Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Le « mécanisme d’Anticythère »
Auteur Message
Ric
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Age : 67
  • Localisation : la Gaume, région de la Lorraine belge
  • Messages : 1730
Lun 6 Avr 2015 13:45
Message Le « mécanisme d’Anticythère »
Image


Le "mécanisme d'Anticythère" est une calculatrice mécanique antique
permettant de calculer des positions astronomiques.
Ce mécanisme est fondé sur les cycles de progression de l'arithmétique
babylonienne.Il est datée d'avant 87 av. J.-C. et c'est le plus vieux mécanisme
à engrenages connu à ce jour.Les fragments retrouvés sont conservés au Musée
national archéologique d'Athènes.

C'est peu avant Pâques 1900, deux caïques de pêcheurs d'éponge grecs
(au scaphandre) de Symi, l'Euterpe et la Calliope, en route vers l'Afrique du
Nord, firent escale sur la côte nord-est d'Anticythère, devant s'y abriter à
cause d'une tempête au large.

Image


Le 4 avril 1900, profitant d'une accalmie, l'un des plongeurs, Elias Lykopantis
remonta et raconta qu'il avait vu des hommes nus et des chevaux : il venait
de découvrir par hasard l'épave antique gisant par 62 m de fond environ. Il en
remonta un objet de la cargaison, la main d'une statue en bronze elle appartenait
à la statue dite du Philosophe.

Les pêcheurs n'en modifièrent pas leurs plans pour autant, et ce n'est qu'au
retour, à l'automne, qu'ils avertirent les autorités grecques plutôt que le
gouvernement ottoman dont Symi dépendait à l'époque par patriotisme
hellénique. Le gouvernement grec dépêcha aussitôt sur place des navires de
sa marine de guerre, le 24 novembre 1900. Les opérations de renflouement de
l'épave durèrent jusqu'en septembre 1901, et se soldèrent par la mort
accidentelle d'un pêcheur et la paralysie de deux autres, frappés par le mal des
profondeurs.

De nombreuses statues et statuettes en bronze et en marbre en furent retirées,
dont la plus célèbre est un éphèbe souvent attribué à Euphranor ou à Lysippe
(ces découvertes remplissent actuellement trois salles du Musée national
archéologique d'Athènes), ainsi que des objets divers (instruments chirurgicaux,
lyre en bronze, etc.).

Image


On considère que la découverte de la machine à proprement parler date du 17
mai 1902 quand l'archéologue Valerios Stais s'aperçut qu'un morceau de
pierre rapporté du site recelait des inscriptions et des engrenages incrustés.
Un examen révéla qu'en fait de pierre, il s'agissait d'un mécanisme rouillé, dont il
restait trois morceaux importants et 82 fragments plus petits.

Image


En 1976, la Calypso est sur place et l'équipe du commandant Cousteau explore
l'épave. Elle y découvre des pièces de monnaie et ceci permet de préciser la date
du naufrage et la provenance du navire. En -86, l'armée romaine reconquiert la
Grèce et met la ville de Pergame à sac. Le navire, à destination de Rome, aurait
sombré lors d'une tempête.

Derek J. de Solla Price, physicien et historien des sciences à l'université Yale,
confirma l'hypothèse de Rehm. En utilisant le procédé de désoxydation
électrolytique et des radiographies aux rayons X, il étudia le disque et fit
apparaître un dispositif extrêmement complexe, comprenant, outre la vingtaine
de roues dentées déjà répertoriées, des axes, des tambours, des aiguilles
mobiles et trois cadrans gravés d'inscriptions et de signes astronomiques.
En 1959, il publia un article préliminaire dans Scientific American, puis consigna
les résultats de ses recherches dans Gears From The Greeks: The Antikythera
Mechanism, A Calendar Computer from Circa 80 BC, en 1973. Selon Price,
la machine fonctionnait à l'aide d'une manivelle et permettait de répondre à
des questions d'ordre astronomique.

Image Image


Price découvrit en particulier que l'un des mécanismes correspondait à un cycle
lunaire ancien utilisé à Babylone.
Par la suite, Allan Bromley et Michael Wright firent des études plus approfondies
et corrigèrent certaines erreurs de la reconstruction de Price.

Comme il est impossible de démonter le disque sans l’endommager gravement et
que les moyens d'étude classiques, tel que la radiographie, s’avéraient inadaptés,
toute nouvelle étude du disque fut bloquée ; en 2000, l’astronome Mike Edmund
de l’université de Cardiff et le mathématicien Tony Freeth eurent l’idée d’utiliser
un scanner à rayons X.

Pour étudier un si petit objet (de quelques centaines de grammes), il faut
construire un scanner à rayons X (en fait, un tomographe à la fois de très haute
résolution et de 450 kilovolts pour que le faisceau puisse traverser l'objet dans
le sens de la longueur), pesant, avec sa console, plus de huit tonnes. L'appareil,
construit par X-Tek Systems6, s’avère capable de reconstituer et produire des
images tridimensionnelles avec une précision de 50 microns.

Pour parachever cette nouvelle expertise scientifique, Edmunds rassembla,
à l'automne 2005, une équipe pluri-disciplinaire associant des astronomes,
des physiciens, des mathématiciens et des paléographes des trois universités
les plus concernées, en impliquant les départements suivants :

* Université de Cardiff, école de physique et d’astronomie (82 personnes) ;
* Université d’Athènes : section d’astronomie, astrophysique et mécanique,
dirigée par le professeur Triberis Georges (responsable : Pr Xénophon
Moussas) (71 personnes);
* Université Aristote de Thessalonique : section d’astrophysique, astronomie
et mécanique du département de physique (72 personnes). (responsable :
Pr John Seiradakis).

Pour Xénophon Moussas, directeur du laboratoire d'astrophysique de l'université
d'Athènes, qui participe aux investigations en cours sur le disque, la machine est
plus complexe que les astrolabes connus jusqu'alors qui ne comportent que
quelques engrenages et roues à dents7. Avec son équipe, Xénophon Moussas
a réussi à déchiffrer 2 000 nouveaux caractères Price n'en avait déchiffré
« que » 900, y compris sur les disques à l'intérieur de la machine. Ces textes
sont à la fois un mode d'emploi de l'appareil et un traité d'astronomie. Quatre
cadrans « au moins » et non pas trois indiquent les positions du Soleil et de la
Lune, et un plus petit des cadrans décrit les phases de la lune.

Image
le "mécanisme d'Anticythère" reconstitué


Il est désormais certain qu'il s'agissait d'une machine à calculer les mouvements
solaire et lunaire, sans que l'on puisse à proprement parler d'horloge
astronomique car le mécanisme était actionné par une manivelle. Elle servait
également à prévoir les éclipses et aurait pu aussi servir à prédire les
mouvements de certaines planètes.

D’autre part, la forme des caractères, comparée à celles d'autres inscriptions de
la même époque, conduit les experts à dater la pièce de la fin du IIe siècle avant
notre ère.
L'équipe du Projet de recherche a communiqué les résultats des analyses en
cours lors d'une conférence internationale à Athènes, le 30 novembre et le 1er
décembre 2006. La première publication a été faite par le journal "Scientifique
Nature"

Si, grâce aux données accumulées sur la structure interne de la machine, le
mécanisme est connu en détail, son fonctionnement est lui bien moins certain.

Cette machine de bronze, de forme circulaire, actuellement fragmentée en trois parties
principales exposées au Musée Archéologique d'Athènes, occupe le volume d'un petit boîtier
haut de 21 cm, large de 16 et épais de 5 (dimensions d’un livre de taille moyenne).

Image
reconstitution


Elle est composée de plus de 82 éléments dont une trentaine de roues dentées. Elle devait
probablement être actionnée à la main au moyen d'une manivelle. Son fonctionnement se base
sur les mouvements différentiels des engrenages permettant de « calculer » la position des
astres à un moment donné. Selon Freeth10, la manivelle actionnait une roue principale qui
entraînait l'ensemble des engrenages. La face avant possédait des aiguilles indiquant les
positions de la Lune et du Soleil par rapport au Zodiaque, ainsi qu'un cadran correspondant
au calendrier égyptien de 365 jours. La face arrière comportait deux cadrans, l'un correspondant
à un calendrier astronomique, le Cycle de Méton, l'autre correspondant au Saros, cycle de lunaisons
permettant de prédire des éclipses. On tournait la manivelle pour régler le mois et l'année sur le
calendrier métonique, le calendrier égyptien sur l'autre face permettant de régler le jour.
Pour prédire une éclipse, on faisait tourner la manivelle jusqu'à ce que l'aiguille du cadran du
Saros tombe sur une inscription correspondant à une éclipse. Le cadran métonique indiquait alors
le mois et l'année de cette éclipse. Pour calculer le jour précis de l'éclipse, on se reportait
sur la face avant et on tournait la manivelle pour mettre les aiguilles indiquant les positions
de la Lune et du Soleil en phase (position de la Nouvelle Lune pour une éclipse solaire) ou en
opposition de phase (position de la Pleine Lune pour une éclipse lunaire), l'aiguille du calendrier
égyptien indiquant le jour précis de l'éclipse. Cette méthode est relativement fiable pour les éclipses
lunaires, visibles de toute la Terre, mais seulement probable pour les éclipses solaires, celles-ci n'étant
visibles que sur un étroite bande de la Terre. D'autres cadrans donnaient des informations complémentaires,
telles que la date des divers jeux antiques.
Image
le mécanisme reconstitué


Les inscriptions sont composées de plus de 2 200 lettres grecques. Ces lettres
gravées sur le bronze très petites de 1,5 à 2,5 mm de hauteur sont plus ou moins
érodées. Leur forme indique les alentours de 100 avant J.-C..

Ces inscriptions, déchiffrées à 95%, se divisent en deux types :

* un texte astronomique « étrange » à l'avant du mécanisme (les mots Vénus,
Hermès/Mercure, le zodiaque y apparaissent).
* un « mode d'emploi » à l'arrière, combinant des indications sur les roues
dentées, les périodes de ces roues et les phénomènes astronomiques.

La nature des inscriptions suggère une origine sicilienne, fruit des héritiers
d'Archimède. Il apparait sur le cadran supérieur les noms de six villes accueillant
des jeux panhelléniques, cinq noms ont d'ores et déjà pu être déchiffrés, dont
celui d'Olympie. Ce cercle divisé en quatre secteurs tournait d'un quart de tour
pour une année, décrivant ainsi le cycle d'une olympiade.

Image


Il apparaît donc que ce mécanisme est en fait un " antique ordinateur grec"
permettant de décrire avec une très grande précision les mouvements des astres,
en particulier du soleil et de la lune.

Curieux objet dans le supposé désert technologique des Grecs, car la création
d'un tel objet demande une très haute technologie que les historiens et
archéologues ne soupçonnaient pas chez les Grecs anciens, mais n'oublions
pas qu'ils ont eu des contacts avec l'Égypte et nous avons vu dans nos articles
précédents que les Égyptiens grandes civilisation noire d'Afrique avaient fort
probablement des connaissances technologiques très avancées !



Je n'ai pas de source à vous donner vu que j'ai picorer mes infos à droite et
à gauche sur le Web. Il suffit de taper : Le "mécanisme d'Anticythère" sur
n'importe quel moteur de recherche et vous aurez une foule de détails.

Image
....Je suis de là-bas !
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 16:22
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Ric a écrit : 
[…]
C'est peu avant Pâques 1900, […]

C’est pour fêter l’anniversaire de la découverte ? Tire la langue

C’est dommage les trois accidents ; je ne savais pas Embêté(e) .


Ric a écrit : 
On considère que la découverte de la machine à proprement parler date du 17
mai 1902 quand l'archéologue Valerios Stais s'aperçut qu'un morceau de
pierre rapporté du site recelait des inscriptions et des engrenages incrustés.

En gros, ça aurait put ne jamais être re‑découvert, comme ça ressemblait à de la pierre.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 16:39
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Ric a écrit : 
Derek J. de Solla Price, physicien et historien des sciences à l'université Yale, confirma l'hypothèse de Rehm.

Je me suis demandé qui était ce Rehm, comme il n’était pas mentionné plus haut, ni son hypothèse.

Voir Albert Rehm (le-flamant-rose.org).

le-flamant-rose.org a écrit : 
Né à Augsburg en 1871, est un philologue allemand. (la philologie est l’étude d’une langue ou d’une famille de langues fondée sur l’analyse critique des textes).

Il fait ses études au Maximilianeum de Munich.

Suite à sa thèse sur la mythographie (étude des mythes), il est désigné par Hermann Brunn, mathématicien allemand et Enno Friedrich Wichard Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, autre philologue allemand comme professeur à Munich.

Vers 1905 il s’intéresse à la machine d’Anticythère. Albert Rehm est le premier à comprendre que l’objet trouvé dans l’épave romaine est un calculateur astronomique.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 16:49
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Ric a écrit : 
Comme il est impossible de démonter le disque sans l’endommager gravement et
que les moyens d'étude classiques, tel que la radiographie, s’avéraient inadaptés,
toute nouvelle étude du disque fut bloquée ; en 2000, l’astronome Mike Edmund
de l’université de Cardiff et le mathématicien Tony Freeth eurent l’idée d’utiliser
un scanner à rayons X
.

La radiographie aux rayons X n’était pas adaptée, cependant un scanner aux rayons X, l’était ? C’est si différent une radiographie et un scanner ? Lecture studieuse Je croyais que les deux sont semblables.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 17:19
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Question bête : elle fait quelle taille en fait cette machine mécanique ? Quelles sont ses dimensions ?

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
zen
Modératrice
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 50
  • Localisation : Un pied dans l'eau et un sur le mont.
  • Messages : 11009
Lun 6 Avr 2015 19:22
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Voici les mesures selon wikipedia :
wikipedia a écrit : 
Le mécanisme occupe le volume d'un boîtier haut de 210 mm, large de 160 mm et épais de 50 mm (dimensions d’un livre de taille moyenne).

Voir là : http://fr.wikipedia.org/wiki/Machine_d% ... th%C3%A8re
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 19:50
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Alors ne c’est pas très gros, et ça a dut être un travail de précision, surtout pour l’époque.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 19:55
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
De mémoire, il me semblait qu’un sujet similaire avait déjà été ouvert, et j’ai effectivement retrouvé celui‑ci, d’Octobre 2013 : Le mécanisme d'Anticythère.

Je fusionne plutôt lequel dans lequel ? J’en sais rien La question revient à une question de titre, parce qu’une fusion fera apparaitre les messages de l’autre sujet en premier, comme ils sont les plus anciens.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Ric
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Age : 67
  • Localisation : la Gaume, région de la Lorraine belge
  • Messages : 1730
Lun 6 Avr 2015 20:53
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Hibou a écrit : 
De mémoire, il me semblait qu’un sujet similaire avait déjà été ouvert,
et j’ai effectivement retrouvé celui‑ci, d’Octobre 2013 : Le mécanisme d'Anticythère.

Oups. . . Toutes mes excuses pour ce doublon !

Ma mémoire m'a trahi. . . J'avais cherché dans "HISTOIRE" et n'avais pas trouvé
trace de ce premier sujet.

Ô vénérable Hibou, pourquoi ne pas effacer purement et simplement le premier
topic que j'ai commis ?

Ou alors l'intégrer dans le nouveau en précisant ma défaillance de mémoire pour
permettre aux visiteurs de comprendre le pourquoi de la chose.

Image
....Je suis de là-bas !
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 6 Avr 2015 21:28
Message Re: Le « mécanisme d’Anticythère »
Ric a écrit : 
Ma mémoire m'a trahi. . . J'avais cherché dans "HISTOIRE" et n'avais pas trouvé trace de ce premier sujet.

C’est pas grave ! Tire la langue

Ric a écrit : 
Ô vénérable Hibou, pourquoi ne pas effacer purement et simplement le premier
topic que j'ai commis ?

Ou alors l'intégrer dans le nouveau en précisant ma défaillance de mémoire pour
permettre aux visiteurs de comprendre le pourquoi de la chose.

L’effacer ? Ben non, pourquoi ? Il est bien l’ancien …

Je crois que je vais laisser comme ça et juste ajouter un lien vers celui‑ci dans le premier message de l’autre, parce que si je fusionne, le grand message de ce sujet se retrouverait trop vers la fin, surtout qu’au début de celui là, il y a une image d’entête signée Ric.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet