Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

L’humain n’est pas le plus complexe être vivant au sommet de la création
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Lun 7 Oct 2013 20:31
Message L’humain n’est pas le plus complexe être vivant au sommet de la création
C’est une vidéo d’un topo dont le titre original est « La complexité en évolution, une notion inutile ». Vous lisez bien, ce n’est pas une erreur d’écriture, c’est bien le mot « inutile ».

Pourquoi inutile ? Parce que comme l’explique Guillaume Lecointre, chercheur en histoire naturelle, la notion de complexité n’aide pas à comprendre l’évolution de la vie sur Terre, et semble n’avoir d’autre utilité que celle de ré‑introduire le scalisme qui s’oppose à la phylogénie, deux concepts expliqués immédiatement plus bas Hmmm! .

Le scalisme, c’est l’idée selon laquelle les formes de vies sur Terre peuvent être présentées sur une échelle, avec tout en bas les formes de vie les plus simples, et tout en haut, la forme de vie la plus complexe, qui semble être systématiquement l’humain.

La phylogénie, c’est l’idée selon laquelle les caractéristiques des différentes formes de vie sur Terre, y compris les humains, se comprend le mieux quand on étudie les relation de parenté et les similitudes et les différences avec les autres formes de vie situé au même niveau sur l’arbre des parentés.

Le scalisme (*) repose sur une échelle linéaire avec une base et un sommet. La phylogénie n’a pas se sommet et elle peut avoir plusieurs bases.

(*) Le mot scalisme est un néologisme basé sur un mot Anglais. En Anglais, le mot “scale” désigne l’échelon d’une échelle ou une échelle.

Le problème du scalisme, et qu’il ne permet pas de définir toutes les autres formes de vie correctement, et ne semble être défini que pour placer l’humain au dessus. La phylogénie, permet au contraire de noter toutes les caractéristiques de toutes les formes de vie présentes sur Terre, et pas seulement l’humain.

Ça peut sembler évident, mais comme il l’explique, on a une longue tradition théologique qui place l’humain au sommet de tout, et qui place les autres formes de vie en dessous. Cette idée est toujours présente, et a manqué de percer une nouvelle fois avec l’idée d’une hiérarchie du vivant, basée sur la complexité, qui ne nommait plus directement les humains, mais qui avait la caractéristique de toujours les placer au dessus de l’évolution — une hiérarchisation opportuniste.

Guillaume Lecointre n’attaque pas directement la notion de complexité dans l’évolution, il dit seulement qu’on ne sait pas comment la définir, que vouloir la définir demanderait de comparer des choses qui ne sont pas comparables, comme par exemple comparer un nénuphar et un guépard. Il dit ensuite qu’en plus d’être difficile à définir, cette notion n’explique pas l’évolution, parce que l’évolution n’a rien de strictement utilitariste, et qu’elle garde beaucoup de traces de son histoire; des traces qui ne sont pas toujours utiles et ne servent pas une complexité qui serait sensée bénéficier aux formes de vie qui en seraient plus dotées que les autres.

L’idée n’est pas de rabaisser l’humain par principe ou par idéologie, elle répond seulement à la nécessité des biologistes et des historiens de la nature, de pouvoir définir et étudier toute les formes de vie, sans devoir toujours les définir par rapport à l’humain, ce qui n’a le plus souvent pas de sens.

La phylogénie place chaque forme de vie sur sa propre branche. Ainsi, on peu se poser une question comme « qu’est‑ce qui est le propre du chat ? » autant qu’une question comme « qu’est‑ce qui est le propre de l’humain ? ». Toutes les formes de vie s’étudient et se comprennent alors de la même manière, sans donner un statut particulier à l’humain (pour l’étude de l’évolution et du vivant et de la biologie).

La complexité en évolution, une notion inutile — Guillaume Lecointre



Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Mar 8 Oct 2013 00:30
Message Re: L’humain n’est pas le plus complexe être vivant au sommet de la création
Hibou a écrit : 
[…] l’évolution n’a rien de strictement utilitariste, et qu’elle garde beaucoup de traces de son histoire; des traces qui ne sont pas toujours utiles et ne servent pas une complexité qui serait sensée bénéficier aux formes de vie qui en seraient plus dotées que les autres.

Allant dans le sens de relever que l’évolution n’a pas pour vocation mystérieuse d’aller nécessairement vers la complexification (même si elle y va souvent), Jean-Marc Lévy-Leblond, qui est physicien, fait remarquer ailleurs, que l’évolution darwinienne amène parfois les êtres vivants à perdre en complexité.

C’est une raison de plus, pour ne pas faire de la complexité, la grille de lecture de l’évolution et d’une hiérarchisation des êtres vivants.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Ven 24 Juin 2016 18:05
Message Re: L’humain n’est pas le plus complexe être vivant au sommet de la création
Toujours pour calmer les velléités anthropocentriques, un documentaire d’ARTE sur la pensée chez les autres animaux (autres que les humains).

Les animaux pensent‑ils ? — ARTE — 2013

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Dim 2 Oct 2016 19:42
Message Re: L’humain n’est pas le plus complexe être vivant au sommet de la création
Voir aussi la fin du documentaire posté dans le message « Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain ».

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17312
Dim 2 Oct 2016 19:45
Message Re: L’humain n’est pas le plus complexe être vivant au sommet de la création
L’animal est‑il un Homme comme les autres et inversement ? — Les Grandes Questions — 2015
Les Grandes Questions, étaient une émission présentée par Franz‑Olivier Giesbert sur la chaîne France 5.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron