Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Ven 19 Aoû 2016 22:19
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Un article rapportant un rappel de Tarik Ramadan, à l’approche de la prochaine aïd el‑kabir prévue pour le 12 Septembre 2016, un rappel toujours valable bien que l’article date de 2013 : le sacrifice rituel n’est pas un obligation dans l’Islam, et il peut être remplacé par un don aux plus pauvres que soi.

Aïd el‑Kébir : il existe une alternative au sacrifice (l214.com), Octobre 2013.

Tarik Ramadan a écrit : 
Il vaut mieux s’abstenir de sacrifier un mouton et envoyer une somme d’argent équivalente aux pauvres du monde.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Lun 29 Aoû 2016 17:46
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Comment déjà dit précédemment (je crois), la production de viande a un coût environnemental élevé, mais elle a aussi un coût financier élevé. Si la viande devait être payé à ses véritables coûts de production, elle serait bien plus cher. Les prix sont maintenus artificiellement plus bas qu’ils ne devraient l’être, par des subvention. Une conséquence secondaire de ces subventions indirectement payées par tout le monde, est que les végétarien(ne)s et végétalien(ne)s qui ne consomment pourtant pas de viande, paient pour la production de viande, contre leur grès.

De la viande, mais à quel prix ? (euractiv.fr), Janvier 2014.
L’article a écrit : 
Les coûts environnementaux et sociétaux engendrés par la consommation de viande sont lourds. Et l’addition devrait augmenter avec l'arrivée au banquet des pays en développement.

[…]

La suite au lien plus haut.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Mar 30 Aoû 2016 18:41
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Sam 10 Sep 2016 19:08
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
La vérité sur les abattoirs, en humour satirique.

La petite maison des horreurs — Made in Groland
[Vidéo disparue]

Faux présentateur a écrit : 
Quand on regarde une saucisse, c’est difficle d’imaginer qu’elle contient autant de souffrance.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Dim 18 Sep 2016 23:18
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Dim 2 Oct 2016 14:31
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Chaque dans le monde, 140 milliards d’animaux sont tués par les humains pour les manger Enrhumé(e) .

Les chiffres pour la france :

  • 90 kilos de viande en moyenne, sont consommés par an et par personne ;
  • 1 milliards d’animaux (sans compter les poissons) tués chaque année pour être mangé ;
  • 900 millions de volailles sont tuées chaque année ;
  • 25 millions de cochon sont tués chaque année ;
  • 5 millions de bovins sont tués chaque année.

Ces chiffres sont issus du documentaire ci‑dessous, au début duquel on découvre que les éleveurs détestent qu’on film les élevages (pas seulement les abattoirs, les élevages aussi). On y apprend aussi que la france est championne la production et de l’exportation de viande.

Le documentaire parle des éleveurs et des abattoirs, en distinguant ceux qui essaient au moins de respecter les animaux (c’est limite, mais ça existe). D’ailleurs chez ces derniers, envoyer les animaux aux abattoirs, est un peu un problème.

Certaines images, sont dures, comme celle du traitement que reçoivent les jeune porcelet à peine née : plusieurs piqûres, ablation de la moitié de la queue par cautérisation sans anesthésie, meulage des dents sans anesthésie, castration avec un légère anesthésie (et peut‑être parce qu’un caméra filmait).

La second moitié et surtout la fin, parle de la pensée et de la compréhension du monde chez les animaux. Des choses surprenantes sont confiées à propos des perroquets, qui ne font pas que répéter ce qu’on leur dit … ils le comprennent aussi, et savent répondre.

C’est un documentaire de France 3, présenté par Franz Olivier Giesbert.

L’animal est une personne — France 3 — 2015

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Dim 2 Oct 2016 19:52
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Un débat, pas un documentaire. Comment tous les débats, ça donne malheureusement la migraine à écouter, comme tout est haché et que ça joue au ping‑pong. Mais c’est intéressant de remarquer que la question est devenue assez visibles pour que même une émission comme Infrarouge de France 2, en face son thème d’un soir.

L’adieu à la viande ? — Infrarouge — 2014

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Mar 11 Oct 2016 14:41
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Deux messages sur le consoudes, ont été déplacés vers « Plantes sauvages commestibles », et le sujet est déplacé de « Sociologie et Société » à « Animaux et Animés » où il semble plus logique que des gens iraient le chercher.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Mer 2 Nov 2016 13:39
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
Hibou a écrit : 
Deux messages sur le consoudes, ont été déplacés vers « Plantes sauvages commestibles », […]

La consoude avait été mentionnée pour la croyance qu’elle renferme de la vitamine B12, le grand mal dont les carnivore assure les végétarien.

Voici en résumé la situation sur cette vitamine B12, une question centrale du végétarisme et encore plus du végétalisme.

La B12 est qualifiée de vitamine capricieuse, car ses sources sont de qualités incertaines (on peut en trouver des faibles traces dans un peut tout et n’importe quoi) et bien qu’elle ait été l’un des vitamines plus étudiées, les effets de sa carence restent vagues et faciles à diagnostiquer par erreur, bien qu’il soit admis que sa carence puisse avoir des conséquences graves, surtout chez les personnes âgées.

La carence en B12 touche toute la population, surtout les personnes âgées, pas seulement les végétarien(ne)s et végétalien(ne)s. La source fiable qu’est la B12 en complément alimentaire, devrait être généralisée, d’autant que la surdose est peut probable, comme l’organisme s’adapte particulièrement bien au variations d’approvisionnement de cette vitamine : il la stock moins quand il en reçoit beaucoup, et peut rester des mois ou quelques années sur des réserves (mais des réserves qui s’épuisent).

La B12 d’origine naturelle est exclusivement produite par des bactéries !. Cette vitamine n’est produite par aucune plante ou algue, ni même par aucun animal au sens stricte. Elle a des analogue chimique qui ne sont pas cette vitamine, qui n’en sont que des illusions.

La croyance passée qu’elle ait put être produite par des plantes, comme la consoude, était le fait de contaminations (le mot n’ayant pas ici une connotation péjorative) par la terre. Ce sont des résidus de B12 venant de la terre qui avait été détecté.

La croyance passée qu’elle ait put être produite par des algues, comme la spiruline (il n’y a pas de B12 dans la spiruline !), est le fait de molécules analogues à des B12 mais qui ne sont pas des B12.

La croyance passée qu’elle ait put être produite par les animaux, est le fait de deux choses. D’abord la moquerie du végétarisme et du végétalisme. Ensuite, le fait qu’elle est produite par des bactéries dans l’intestin des animaux et pas par ces animaux (souvenez, c’est important de ne pas l’oublier, que la B12 d’origine naturelle n’est produite que par des bactérie).

Les produits laitiers contiennent effectivement de la B12, ce n’est pas une croyance erronées. Cependant, les produits laitiers posent les mêmes problèmes éthiques que la production de viandes, que les mauvais traitements réservées aux vaches. On peut imaginer une production de lait plus respectueuses des brebis, chèvres et vaches, mais c’est une autre question et les gens seraient surpris par la différence de prix.

Dans le passé, elle était apportée aux humains, principalement par contamination (non‑péjoratif ici) par la terre et l’eau de source qui contiennent naturellement les bactéries produisant la B12 et cette B12 par là même. L’évolution des modes de vie, des normes d’hygiènes, le chlore dans l’eau et l’appauvrissement des terres agricoles manquant maintenant de certains oligoéléments, font que maintenant cette apport naturelle est discret n’est plus.

Dans le passé, les humains ingéraient la B12 en buvant de l’eau de source non‑traitée et en ne se lavant pas les mains après avoir travaillé la terre et en mangeant après ou en mangeant des fruits et légumes pas lavés. Malheureusement, en plus d’apporter la B12, cela apportait aussi certaines maladies et surtout certains parasites.

Cette apport naturelle a disparu pour les humains, mais aussi en grande partie pour les animaux d’élevage, qui reçoivent eux‑mêmes des compléments alimentaires leur apportant la B12.

Tuer des animaux pour la B12 (ou les maltraiter quand il s’agit de la production laitière) est particulièrement stupide quand on sait que la B12 leur est maintenant apportée dans leur alimentation, … une B12 d’origine synthétique. Autant donner cette B12 directement aux humains.

La B12 existe en compléments alimentaires, sous plusieurs formes chimiques, dont une purement synthétique et les deux autres plus naturelles.

La forme synthétique est déconseillée, non pas parce qu’elle est synthétique, mais parce qu’elle produit de légère dose de cyanure quand elle passe par le métabolisme humain. Cette forme synthétique n’est répandu que parce qu’elle est chimiquement stable et facile à produire.

Les deux autres formes naturelles, sont produites par des bactéries, souvent des bactéries OGM, qui font que certaines gens ne veulent pas en entendre parler. Ça ne pose pourtant aucun problème, pour deux raisons : la phobie anti‑OGM est irraisonnée (bien que certains OGM posent de réels problèmes), et parce que la B12 produite par ces bactéries OGM n’est pas elle‑même OGM, les bactéries seules l’étant. Et puis s’il faut mettre la phobie des OGM en balance avec le respect des animaux en temps qu’être sentients, je crois que les respect des animaux devrait peser plus lourd que la phobie anti‑OGM.

La B12 se présente sous des formes chimiques dont les noms se terminent par « cobalamine ». La cobalamine est la nom générique de la B12 en chimie.

Les trois formes les plus courantes, sont :

  • cyanocobalamine ;
  • hydroxocobalamine ;
  • méthylcobalamine alias mécobalamine.

Cyanocobalamine : chimiquement stable, facile à produire, mais peu intéressante biologiquement et produisant des traces de cyanures quand elle passe par le métabolisme humain. Ce n’est pas la forme conseillée, mais elle n’est pas nuisible non‑plus ; elle peut être utilisée en cas de faute de mieux.

Hydroxocobalamine : la forme recommandée par l’OMS. Cette forme passe par plusieurs stade de traitement par l’organisme avant d’être utilisable. L’organisme en fait de la méthylcobalamine et l’adénosylcobalamine. Cette forme est fragile, elle doit être tenue à l’abris de la chaleur et de la lumière.

Méthylcobalamine : la forme la plus directement utilisable par le système nerveux. Cette forme peut être produite par l’organisme à partir de l’hydroxocobalamine. Cette forme est fragile, elle doit être tenue à l’abris de la chaleur et de la lumière.

Ce message est une synthèse de plusieurs sources, parmi lesquelles :


Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15407
Mer 9 Nov 2016 20:09
Message Re: Le végétarisme, de Platon à nos jours… et à demain
En cherchant à savoir s’il existe un label « Œufs non‑fécondés », j’ai découvert que ce serait encore en vain, parce que aucune filière de production des œufs ne respecte les poussins et les poules. Pour les filières les plus respectueuses, les filières bio, les coq poussins sont broyés vivants Snif… ou gazés Déçu(e) ou triste après leur naissance.

En marge, ça montre à quel point le label bio ne veut rien dire et comme il peut cacher des saletés.

Ci‑dessous, une image résumant le traitement des poussins et des poules par catégories d’œufs. La conclusion est que le seul moyen de garantir le respect des poussins et des poules, c’est de ne pas acheter d’œufs.

Image

L’image est de l’association L214, d’après cet article : Choisir ses œufs pour éviter les massacres de poussins (natura-sciences.com), Novembre 2014.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron