Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

La tonie : la hauteur des notes est un phénomène complexe
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17497
Jeu 11 Juil 2013 18:20
Message La tonie : la hauteur des notes est un phénomène complexe
La hauteur des notes est au moins plus complexe que ne le laisse croire la division assez simple en une série d’octaves chacun divisés régulièrement. La perception de la hauteur n’est pas strictement conforme à la loi de Fechner, ne se représente pas si correctement sur une échelle logarithmique.

Depuis longtemps j’ai la sensation que le timbre d’un instrument modifie la hauteur apparente d’une note joué avec celui‑ci, le plus souvent, c’est se sont les tonalité riches qui tendent à faire sentir une note plus haute qu’elle ne l’est.

Je n’avais connaissance de rien de formel à ce sujet, jusqu’à ce que je découvre une notion qui s’appelle la tonie. L’objet de la tonie est la perception de la hauteur d’un son.

Tonie, sélectivité en fréquence et timbre (cochlea.eu).

Cette page synthétise assez brièvement plusieurs phénomènes que je résume.

La discrimination en fréquence, c’est la capacité de l’oreille à distinguer deux sons pures de hauteur différentes, entendu ensemble. Les sons graves ont une plus forte capacité à masqué les sons aigus que le contraire. Il est plus difficile pour un son aigu de masquer un autre son aigu, et cela nécessite un volume sonore plus important pour le son masquant, que s’il était grave. Ainsi, on peut dire que l’oreille distingue mieux les sons aigus entre eux, parce qu’ils se masquent moins entre eux.

L’échelle de la tonie, c’est la manière dont varie la hauteur perçue pour un son, en fonction de sa fréquence. Le cas faussement le plus simple est celui des octaves, dont la suite laisse entendre une progression régulière alors que la fréquence est à chaque fois multiplié par deux; c’est l’échelle logarithmique qui sert aussi à subdiviser l’octave. Mais ce n’est qu’une simplification, et cette échelle logarithmique n’est pas valable sur toute la gamme des fréquences audibles. En dessous de 500 Hz, l’échelle est linéaire au lieu d’être logarithmique. Au delà de 500 Hz, la courbe s’infléchie et devient logarithmique. Ce n’est pas dit dans cette page, mais dans les son aigu, il faut multiplier la fréquence par plus que deux, pour obtenir la sensation de l’octave. Ce qu’il faut retenir, c’est l’échelle logarithmique de base 2, n’est pas une réalité universelle à toutes les fréquences. La loi de Fechner n’est qu’une approximation.

Le volume sonore d’un son influence sa hauteur perçue. Quand on augmente le volume sonore d’un son grave, il parait un peu plus haut qu’il ne l’est vraiment. Au contraire, augmenter le volume sonore d’un son aigüe le fait percevoir un peu plus bas qu’il ne l’est vraiment. Pour faire sentir une hauteur la plus haute possible ou la plus basse possible, le volume sonore ne doit pas être trop important. Le phénomène est très peu prononcé pour les fréquence aux environs de 1000 ou 1500 Hz, est se fait d’autant plus sentir que les fréquences sont proches des limites graves ou aigües.

La brièveté d’un son influence sa hauteur perçue. Un son joué brièvement paraitra un peu plus bas qu’il ne l’est vraiment.

Un ensemble de sons ou de bruits, influence aussi la hauteur générale perçue, par le phénomène sur masque décrit plus haut. C’est le phénomène qui explique la sensation que j’ai que le timbre d’un instrument influence la hauteur perçue d’une note jouée avec.

Le lien plus haut fourni des graphiques qui seront peut‑être plus parlant. Consultez cette page pour avoir une autre formulation que ce résumé (sachant que la page est elle‑même un résumé).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet