Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19175
Ven 29 Juin 2012 19:22
Message Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Un nouveau sujet sur les sens, qui s’ajoute à celui sur la mystérieuse composante innée du rythme.

Une certitude vite avancée, est celle que le cinéma fait défiler les images à 24 ou 25 images par seconde, parce que au delà de cette vitesse, nos yeux ne distingueraient plus les images individuellement et les verraient défiler comme en continue.

La question des sens et de leurs caractéristiques m’intéresse assez bien, et ce chiffre là m’intriguait, parce que je lisais ces derniers temps, des joueurs de jeux vidéos parler de consoles affichant des images à un taux plus élevé, et je me disais naïvement que ça ne sert à rien. C’est ce qu’ils appellent le FPS. FPS = Frame Per Second = Images Par Second. Et ce FPS est même toujours supérieur à 24 pour eux, et si ça n’est pas au delà de ça, ils jugent même que c’est ridicule.

Contradiction avec la croyance donnée au dessus alors, et question.

Une autre contradiction avec cette croyance, est celle des télévisions 100 Hz, qui affichent 100 images par seconde, à moins que ce ne soit 50 par images par seconde, entrelacées (*), je ne sais plus, mais même 50, c’est déjà le double de 25. Si on ne voyait que 25 images par seconde, ça ne devrait servir à rien et ça ne serait qu’un argument marketing sans valeur pratique. Mais personne ne l’aurait relevé, même pas la concurrence de ces marques qui le mette en avant ? Ce serait étrange.

(*) Entrelacées, dans ce contexte, signifie que l’écran affiche alternativement une ligne sur deux, la ligne d’une image et la ligne suivante, la ligne de l’image précédente. C’est une technique courante pour éviter que l’image ne papillonne, ça fait une sorte de fondu entre une image qui arrive et la précédente.

Ça fait tout drôle ça que ce soit faux, parce que c’est une certitude de la culture commune à tout le monde, ce chiffre de 24 ou 25 images par seconde n’est qu’une valeur parmi d’autres et elle n’a rien de fondamentale. Elle ne représente pas une limite de nos yeux, on peut voir des images plus brèves que ça.

Un article que je viens de lire explique que d’abord le plus petit intervalle de temps que l’on peut discerner entre deux images, dépend des conditions de lumière. Intuitivement, ça semble convaincant et ça serait suffisant pour mettre à mettre à l’eau l’histoire de ce chiffre idéal.

Il rapporte aussi que en pratique, des pilotes d’avion peuvent reconnaitre le modèle d’une avion sur une image qui leur est affichée pendant 1/220 ième de seconde. Et là ça amène une question intéressante mais pas abordée dans l’article : une image brève isolée et une succession d’images brèves, ce n’est pas la même chose, et alors ça n’est même pas non‑plus parce qu’un nombre d’images par seconde est suffisant pour voir un mouvement fluide, que l’on doit en conclure qu’on est à la limite de ce que les yeux peuvent voir.

L’article est fait pour les joueurs de jeux vidéo, mais il est intéressant parce qu’il se rapport indirectement au cinéma, avec cette question : pourquoi un nombre d’images par seconde qui est suffisant pour le cinéma, n’est pas suffisant pour un jeux vidéo, … les deux semblant être fait d’images animés de la même manière.

La cause, c’est le flou‑cinétique, que les graphistes connaissent sous le nom de motion‑blur (par exemple dans le logiciel d’animation Blender, ou Maya, tous ont cette fonction). Les jeux vidéos, n’ont pas ce flou cinétique, parce ce qu’il serait trop long à calculer en plus de ce que la console doit déjà faire comme travail.

L’article et plus de détails techniques ici : Framerate et FPS (nofrag.com). Novembre 2003.

Il ne parle pas d’une autre question qui pourrait être intéressante, celle de la différence entre les cônes et les bâtonnets.

Pour résumer, il faut se défaire de l’idée que 24 images par seconde est le chiffre magique de l’animation, se dire à la place que le nombre d’images par seconde est une idée vague, sauf si il est vraiment très élevé, genre plusieurs milliers d’images par seconde.

Ça signifie aussi pour les auteurs d’animations, que le taux de motion‑blur doit être pris au sérieux et qu’il n’est pas une option. Je ne pensais pas qu’il était aussi important que ça, je le croyais justement accessoire ou juste un petit plus.

Si on pouvait en savoir plus sur la différence entre les cônes et les bâtonnets sur ce point là, ça pourrait être une indication pour savoir si le motion‑blur doit se faire plutôt sur la couleur ou plutôt sur la luminosité ou comment il faut jouer des deux, et aussi comment ça doit être différent pour le centre de l’image et sa périphérie.

Si quelqu’un(e) connait une page qui aborde ces autres détails, ça serait chouette.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19175
Lun 2 Juil 2012 15:58
Message Re: Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Une preuve que l’on peut voir individuellement et distinctement, des images dont la durée d’apparition est de 1/25 ième de seconde, c’est quand on agite la main devant un écran de télévision à tube (encore répandue) et que l’on voit la main se dupliquer. C’est parce qu’on voit plusieurs images de la main, à chaque flash de l’écran, et on les distingue bien individuellement. C’est plus visible devant un écran allumé dans le noir que devant un écran allumé dans un endroit éclairé.

Il faudrait trouver une idée d’expérience pas trop compliquée à réaliser chez soi, pour tester jusqu’à quelle brièveté de durée d’apparition on peut encore percevoir une image.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19175
Sam 6 Juin 2015 04:30
Message Re: Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Le 25 images par seconde, n’était qu’un standard parmi d’autres, et comme déjà mentionné, l’œil humain peut distinguer des mouvements à des échelles de temps assez plus petites.

Je viens de retomber sur une référence à ce sujet, dans un article sur la musique au format MIDI, quand il est question de la synchronisation avec d’autres choses, notamment avec les images d’un film ou d’une émission TV.

MIDI Timing Concepts (harfesoft.de)

L’auteur a écrit : 
There are four different SMPTE formats in the standard. Each format refers to the number of frames per second. In film there are 24 frames which corresponds to the number of pictures per second. In European film and video the number of frames per second is 25. In the United States the original black and white TV programs ran at exactly 30 frames per second. This changed with the advent of color to run at 29.97 frames per second. In order to compensate for this discrepancy, there is a SMPTE format called "drop frame" at 30 frames per second. There are exactly 30 frames for every second, except two frames are dropped at the beginning of every minute, except at minutes 0, 10, 20, 30, 40 and 50. A total of 108 frames are dropped for each minute to adjust to the 29.97 frames per second. The standard that is used for most applications is "30 drop frame" and listed below are some examples.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19175
Ven 12 Fév 2016 01:09
Message Re: Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Un document de ARTE, dit que « l’œil humain doit percevoir aux moins 60 événements par seconde, pour avoir l’impression d’un mouvement continu ».

C’est de 00:10:00 à 00:10:06 de cette vidéo.

Que savons nous du temps — ARTE

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19175
Mar 23 Fév 2016 22:57
Message Re: Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Hibou a écrit : 
Un document de ARTE, dit que « l’œil humain doit percevoir aux moins 60 événements par seconde, pour avoir l’impression d’un mouvement continu ».
[…]

Mais apparemment un minimum de plutôt 10, 12 ou 16 images par seconde pour la vision en particulier. Cependant, certaines gens perçoivent des apparitions d’images brèves d’une durée bien inférieure (comme expliqué dans un des précédent message de ce sujet).

Pour revenir au 24 et 25 images par secondes … le standard est de 25 images par seconde pour la vidéo au standard PAL, qui a cours en Europe et dans d’autres régions du monde, il est de 30 images par secondes pour le standard NTSC qui a cours aux États‑Unis et dans d’autres régions du monde — quoique plutôt 29.97 pour la vidéo couleur, et jamais exactement 30, qui ne fût utilisé que pour la vidéo noir‑et‑blanc, et n’est plus utilisé que pour la synchronisation audio, qui est une autre question. Le standard SECAM utilise la même fréquence d’images que le standard PAL, et on parle d’ailleurs parfois de compatibilité PAL/SECAM.

Il existe des variations, avec des fractions non‑exactes de la seconde : 25 000 images pour 1 001 secondes et 30 000 images pour 1 001 secondes, c’est à dire environ 24.97 images par seconde et 29.97 images par secondes, et quelques variantes encore avec des « cadres perdues » ou “drop‑frame”, en Anglais.

Le standard PAL semble le plus répandu, autant en terme de nombre de pays en ayant fait leur standard national, qu’en terme d’effectif de population totale habitant l’ensemble des pays ayant opté pour l’un ou l’autre standard.

Le cinéma, partout dans le monde, utilise 24 images par secondes. Quand un film prévu pour une diffusion au cinéma, passe à la télévision en Europe, il est légèrement accéléré, y compris la piste audio, qui est environ ¾ de demi‑ton plus haut que la bande son originale du même film au cinéma. Je ne sais pas comment ça se passe avec la télévision NTSC, … j’imagine qu’une conversion s’impose dans ce cas, parce que la différence de vitesse serait trop importante.

Le standard pour les DVD, la différence PAL vs NTSC s’applique (elle s’appliquait aussi pour la vidéo sur bande magnétique), avec 25 ou 29.97 images par seconde, selon le cas. Mais les DVD peuvent contenir des vidéos en 24 images par secondes aussi, en utilisant un indicateur spécial (un “flag”, en Anglais) dans le flux vidéo.

Le standard pour les Blu‑ray, semble être de 24 images par seconde, et alors je crois que la différence PAL vs NTSC ne s’applique pas et que tous les Blu‑ray dans le monde, utilise la même fréquence d’images. J’ignore si les Blu‑ray 3D utilise la même fréquence, et je me pose la question, parce qu’il semble que le cinéma 3D utilise parfois ou souvent des fréquence d’images au delà de 24 images par seconde.

S’il existe une différence entre PAL et NTSC, c’est pour une ancienne raison remontant aux années 1950 : l’alimentation électrique en Europe est un courant alternatif de 50 Hz, elle est un courant alternatif de 60 Hz aux États‑Unis. C’est pour cette raison que la cadence des images à la télévision en Europe, a été fixé à 25 images par seconde, et à 60 images par seconde aux États‑Unis. Ce sont aussi des raisons techniques de même origine, qui ont aboutit aux autres variantes, telle que 24.97 ou 29.97 images par secondes.

La conversion d’une fréquence à l’autre, passe par une technique nommée “telecine”, un verbe en Anglais, ou « télécinéma », un nom commun en français.

Certaines gens pensent que les anciennes raisons historique devrait être abolie, et que le cinéma devrait passer à une fréquence d’images plus élevée. Certaines autres gens ne sont pas d’accord, et trouvent que le fréquences d’images plus élevées sont moins artistiques (c’est mon cas personnellement).

Le bilan de tout cela, pour l’animation et la vidéo, semble être qu’il est préférable d’utiliser plutôt le 24 ou 25 images par secondes, car le plus répandu, et même plutôt le 24, comme la conversion de 24 à 25 ou la lecture de 24 en 25, semble courante.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19175
Mar 23 Fév 2016 22:58
Message Re: Voit‑on vraiment 24 ou 25 images par seconde ?
Dans ce message qui sera mis à jour au fil du temps, sont répertoriées quelques lectures sur la question. Certains liens porteront sur les aspects techniques, d’autres sur les aspects cognitifs, de cette question, ou parfois les deux en même temps.


Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]

Dernière édition par Hibou le Mer 24 Fév 2016 04:20, édité 8 fois.

Mise à jour de la liste

Profil Site Internet