Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Nos anciens présidents nous coûtent encore bien cher !
Auteur Message
zen
Modératrice
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 50
  • Localisation : Un pied dans l'eau et un sur le mont.
  • Messages : 11009
Sam 16 Avr 2016 11:37
Message Nos anciens présidents nous coûtent encore bien cher !
Les trois derniers présidents français coûtent encore plus de 9,6 millions d'euros à l'état.

yahoo actualités a écrit : 
Le député PS de l’Aisne René Dosière a mis à jour sur son blog les dépenses annuelles de l’Etat pour les trois derniers présidents de la République. Instaurées pour la 1ère fois pour les besoins de Valéry Giscard d’Estaing, c’est évidemment à ce dernier qu’elles profitent le plus.

Rien de nouveau à l’horizon : même après la fin de leur mandat, les anciens présidents français continuent d’être financièrement pris en charge par l’Etat. Mais qui des trois derniers chefs d’Etats coûte le plus à la France ? Quatre ans après la publication de son livre “L’argent de l’Etat”, dans lequel il épluchait les dépenses étatiques et en particulier celles réalisées sous Nicolas Sarkozy, le député PS de l’Aisne René Dosière récidive et évalue à nouveau ce que coûtent à la France ses anciens présidents.

Bilan : Valery Giscard d’Estaing, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac coûtent 9,6 millions d’euros par an à l’Etat en dépenses de fonctionnement, personnel et protection.

Ce jeudi, René Dosière proposait sur son blog une résolution visant à “clarifier, préciser et limiter les avantages consentis par la Nation envers ses anciens présidents”. Il ajoute qu’après 17 mois d’attente, il a enfin obtenu une réponse à sa “question écrite au ministère de l’Intérieur sur le coût de la sécurité” ; il a ainsi pu ajuster les calculs qu’il avait déjà effectués le 27 janvier 2015 et qui s’élevaient à 6,2 millions d’euros par an. Il ajoute que François Hollande a demandé au Premier président de la Cour des comptes et au vice-président du Conseil d’Etat de lui faire des propositions sur le statut des anciens présidents.

VGE est le président le plus coûteux

Dans le détail, ces dépenses s’élèvent à 3,9 millions d’euros par an pour Valéry Giscard d’Estaing (2,5 en protection, 1,1 en personnel, 0,3 en fonctionnement), qui reste l’ex-président le plus coûteux pour l’Etat. Derrière lui, arrive Nicolas Sarkozy, pour qui sont dépensés annuellement 3,3 millions d’euros (1,8 en protection, 1,2 en personnel, 0,3 en fonctionnement). Enfin, Jacques Chirac clôt la marche avec 2,4 millions (1,3 en protection, 0,9 en personnel, 0,2 en fonctionnement).

Chacun bénéficie de droits supplémentaires : un appartement de fonction meublé, deux policiers pour leur protection rapprochée, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents.

La surveillance de la propriété de VGE à Authon (Loir-et-Cher) par des gendarmes coûte 1,3 million d'euros par an tandis que le château de Jacques Chirac à Bity (Corrèze) revient à 502.407 euros. D’après Les Echos, Nicolas Sarkozy n'a pas de propriété de ce type. Côté surveillance rapprochée, c’est en revanche ce dernier qui remporte le gros lot : sa garde rapprochée, assurée par la police nationale et les CRS, ajoutée à celle de ses domiciles parisiens, coûte 1,79 millions d’euros devant VGE (1,13 million) et Jacques Chirac (800.756 euros). Cette garde statique nécessite 6 effectifs chaque 24 heures.

Enfin, Valéry Giscard d’Estaing est le seul à toucher la rémunération mensuelle de membre du Conseil constitutionnel (12 000 euros).

Des droits présidentiels qui reposent sur une simple lettre de 1985

Malheureusement pour eux, les préceptes dudit statut d’ancien président reposent “ sur la seule base d’une lettre personnelle “ écrite en 1985 par Laurent Fabius, alors Premier ministre sous François Mitterrand, à Valéry Giscard d’Estaing, qui fut président de 1974 à 1981. Cette lettre a été publiée par René Dosière sur son blog ; on peut y découvrir toutes les dispositions dont peut bénéficier VGE, de la prise en charge des factures de téléphone jusqu’à la “gratuité sur l’ensemble des réseaux ferroviaires, aériens et maritimes dans la meilleure classe”.

Voir là : https://fr.news.yahoo.com/les-trois-der ... 50165.html

C'est vraiment honteux ! Ils n'ont pas assez profité des français lorsqu'ils étaient présidents, ils continuent à profiter largement de l'argent publique.
Pendant ce temps les français sont loin de rouler sur l'or eux !
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16070
Sam 16 Avr 2016 21:21
Message Re: Nos anciens présidents nous coûtent encore bien cher !
Ça tombe bien, je voulais citer des remarques à propos de Michel Sapin, qui refuse qu’une lanceuse d’alerte qui avait dénoncé de la corruption, reçoive une aide de l’état. Depuis cette affaire, elle est au chômage, au RSA, et va être expulsée de son logement qu’elle pouvait payer avec son ancien salaire, mais évidemment plus avec un RSA. Comme elle est connue comme lanceuse d’alerte, plus personne ne veut l’embaucher.

Et voici ce que quelqu’un commentait à propos de Michel Sapin, qui prétexte que comme elle l’a fait pour le bien public, elle ne recevra aucune aide (typiquement un truc de gauche, que de dire que si on travail pour le bien de la collectivité, on ne doit recevoir aucun salaire) :

Commentaire à propos de Michel Sapin et compagnie a écrit : 
Alors que Michel Sapin a annoncé son intention de postuler auprès de son ami (et témoin de mariage) François Hollande pour une fin de carrière confortable au Conseil Constitutionnel, une question se pose: combien la carrière de Michel Sapin a-t-elle coûté au contribuable? Pour la commodité de l'exercice, on reprendra les chiffres actualisés au tarif de 2015.

Le coût d'un normalien

Les faits d'armes de Michel Sapin commencent à l'Ecole normale supérieure où il entre en 1974, et dont il sort en 1978 pour intégrer l'ENA. Ces 4 années de scolarité donnent lieu à une rémunération (hors budget de l'Ecole qu'il faudrait ajouter à ces chiffres…) de 1 300 euros par mois nets. En quatre ans, il faut compter une rémunération nette de 62 000 euros, auxquels on ajoute une cotisation de près de 10% pour la maladie (soit 6 200 euros) et une cotisation retraite qu'on fixera à 50% en fourchette basse (les cotisations sont fluctuantes dans le public), soit 31 000 euros.

Le coût des études à Normale Sup (hors subventions à la scolarité) s'élève donc à 100 000 euros pour 4 ans, uniquement en rémunérations.

Le coût d'un énarque

Dans la foulée de Normale Sup, Michel Sapin est entré à l'ENA où il appartenait à la fameuse promotion Voltaire. Le coût de la scolarité d'un énarque est évalué aujourd'hui à 168 000 euros. En 1981, quand Michel Sapin sort de l'ENA, il a donc déjà coûté 268 000 euros au contribuable.

Le coût d'un député

De 1981 à 1991, Michel Sapin enchaîne les postes de député. Il exerce à l'Assemblée nationale diverses fonctions comme celle de vice-président ou de président de commission.

Un député coûte (c'est le produit du budget de l'Assemblée par le nombre de députés) environ 980 000 euros par an. La carrière de Michel Sapin à l'Assemblée aura donc coûté 9 800 000 euros au contribuable. Entre 1975 et 1991, la dépense du contribuable pour Michel Sapin s'élève donc à 10 068 000 euros.

Parallèlement, Michel Sapin est conseiller régional du Centre de 1981 à 1986, soit 60 mois à 2 300 euros bruts, pour une addition finale de 138 000 euros.

De 1989 à 1994, il est conseiller municipal à Nanterre, soit une rémunération de 2 700 euros bruts annuels pendant 5 ans: 13 500 euros s'ajoutent désormais à la somme totale, soit 10 219 500 euros.

Le coût d'un ministre

Du 15 mai 1991 au 29 mars 1993, Michel Sapin occupe des fonctions ministérielles, d'abord comme ministre délégué à la justice, puis comme ministre de l'économie et des finances. Ces 22 mois et demi coûtent en moyenne 9 900 euros par mois (hors frais de réception etc.).

En 1993, Michel Sapin n'est pas réélu. Nous lui appliquons arbitrairement la règle qui veut qu'un ministre sortant perçoive son salaire ministériel pendant 6 mois de «préavis». Soit 28 mois et demi payés coûtant 9 900 euros au contribuable: 282 000 euros.
L'addition s'élève maintenant à 10 453 500 euros.

Le coût d'un président de conseil régional

En 1992 (quelques mois avant de quitter ses fonctions ministérielles), Michel Sapin devient président du conseil régional du Centre. Il occupe ce mandat jusqu'en 2000, soit 96 mois à 5 500 euros par mois. Le total des rémunérations qu'il a perçues à cette occasion s'élève à 528 000 euros.

L'addition totale s'élève désormais à 10 981 500 euros.

Le coût du maire d'Argenton-sur-Creuse

En 1995, Michel Sapin devient maire d'Argenton-sur-Creuse, fonction qu'il occupera par intermittence jusqu'en 2012. Durant cette période de dix-sept ans, il alternera entre les fonctions de maire (13 ans) et de premier adjoint (4 ans). Le maire d'Argenton coûte officiellement 25 000 euros par an, alors qu'un adjoint coûte 10 000 euros. Michel Sapin percevra donc 325 000 euros en tant que maire, et 40 000 euros comme premier adjoint.

L'addition s'élève désormais à 11 346 500 euros.

Michel Sapin est en outre adjoint au maire depuis mai 2012, soit un rajout de 35 000 euros environ. Peu ou prou, l'ardoise s'élève désormais à 11 380 000 euros.

Le coût du conseiller général de l'Indre

De 1998 à 2004, Michel Sapin cumule ses différents mandats avec celui de conseiller général de l'Indre. Cette période de 72 mois donne lieu à une rémunération mensuelle de 1 500, soit 108 000 euros.

Nous passons 11 488 000 euros!

Le coût d'un membre du Conseil de la politique monétaire
Durant deux ans, Michel Sapin exerce cette fonction officiellement payée à la moyenne de la rémunération la plus basse et de la rémunération la plus élevée attachées au grade de conseiller d'Etat. Par commodité (aucun chiffre clair n'existant sur le sujet), on placera cette rémunération à 4 000 euros par mois, soit une somme globale de
96 000 euros perçue en 2 ans.

L'addition s'élève maintenant à 11 584 000 euros.

Le coût de son passage au gouvernement Jospin

Michel Sapin fait, entre mars 2000 et mai 2002, un nouveau passage ministériel. Ces 26 mois, auxquels nous ajoutons les 6 mois de «préavis» réglementaires, soit 30 mois, coûtent 297 000 euros.

L'ardoise est à 11 881 000 euros.

Le retour à la présidence de la région

De 2004 à 2007, Michel Sapin reprend la présidence du conseil régional du Centre. Ces 3 années à 5 500 euros coûtent 198 000 euros en rémunération. Soit, une addition qui s'élève désormais à 12 079 000 euros.

La députation de 2007 à 2012

Michel Sapin retrouve un mandat de député en 2007. Cette législature de 5 ans coûte à nouveau au contribuable la bagatelle (tous compris) de 4 900 000 euros.

Le coût actualisé de Michel Sapin s'élève désormais à 16 979 000 euros.

A nouveau ministre depuis 2012

Depuis mai 2012, Michel Sapin occupe un fauteuil ministériel à 9 900 euros par mois (hors dépenses somptuaires). Il est très probable qu'il occupe ce fauteuil jusqu'en décembre 2015, avec le préavis de 6 mois qui va bien avec.

Le total à payer serait donc de 47 mois à 9 900 euros. Soit un total de 465 000 euros.

L'addition monte à 17 444 000 euros.

Coût d'un conseiller constitutionnel
Le coût moyen d'un conseiller constitutionnel est de 15 000 euros (frais de fonctionnement compris).

Dans l'hypothèse où Michel Sapin n'occuperait plus que ce mandat à compter de mars 2016, s'ouvrirait pour lui une phase de 9 ans, soit 108 mois dont le coût individuel pour le contribuable serait de 15 000 euros.

Soit, un total pour 9 ans de 1 620 000 euros.

La carrière actualisée de Michel Sapin aura coûté, à la fin de son mandat, 19 064 000 euros.

Cette carrière totale sera de 45 ans. Le coût moyen annuel de sa carrière pour le contribuable sera de 424.000 euros, soit 35.000 euros par mois, hors frais de fonctionnement afférents aux postes de ministres ou de conseiller territorial.

En outre, ces sommes s'entendent hors du coût de sa retraite, bien entendu. (parce que LUI, en plus de tous les dégrèvements fiscaux qui lui auront été “légalement” octroyés durant toutes ces années, aura une retraite en OR MASSIF .... toujours aux frais du contribuable, bien entendu !!!!!!!).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16070
Sam 16 Avr 2016 21:24
Message Re: Nos anciens présidents nous coûtent encore bien cher !

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet