Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Loi française sur la prostitution : l’hypocrisie féministe au top
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19026
Ven 7 Nov 2014 01:52
Message Loi française sur la prostitution : l’hypocrisie féministe au top
L’hypocrisie féministe était déjà flagrante dans la loi féministe pénalisant les clients des prostituées, tout en rétablissant le droit au racolage et revendiquant que se prostituer est un droit.

En fait, c’est encore pire que ça. Les clients des prostituées, en plus d’être punis de je ne sais exactement quelle peine, seront fichés comme délinquants sexuels à vie… ceci, tout en revendiquant la prostitution comme un droit ; cherchez l’erreur. Je viens de l’apprendre dans l’interview ci‑dessous, dans laquelle Élisabeth Badinter s’exprime. C’était en Novembre 2013, c’est à dire il y a un an.

Malheureusement, on est pas prêt de voir la fin de l’hypocrisie féministe, vu que le féminisme est même institutionnalisé, et cela dans la plupart des pays occidentaux.

Remarque : je suis personnellement contre la prostitution, mais suis en même temps, contre son interdiction (ou alors il faudrait aussi interdire la prostitution déguisée, très courante). Je ne déplore donc pas la légalisation de la prostitution (même si je considère qu’elle ne devrait pas exister), mais aberration de la légaliser tout en la pénalisant les clients, et encore pire, en les fichant comme délinquants sexuels.


Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19026
Dim 17 Avr 2016 03:51
Message Re: Loi française sur la prostitution : l’hypocrisie féministe au top

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19026
Mer 12 Juil 2017 12:59
Message Re: Loi française sur la prostitution : l’hypocrisie féministe au top
Bilan de la loi de déresponsabilisation des prostituées (loi Belkacem) : moins de clients, des « revenus » presque divisés par quatre, sélection des clients les plus agressifs (les autres ayant fuit) et hausse des agressions entre prostituées (j’imagine qu’elles se battent pour les clients). Les prostituées ne décolèrent pas : Loi prostitution, un an après — à Lille, « ça rend fou tout le monde » (marianne.net), Juillet 2017.

Belkacem aurait été mieux inspirée de prévoir une éducation contre le statut d’objet auquel les « femmes » s’accrochent, mais faut pas trop en demander à une féministe …

Journal Marianne a écrit : 
Cette loi, ça rend fou tout le monde, raconte Célia, une collègue de Sandy, la quarantaine. Aujourd’hui il y a moins de clients et plus d’agressions, y compris entre filles.


Journal Marianne a écrit : 
Parmi les associations, certains intervenants dressent le même constat. "Depuis la fin de l’année dernière, à chaque intervention qu’on fait sur le terrain, soit trois fois par semaine, on reçoit un signalement d’une situation de violence", constate à Nantes Irène Aboudaram pour Médecins du Monde, opposé à la loi.  « Aujourd’hui, comme il y a moins de clients, les filles travaillent plus longtemps. Elles peuvent faire du 22h00 / 6h00. Par crainte d’une verbalisation, poursuit-elle, elles montent dans la voiture sans forcément prendre le temps, comme avant, d’identifier les personnes, de mesurer les risques, de négocier les prix ».

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron