Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Psychanalyse et université
Auteur Message
Beau Parleur
Beau Parleur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 468
Lun 27 Oct 2008 20:26
Message Re: Psychanalyse et université
John Gouze a écrit : 
Je comprends...en fait un dépressif chronique dissimule d'autres pathologies bien plus graves... Ça assure


Mais non...mais par exemple un alcoolisme léger masculin dissimule de la dépression et la dépression de l'hystérie ( c'est un exemple), actuellement on va regrouper ces personnes sous le syndrome "alcoolique" "dépressif" et l'hystérie court toujours, ceci situe l'enjeu des démarches : normaliser sous label les dysfonctionnements et les contenir dans des groupes sociaux déterminés, ou ouvrir la possibilité à un sujet d'advenir ( ce qui n'est pas rentable dans nos types de société).

le langage est éthique
Profil
Membre balbutiant
Membre balbutiant
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Garçon
  • Messages : 25
Lun 27 Oct 2008 21:39
Message Re: Psychanalyse et université
Linko a écrit : 
Bonsoir Zozo,

Que veux tu dire par : une forme de nombrilisme ?


Je veux dire que le psy renforce une forme d'ego-sensiblerie très occidentale d'ailleurs (à mon avis) car liée aux religions monothéistes et leur goût pour la souffrance. Après le patient se complait à se regarder et de décortiquer le nombril au lieu d'avancer tout simplement sans se poser de questions inutiles.

enfin c'était mon impression Ça assure

--
zozo le beau
Profil
Membre balbutiant
Membre balbutiant
RANDOM_AVATAR
  • Genre : Garçon
  • Messages : 25
Lun 27 Oct 2008 21:40
Message Re: Psychanalyse et université
Et ça a été totalement inutile pour moi, au contraire ça me rendait dingue Heuuu…

--
zozo le beau
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 41
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Lun 27 Oct 2008 21:48
Message Re: Psychanalyse et université
force est de constater qu il y a dans certains cas et pour certains individus, le besoin vital de faire surgir des trucs pourris de l inconscient!
Maintenant c est pas en enlevant juste la balle dans les plaies que tu vas guerir comme par magie toutes les lesions occasionnees!
La psychanalyse est une science qui navigue entre plusieurs univers et c est pour ca qu on a un peu de mal a la prendre completement au serieux!

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil
Beau Parleur
Beau Parleur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 468
Mar 28 Oct 2008 07:38
Message Re: Psychanalyse et université
John Gouze a écrit : 
force est de constater qu il y a dans certains cas et pour certains individus, le besoin vital de faire surgir des trucs pourris de l inconscient!
Maintenant c est pas en enlevant juste la balle dans les plaies que tu vas guerir comme par magie toutes les lesions occasionnees!
La psychanalyse est une science qui navigue entre plusieurs univers et c est pour ca qu on a un peu de mal a la prendre completement au serieux!


Disons que l'image que tu donnes " besoin vital de faire surgir des truc pourris de l'inconscient" me paraît assez paradoxale John.
Je dirais ( et donc a contrario de ce qu'en dit zozo aussi) qu'en général ( il peut y avoir d'autres raisons) ce qui pousse à une consultation et à entreprendre une thérapie ( quelque soit sa forme) c'est le plus souvent une forme de souffrance : angoisse, dépression, symptômes obsessionnels ect... qui justement pourrissent la vie des personnes en question...et ici je pèse mes mots, car une certaine forme de névrose peut être fortement handicapante, de la même façon qu'un psychotique peut vivre des moments hallucinatoires très invalidants.

Pour en revenir à ce que dit Zozo, oui nous vivons dans une culture de type Judéo-chrétienne ( et c'est plutôt du côté du versant catholique que se développe la culture de la souffrance, mais ça serait un autre débat) mais ce n'est que le trait singulier d'un mouvement bien plus vaste de ce qui constitue un être humain : d'être passé ou de passer du constitutif de la nature à celui de la culture et c'est dans ce mouvement que s'inscrit l'inconscient et le refoulement comme mécanisme de défense, sinon et par exemple concernant la prohibition de l'inceste nous aurions bien du mal à entendre ce qui opère afin de parer aux pulsions.
Si cette modalité, parmi d'autres, connaît des défaillances, alors nous retrouvons des traits de névroses, de perversion ou de d'atteinte psychotique qui peuvent être invalidant.

Le mouvement que décrit Zozo et qu'il dénonce comme un auto-nombrilisme, me fait plutôt penser au transfert qui opère dans les premiers mouvement d'analyse, c'est à dire une certaine forme de régression vers un état infantile voire pré infantile, c'est ce qui permettra à l'analyste de reprendre en compte, dans le mouvement transfériel, la "géographie" du traumas, les points d'achoppements sur le réel : ce qui n'ont pu se verbaliser et donc se symboliser, une certaine matière inconsciente qui tourne et vire en répétitions...

Il s'agit moins, John, de retirer une "balle de la plaie", que de travailler entre la dimension imaginaire et le réel et refaire le lien afin d'extraire de la "matière" symbolique qui va redonner sens aux symtomes et les rendre inopérants.

Tout cela étant l'enjeu de résistances, car névrose = superstition, de celle qui créé une part des religions ou d'occurrences plus ésotériques, ou de façon plus singulière de celles qui opèrent de façon plus invalidantes dans la vie d'un sujet : par exemple dans la névrose obsessionnelle où la personne va de façon compulsive passer une partie de son temps à conjurer le sort.

le langage est éthique
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 41
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Mar 28 Oct 2008 10:38
Message Re: Psychanalyse et université
Deux petits bouquins essentiels dont on reparlera dans cette section que tu évoques sans les nommer , Linko, Totem et Tabous et l'Interpretation des rêves...

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil
Beau Parleur
Beau Parleur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 468
Mar 28 Oct 2008 21:55
Message Re: Psychanalyse et université
Exact John, je connotais sur la névrose obsessionnelle car c'est ce qui servit de base au travail de Freud pour élaborer "totem et tabou".
Freud était un scientifique, son génie était largement intuitif, mais quand il faisait une publication, il décortiquait et s'appuyait sur des éléments observables, notamment dans la clinique, les détracteurs de la psychanalyse l'oublient trop souvent...

le langage est éthique
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 41
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Mar 28 Oct 2008 23:02
Message Re: Psychanalyse et université
Linko a écrit : 
Exact John, je connotais sur la névrose obsessionnelle car c'est ce qui servit de base au travail de Freud pour élaborer "totem et tabou".
Freud était un scientifique, son génie était largement intuitif, mais quand il faisait une publication, il décortiquait et s'appuyait sur des éléments observables, notamment dans la clinique, les détracteurs de la psychanalyse l'oublient trop souvent...

Comme ils oublient souvent l'importance des travaux de ces apprentis sorciers dans l'invention de l'anesthésie moderne...Je ne suis pas certain mais, il me semble que c'est Freud qui a mis au point cette méthode qui a permis de plonger les malades dans un quasi comma pour permettre aux chirurgiens d'opérer... Clin d’œil

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil
Beau Parleur
Beau Parleur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 468
Mer 29 Oct 2008 07:12
Message Re: Psychanalyse et université
Et puis à ses heures perdues Hihihi! :

Viennes, 1922-09-00, IMAGO SWING
the Viennois Red Hot Minute's Band : Sigmund Freud, (saxophone ténor et leader); Otto Rank (contrebasse) ; Karl Abraham, (vocal), Max Eitingon (clarinette basse, saxophone en ut, soubassophone), Ernest Jones (banjo, ukulélé et guitare) ; Sandor Ferenczi (trompette, bugle, cornet à piston) ; Hanns Sachs (percussions et grosse caisse)

Image

le langage est éthique
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 41
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Mer 29 Oct 2008 16:52
Message Re: Psychanalyse et université
Ouais...c'est avec ça qu'il a chopé un cancer de la mâchoire, Sigmund?

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil