Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Molière n’a pas écrit ses pièces, il les jouait
Auteur Message
En ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16560
Ven 11 Mar 2016 04:31
Message Molière n’a pas écrit ses pièces, il les jouait
Surprise … alors qu’on prête à Molière, l’écriture de ses pièces, aucun manuscrit ni lettre de sa main, n’ont jamais été retrouvé. L’écriture de ses pièces, on la doit à Corneille, et c’est le jeux et la mise en scène de ses pièces, que l’on doit à Molière. Ils ont collaboré, puis plus tard Corneille oublié d’autant plus facilement qu’il na jamais revendiqué ses textes.

La dragée passe mal chez beaucoup de gens pour qui c’est insupportable à entendre.

Molière était comédien et metteur en scène, et aussi tapissier, mais pas écrivain. D’ailleurs personne à son époque ne l’a jamais désigné ni considéré comme un écrivant. C’est la révolution française, ayant besoin d’un écrivain modèle à faire admirer par le peuple, qui a créé la légende de Molière, perdurant de nos jours. Si la révolution a choisi Molière, c’est en parti pour Le Tartuffe, une pièce anti‑religieuse qui confortait l’idéologie de l’époque.

En plus de l’absence entière de papiers écrits de sa main, ce sont les travaux de Pierre Louÿs, écrivain, au début du ⅩⅩᵉ siècle et de Dominique Labbé, chercheur contemporain au CNRS, qui ont assez formellement confirmé les doutes.

Pierre Louÿs, qui avait beaucoup‑beaucoup lu les deux auteurs au point de les connaitre par‑cœur, s’est un jour étonné que les vers de Molière sonnent comme ceux de Corneille — ce que certains comédiens ont d’ailleurs parfois ressenti aussi. Il entreprît une étude minutieuse, consignée dans des notes à foison, où il mît côte‑à‑côte les similitudes troublantes, complétée par des recherches historiques.

Ses recherches ont à l’époque engendré un tel émois, que l’Académie Française a un temps envisagé de porter plainte contre lui, pour diffamation. Et des lettres anonymes l’ont découragé de publier un livre détaillant ses conclusions.

Dominique Labbé, à notre époque, a refait un travail similaire à celui de Pierre Louÿs, mais avec un soutient informatique garantissant mieux l’objectivité et plus d’efficacité aussi. Avec un logiciel de comparaison inter‑textuel déjà utilisé pour l’analyse de discours politiques, il a put établir avec 99.97% de certitude, que 19 pièces attribuées à Molière, étaient en réalité, de Corneille.

Ses conclusions lui ont valut d’être exclus du CNRS, avant d’y être heureusement réintégré plus tard.

D’après ses recherches, voici certaines des 19 pièces revenant à Corneille :

  • L’école des femmes ;
  • Le misanthrope ;
  • Le tartuffe ;
  • Les femmes savantes ;
  • Don‑Juan ;
  • L’avar ;
  • Le bourgeois gentilhomme ;
  • Le malade imaginaire.


Pourquoi Corneille aurait‑il écrit pour Molière sans signer ? Il y a plusieurs raisons possibles, et peut‑être simultanément vraies, dont ces deux‑ci : Molière avait le soutient du Roi (au moins au début) et Corneille avait connu un grand succès avec Le Cid, un pièce dramatique, … un succès qui le condamnait malheureusement à continuer dans ce style au risque de décevoir les gens pour qui il était d’abord représenté par son premier grand succès.


Quelques livres parut sur ce thème :

  • Ôte‑moi d’un doute — l’énigme Corneille‑Molière ;
  • L’affaire Molière — la grande supercherie littéraire ;
  • Corneille dans l’ombre de Molière ;
  • Si deux et deux sont quatre, alors Molière n’a pas écrit Don‑Juan ;
  • Molière ou l’auteur imaginaire ?

Le dernier livre est de deux auteurs Belge, Hippolyte Wouters et Christine De Ville De Goyet. Bien que Belges et pas français, leur livre leur a valut des réactions de rejets virulentes, surtout à l’égard du premier.


Ce que je rapporte ici, est un résumé d’un numéro d’un magazine d’histoire, ci‑dessous.

Et si Molière n’était pas l’auteur de ses pièces ? — L’ombre d’un doute — France 3

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet