Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Le Chupacabra n’existe pas (mythe)
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19182
Ven 1 Fév 2013 04:35
Message Le Chupacabra n’existe pas (mythe)
Un reportage de History Channel, sur le Chupacabra. Leur conclusion est qu’il n’existe pas, que des explications rationnelles ont été données sur le phénomène, et qu’il peut être dangereux d’ignorer les causes réelles du phénomène (voir plus loin).

Vidéo de 45 minutes, suivie d’un résumé.

Le Chupacabra — History Channel




Les partisan(ne)s de l’existence du Chupacabra, avancent quatre catégories de preuves, qui sont résumées tour à tour : des témoignages visuels, des mutilations quasi‑chirurgicales, des empreintes, et le reste d’un Chupacabra retrouvé mort.

Les témoignages visuels, comme tous les témoignages, sont plus ou moins dignes de confiance, même si la personne qui les rapporte ne ment pas. On peut rapidement passer sur cette « preuve », qui a tout de même trouvé une explication crédible : des singes / macaques rhésus, échappés de quelque part. Cette explication correspondrait bien à l’agilité, la grande vitesse de déplacement, la petite taille, et la couleur assez grise, rapportés par les témoignages.

Les mutilations dignes d’opérations chirurgicales au laser, comme elles sont parfois décrites, ont put être reproduites avec un processus naturel. Un shérif a mené une enquête, au cours de laquelle il a fait amener une vache morte d’une maladie (mort naturelle), au milieu d’un près comparable à ceux où les animaux « mutilés » étaient retrouvés. En 48 heures à peine, des transformations naturelles et l’œuvre de mouches, ont put reproduire les mêmes signes extérieurs, qui n’impliquent donc pas une forme d’intervention chirurgicale : animaux vidés de leur sang, chaires découpées comme au scalpel, organes manquants principalement les yeux, les parties buccales, et organes génitaux.

Les empreintes prise par un « spécialiste des phénomènes paranormaux », se sont révélés très probablement fausses, pour des raisons raisonnablement évidentes : trop parfaites au point que l’animal aurait dut poser pour laisser de telles traces, ne portant aucune des traces secondaires provoquées par le mouvement d’un animal qui marche, et portant par contre des traces ressemblant assez à des empreintes de doigts humains.

Le reste de Chupacabra retrouvé mort, après mesure des os, étude de la dentition et du crane, témoigne qu’ils ont été ceux d’un chien domestique (canis vulgaris, précisent‑ils).

Les conclusions de cette dernière étude, à laquelle a participé un vétérinaire, David Moralès, loin de satisfaire et rassurer les populations croyant être concernées par un phénomène surnaturelle, les a mise dans une telle colère (la population refusait cette conclusion) que le vétérinaire craint pour sa vie et n’ose plus fréquenter la région. La population accuse l’équipe de vétérinaires d’avoir échangé le corps de l’animal contre un autre, et ne pardonne pas la conclusion des vétérinaires.

Ce déni de réalité, souligne un autre vétérinaire, est commode, car évite aux éleveurs de devoir se donner la peine de chercher la cause de la mort des animaux (ce qui peut demander de longues heures de travail minutieux), et ce déni peut être dangereux, s’il fait négliger une cause comme une maladie par exemple. Nier la cause naturelle qui est la plus probable, c’est s’exposer encore plus à cette cause naturelle, surtout si elle est contagieuse, comme dans le cas d’une maladie.

En bref, le Chupacabra est un mythe, et les réponses donnés à ce mystère en l’expliquant par d’autres mystères, comme des interventions d’extra‑terrestres ou des animaux mystérieux, restent moins convaincantes que des explications dont certaines peuvent même être reproduites expérimentalement.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron