Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17051
Mar 31 Jan 2012 04:14
Message Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries

Petite introduction pour situer le contexte


L’alarme concernant l’action conjointe des mutations chez les bactéries, associée à la sélection naturelle, sélectionnant naturellement les bactérie résistantes aux antibiotiques, date déjà des années 1990, même si on en parlait moins que maintenant.

Le slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique », vise surtout la médecine courante, les petites maladies et les petits bobos plus ou moins grave, mais dont on se remet, même au pris de la fatigue.

Ce slogan par contre, ne dit pas à quel point le problème est grave pour les infections pouvant être mortelles. Là, c’est beaucoup moins bon enfant.

L’hypothétique remède alternatif


Les bactéries sont de plus en plus résistantes, nous n’avons qu’un seul soin reconnu contre elles : les antibiotiques. Mais il semble en exister un autre, qui utilise des vieus infectant les bactéries et les détruisant. Des bactéries mutant suffisament pour résister à ces virus et se voir sélectionnés par la nature selon le principe darwinien, c’est plus improbable que de les voir muter d’une manière les rendant résistantes aux antibiotiques. Ça pourrait être une solution donc, mais ce n’est pas si simple. Un peu d’histoire avant d’expliquer pourquoi ce remède n’est pas reconnu en occident, à la fois pour de bonnes et de mauvaises raisons.

Des précurseurs dans les pays de l’est


Les pays ex‑communiste, ont subit des boycotts de l’occident et n’ont jamais été très riches. Ils ont presque toujours manqué d’antibiotiques. Ce manque, les a poussé à rechercher d’autres solutions, qui ne sont pratiquées quasiment que chez eux; du moins pour ce qui est de l’être de manière courante (voir plus loin pour les pratiques marginales chez nous).

En fait, cette solution de cultiver des virus tueurs de bactéries, était connue en occident après avoir été découverte par hasard. Elle était connue même avant les antibiotiques, mais a été abandonné après la découverte de ceux‑ci, parce que les antibiotiques ratissent (ou ratissaient) plus large. Les virus qui anéantissent les bactéries, eux, sont souvent spécifiques à une bactérie seulement, et il faut un type de virus pour chaque type de bactérie.

Dans les pays de l’est, et jusqu’à la chute du mur, la médecine a passé beaucoup de temps à consigner dans des registres, des paires virus + bactérie, identifiant le virus tuant telle bactérie. Mais ils le faisaient à leur manière, dans des conditions rustiques, qui ne conviennent pas à l’occident (ou dont l’occident ne veut pas). En occident, procéder de cette manière, couterait une étude à chaque fois, et ce serait trop cher. Les pays de l’ex‑URSS, eux, s’embarrassaient de moins de protocoles. Mais ça leur a réussi, et ces méthodes sont encore utilisées en Géorgie de nos jours.

Dans ce pays, quand une personne victime d’une infection bactérienne grave ne peut pas être soigné par des antibiotiques, soit parce que la bactérie est résistante, soit parce que le pays n’a pas les moyens de posséder l’antibiotique, on cherche dans la nature des virus qui nuisent à la bactérie ciblée. La recherche est faite par essai erreur. Quand un virus est identifié après avoir constaté ces effets sur les bactéries dans des boites de pétrie, il est mis en culture, et prescrit au malade. Le virus et la bactérie qu’il attaque sont notés dans un registre, pour s’épargner d’avoir à refaire la recherche lorsqu’une autre personne devra être soigné pour une infection par la même bactérie.

La phagothérapie


Cette méthode, s’appelle la phagothérapie. Le préfixe « phago » vient de « phage », qui signifie « qui se nourrit de ».

Elle est connue, mais pas pratiquée. Les pays de l’ex‑URSS pourraient nous l’enseigner, mais ils ont mauvaise réputation auprès de la médecine occidentale, et parler de médicaments en provenance des pays de l’est, n’inspire pas confiance chez nous.

Puis il y a la logique financière, la logique des patrons, qui s’opposent à la logique de l’intérêt pour la société. Personne ne veut investir dans ces médicaments s’il n’y a pas de garanti que ça rapportera beaucoup d’argent aux investisseurs. Ils sont également frileux à l’idée que s’ils investissent dans la production de médicament de ce type, d’autres ne puisse le faire et leur souffler leurs bénéfices sous le nez. En effet, la propriété intellectuelle qui interdirait de copier la méthode, ne semble que difficilement applicable ici.

Il y a aussi la législation. Faire des testes selon les normes occidentales coutent cher. Dans le même temps, dans les pays de l’est, le seul fait d’avoir administrer ces remèdes à de grandes échelles (*) sans constater d’effet secondaire tout en constatant une efficacité, est un test suffisant. Mais chez nous, non.

(*) Ils en produisaient par millions d’unités jusque dans les années 1988. Aujourd’hui, bien que les laboratoires existent toujours, il n’ont pas survécu à la chute du communisme, plus personne ne les finance et ils produisent moins et recherche moins.

Pour finir, il y a les bémol concernant l’efficacité. Un virus, reste un virus. Même si on s’est assuré qu’il n’est pas nuisible aux humains et seulement aux bactéries, il peut toujours être attaqué par le système immunitaire, qui ne sait pas pourquoi il est là. Je ne rentre pas dans cette autre détail, mais il en existe deux type : les virus bactériophage virulent et les virus bactériophage modéré. Les virulents sont efficaces, mais les modéré le sont moins et peuvent même faciliter la sélection naturelle chez les bactéries, les aidant à être plus résistantes aux antibiotiques.

Alors finalement ?


Finalement, il existe quelques rares médecins qui utilisent tout de même ce remède en occident, et toujours en parallèle avec les antibiotiques. Les virus bactériophage sont alors utilisé pour affaiblir les bactérie, qui seront plus facilement anéanties par les antibiotiques.

Et malgré une réglementation contraignante, il existe une déclaration, nommée Déclaration d'Helsinki, qui stipule que la médecine occidentale, a le droit d’utiliser des traitement alternatif quand tous les traitement traditionnel ont échoué. On ne peut donc pas dire que on laisserait une personne mourir ou se faire amputer sans avoir essayé cette solution. Mais tout de même, un médecin se rendant dans les pays de l’est pour se procurer des souches de virus connus pour être efficace contre une bactérie et l’administrer à un patient (qui devra signer une décharge), doit quasiment les ramener en france en contrebande.

Pas simple tout ça. Je tenais à en parler ici, surtout pour sensibiliser les gens concernés, et éventuellement pousser des malades à en parler à leur médecins, du moins, pour ceux chez qui la démarche est justifié, dans le cas où le médecin en serait simplement ignorant et gagnerait à en entendre parler.

Actuellement, il semble que les usage fait en occident soient surtout pour soigner les amputés et les grands brûlés.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Tchatcheur
Tchatcheur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Localisation : Ardennes
  • Messages : 102
Mar 21 Fév 2012 10:39
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Hibou, je ne m'explique pas le fait que ton topic n'ai généré aucun commentaire car il s'agit bien là d'une situation grave car liée à un but lucratif.

Citation : 
L’alarme concernant l’action conjointe des mutations chez les bactéries, associée à la sélection naturelle, sélectionnant naturellement les bactéries résistantes aux antibiotiques, date déjà des années 1990, même si on en parlait moins que maintenant.


Et à ceci, j'ajoute qu'en 1974, alors que j'occupais le poste d'animalier au labo Départemental d'hygiène de La Rochelle: le directeur m'avait déjà confié ses inquiétudes concernant la prescription systématique des antibiotiques.

To be, or not to be: that is the question:
Profil
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Messages : 1159
Mar 21 Fév 2012 12:10
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Mais c'est bien connu : "il n'y a pas d'alternative"
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17051
Mar 21 Fév 2012 15:18
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Il y aura une alternative, par la force des choses. Ça avance trop doucement, mais ça pourrait être pire, au moins, cette solution là n’est pas ignorée.

J’espère qu’en cas de nécessité il n’hésiteront pas à s’en servir. Le problème, c’est qu’on devrait peut‑être le faire maintenant, pour limiter les phénomènes de résistances autant que possible, et aussi parce que ces techniques semblent plus accessibles et moins chers, vu qu’elles sont utilisées justement dans des pays de l’est, pauvres.

Maintenant quand j’ai ouvert ce sujet, c’était surtout pour faire connaitre, je ne me fais pas d’illusion, aucun décideur ne viendra lire ce sujet pour prendre des décisions. C’est toujours intéressant de faire connaitre quand‑même, je crois.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Messages : 1159
Mar 21 Fév 2012 15:30
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Oui c'est important !!
Profil
Tchatcheur
Tchatcheur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Localisation : Ardennes
  • Messages : 102
Mar 21 Fév 2012 19:13
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
C'est évident, l'alternateur de courant ne saurait inverser les phases du lobbying des laboratoires pharmaceutiques! (et là, inutile de compter sur Roselyne Bachelot pour endiguer le flux!)

Tous les médicaments chimiques industrialisés comportent des effets secondaires affaiblissant le système immunitaire. Et en ce qui concerne l'antibiotique, il s'est depuis longtemps avéré la venue d'un certain nombre d’inconvénients nouveaux tels que: allergies, atteinte des parenchymes rénal, et nerveux (neurotoxicité en particulier sur le nerf auditif) et hépatique. Plus grave encore: les antibiotiques peuvent aussi avoir une action inhibitrice du matériel chromosomique et du système immunitaire, cela se constatant notamment par une diminution généralisée des capacités naturelles de défense chez les populations industrialisées telle que la nôtre.

To be, or not to be: that is the question:
Profil
Bavard impénitent
Bavard impénitent
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 31
  • Localisation : Dans mon antre
  • Messages : 968
Mar 21 Fév 2012 20:49
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Au risque de paraître naïve : Et l'homéopathie ?

Ça fait des années que je me soigne à l'homéopathie et je me sens très bien Hmmm!
Et les seuls cachets que je prends c'est de l'ibuprofène pour les douleurs diverses. Si je ne me trompe pas, il ne s'agit même pas d'un antibiotique.

"Nous sommes tous frères sous la peau. Et j’aimerais écorcher l’humanité pour le prouver." Ayn Rand
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17051
Mar 21 Fév 2012 20:59
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Strapontino et Akito, je repasse plus tard pour vous répondre quelque chose (là pour l’instant je vais déguster une délicieuse galette dont je vous donnerai la recette plus tard, et après je dois filer quelque part).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Tchatcheur
Tchatcheur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Localisation : Ardennes
  • Messages : 102
Mer 22 Fév 2012 07:46
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Hibou a écrit : 
Strapontino et Akito, je repasse plus tard pour vous répondre quelque chose (là pour l’instant je vais déguster une délicieuse galette dont je vous donnerai la recette plus tard, et après je dois filer quelque part).


Hibou: t'es sûr que tu ne vas pas plutôt aller te frotter les ailes au Moulin de La Galette?

To be, or not to be: that is the question:
Profil
Tchatcheur
Tchatcheur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Localisation : Ardennes
  • Messages : 102
Mer 22 Fév 2012 07:57
Message Re: Alternative aux antibiotiques : les virus dévoreurs de bactéries
Akito a écrit : 
Au risque de paraître naïve : Et l'homéopathie ?

Ça fait des années que je me soigne à l'homéopathie et je me sens très bien Hmmm!
Et les seuls cachets que je prends c'est de l'ibuprofène pour les douleurs diverses. Si je ne me trompe pas, il ne s'agit même pas d'un antibiotique.


L'homéopathie, c'est l'art des poisons à dose homéopathique... L'ibuprofène, je connais! (Lamaline est plus naturel) Et, si tes moyens le permettent, je te conseille la relaxation des séances d'acupuncture. Pour qui croit au magnétisme: c'est l'idéal! (naturellement, dans certains cas incontournables il faut accepter la chimiothérapie, mais cette fois il s'agit d'extrémité que je ne souhaite à personne)

To be, or not to be: that is the question:
Profil
cron