Je m’arrête ici pour les notes narrant le contexte et la naissance de la tempête, et vous laisses voir la suite dans ce reportage (à moins que je n’ajoute d’autres notes dans des messages suivants) :


La tempête du siècle — France — les 25, 26 et 27 Décembre 1999


Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 02:06
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
La suite est faite de témoignages divers, de gens divers. C’est assez prenant, surtout quand ça rappel des choses…

Je ne me souvenais plus qu’elle était passée dans la matinée, il me semblait l’avoir entendu dans la nuit, et pourtant d’après ce reportage, elle soufflait sur la Lorraine vers 9h ou 10h, selon les lieux, et spécifiquement vers 10h dans les Vosges.

Entrée en Bretagne à 00h, sur Paris où elle atteint son maximum (un maximum qu’elle conservera ensuite) vers 7h30, en Lorraine à partir de 9h, en Alsace vers 11h, pour finir par s’épuiser sur la Forêt Noire en Allemagne, après y avoir soufflé des vents de 200 km/h, des pointes qu’elle avait depuis Paris, et qu’elle a gardé sur la Champagne et la Lorraine.

Étrange… pourquoi dans mes souvenirs était‑ce tôt le matin quand il faisait encore nuit ? J’en sais rien

La suite du reportage donne une explication sur le pourquoi elle n’a pas été prédite : les cyclones se forment lentement sur l’océan, avancent lentement (comparé à cette tempête), et perdre de l’énergie sur les terres. Cette tempête, qui avait certaines caractéristiques d’un cyclone, s’en distinguait par sa vitesse de déplacement de 100 km/h (la vitesse de déplacement de la dépression, c’est‑à‑dire de la tempête, pas la vitesse des vents), et par son gain d’énergie alors qu’elle était sur les terres. Ces deux caractéristiques inhabituelles, ont suffit à surprendre les prévisionnistes ; s’y ajoutait les ruptures de lignes téléphoniques et électriques, des voies de transport rendues impraticables, le tout rendant les communications difficiles et mêmes impossibles dans certains lieux.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 02:53
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Hibou a écrit : 
Étrange… pourquoi dans mes souvenirs était‑ce tôt le matin quand il faisait encore nuit ? J’en sais rien

Ça ne pouvait pas être la deuxième vague du 27 Décembre, qui est passé plus au sud. Celle‑ci est entrée par les environs de l’estuaire de la Gironde vers 18h, pour finir sur la régions de Lyon et les Alpes vers 22h.

Je n’avais même pas connaissance de cette seconde tempête ; pour moi, jusqu’à ce reportage, c’était une seule et même tempête.

La copie d’écran d’une image satellite postée précédemment, est en fait celle de la seconde tempête. Les images de la premières sont moins lisibles, ce qui explique qu’elle ait plus surpris que la seconde, malgré que ce soit la seconde qui aura été la plus violente.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 03:00
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Hibou a écrit : 
En début d’après midi du 25 Décembre, la tempête fait pressentir sa violence sur la Normandie, où il se produit des tornades, et où des gens piégés par la violence inattendue des vents, meurent de ses conséquences. Et ce n’était pas nécessairement par imprudence […]

Il y a malheureusement eu de nombreux cas d’imprudence, qu’il faut mentionner, même si ça ne fait pas plaisir de le dire : lors de la seconde tempête (et pendant la première aussi ? J’en sais rien ), des gens sont morts après être sortis sur le toit pour remettre en place une antenne TV de manière à pouvoir continuer à regarder les actualités sur la tempête (triste ironie), après être sortis sur les côtes pour voir le spectacle des vagues, après avoir maintenu d’autres sortis diverses malgré l’alerte.

D’après le reportage, ces gens n’étaient pas conscient(e)s du danger que signifie l’annonce de vents soufflant à 160 km/h, contrairement aux populations des DOM‑TOM, qui connaissent ces phénomènes.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 03:26
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Le reportage se termine sur la générosité des agents techniciens d’EDF, avec leur travail pour rétablir l’électricité partout, alors qu’ils auraient dut être en congé, en général sous deux à trois jours, parfois travaillant jusqu’au 12 Janvier 2000 pour les lieux les plus difficiles et reculés. Des confrères sont mêmes venus de l’étranger pour les soutenir.

Vers la fin encore, une remarque sur les mauvais choix de plantations dans certaines forêts, qui si elles avaient été constituées d’autres essences, et aussi d’essences d’arbres plus variées, auraient mieux résisté à ces vents.

La date du reportage, semble être 2005 environ. Il y en en effet dit, vers la fin, que 5 ans après, les éléphants mécaniques (des bras robots spécialisés dans la coupe du bois, monté sur des cabines de conducteur) de l’ONF (Office National des Forêts), passaient encore la plus grande partie de leur temps, à couper les arbres penchés d’avoir essuyé la tempête.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 06:14
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Les Journaux du 20h, d’Antenne 2 (n’était‑ce pas déjà France 2 ? J’en sais rien ), les soir du 26 et 27 Décembre 2014. Ce sont deux archives INA (Institut National de l’Audiovisuel).




Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 06:54
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Il y avait des grandes roues sur les Champs Élysée le 26 Décembre, et elles ne sont pas tombés J’y crois pas .

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 07:08
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Quel a été l’effet de cette tempête sur la marée noire qui s’étendait toujours à ce moment ?

Elle a été nommée « tempête du siècle », et pourtant le journal du 26 Décembre, parle de « la tempête la plus grave depuis une cinquantaine d’années ». Erreur d’appréciation au moment de ce journal ou exagération par la suite ? Autre explication ?

Le documentaire précédent, dit que la tempête est entrée en france par la Bretagne à 00h, et a quitté la france après 11h. Le journal du 26 Décembre dit qu’elle est entrée par la Bretagne à 4h et a quitté la france après 10h, pour ensuite se diriger sur la Pologne. Qui dit vrai ? Le reportage réalisé 5 ans après la tempête ? Y‑a‑t‑il confusion avec la seconde tempête ? Mais cette seconde tempête était dans l’après‑midi et en soirée, et non‑pas le matin comme la première… C’est à éclaircir.

En plus des vents et de la marée noire, il y a eu des inondations, et la Bretagne a cumulé ces dernières en plus des deux premières (les trois phénomènes en même temps). Dans quelques lieux, des problèmes d’alimentation en eau : destruction des infrastructures ou pollution de l’eau ?

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 09:01
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
Sans gênes… des transporteurs routiers n’ont pas trouvé mieux que faire grève à ce moment là Pffff… .


Petite question en marge : aurais‑je dut ouvrir ce sujet dans Histoires plutôt que dans Nature & Environnement ? J’ai un doute

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16068
Mar 18 Nov 2014 09:26
Message Re: La tempête de Noël 1999, en france
D’après le second journal, celui du 27 Décembre, l’augmentation de la violence des vents sur les terres (alors qu’habituellement la violence des vents diminue en avançant dans les terres), et les tourbillons brefs mais destructeurs et localisés, auraient été expliqués par des vents de haute altitude, se rabattant jusqu’à aussi bas que le sol. Ces vent seraient venus d’une couche nommée la tropopause, à une altitude de 8 000 m (8 km), où ils y avaient une vitesse de 400 km/h.

La densité de l’air à 8 000 m est plus faible qu’au sol, et en descendant, le vent ne pouvait pas garder la même vitesse (la densité augmentant, la vitesse doit diminuer, en vertu de la quantité d’énergie). Apparemment ces 400 km/h à 8 000 m d’altitude, sont facilement devenus des vents de 170 à 200 km/h au sol.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron