Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Théorie des Genres (Gender Studies), enseignée en France
Auteur Message
Bavard impénitent
Bavard impénitent
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Age : 63
  • Localisation : Lyon
  • Messages : 594
Mer 27 Mar 2024 21:46
Message Re: Théorie des Genres (Gender Studies), enseignée en France
Hibou a écrit : 
À la caisse, on les informe que le vêtement est un vêtement femme et là, ils changent d’avis et préfèrent ne plus prendre ce qu’ils avaient pourtant choisi après un essayage.

Hahaha! Hihihi (cachotier) Hahaha!
Concernant un vêtement unisexe mais étiqueté différemment, c'est vrai que cela illustre la force des aprioris ou du conformisme. Je me marre mais je suis sûr que je réagirai de la même façon finalement.
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Mar 9 Avr 2024 14:57
Message Re: Théorie des Genres (Gender Studies), enseignée en France
Deux articles sur l’écriture incluse. Le premier qui la présente succinctement : Qu’est-ce que l’écriture inclusive ? (leconjugueur.lefigaro.fr). Le second, qui la critique, avec des raisons pratiques difficiles à mettre en défaut, excepté une : Déclaration de l’Académie française sur l'écriture dite "inclusive" (academie-francaise.fr).

Même s’il est sans intérêt, mon avis personnel est que la démarche est bonne, mais le moyen est mauvais. La démarche en elle‑même est abstraite, et alors facile à poser, mais les moyens, qui sont pratiques, sont moins évidents à concevoir, surtout si c’est quasiment unilatéralement et sans concertation avec l’Académie française (personnellement, j’ai toujours cru qu’elle l’approuvait, tellement la démarche est présentée comme indiscutablement approuvée). Il est difficile de rendre neutre, une langue qui ne l’est pas à l’origine ; mieux vaudrait encore créer une toute nouvelle langue, mais ce serait un autre échec pratique assuré, à moins que de partir sur la base d’une langue existante et facile à apprendre pour tout le monde, en la modifiant et en l’imposant légalement. Seulement, imposer une langue à une population ne se fait jamais sans heurs (et ils peuvent être violents au propre comme au figuré) et pose un problème éthique : on ne peut pas à la fois s’émouvoir de la menace sur l’existence et l’intégrité pesant sur les langues de certaines régions du monde, et en même temps trouver anormal que des gens d’une autre région du monde, réclament le même droit pour leur propre langue (encore un exemple « d’universalisme » différencié).

Question pratique. L’usage de mots englobants, de genre neutre, ne devrait pas faire débats, puisque ces mots existent déjà dans la langue. L’usage du point médian est en doublon d’une convention existant déjà depuis bien longtemps, celle de mettre la marque du féminin entre parenthèses, qui ne sont pas les mêmes parenthèses que pour une mise en arrière plan. Les parenthèses s’ouvrent et se ferment dans une même phrase, ce que cette convention respectait, alors que le point médian, qui reste un point en apparence, rappel la fin de phrase, ce qui respecte moins le flux des phrases que les parenthèses. Le point médian n’étant pas commode à saisir au clavier, c’est de plus, souvent le point ordinaire, qui est utilisé. Il aurait mieux valut utiliser le trait d’union qui aurait même été un joli clin d’œil (par son nom). L’usage des néologismes n’est pas une mauvaise idée, ils sont plus lisibles que les mots avec points médians, mais les auteurs utilisant cette convention, ne devraient s’attendre qu’à une audience orientée ou locale, ne serait‑ce que pour les gens qui ont appris le français comme langue étrangère et se sont déjà donné beaucoup de mal pour apprendre une langue déjà alambiquée à l’origine. Pour les gens qui lisent le français avec assez d’aisance, c’est différent, mais pour les autres, ce sont effectivement des confusions supplémentaires.

Le site de l’Académie française mentionne un point important : que deviennent certaines de ces conventions à la lecture ? La réponse est que le point médian n’est ni plus facile ni moins problématique que le féminin entre parenthèses : à part lire deux fois le mot, une fois au féminin et une fois au masculin, que faire ? Et c’est alors encore plus lourd à l’oreille que ça ne l’est à la vue. Les autres conventions ont directement une transcription phonétique et ne posent pas de problèmes supplémentaires à la lectures, pas autres que ceux qu’elles posent par ailleurs.

L’idée de parler des droits Humains plutôt que des droits de l’homme, est quasiment une évidence, excepté qu’y mettre une majuscule quand‑même, aide à distinguer l’idée de l’adjectif au sens subjectif et la Déclaration « Universelle » ou Universelle, qui est définie par un texte (même s’il a été maltraité depuis, par les gens qui proposent l’écriture inclusive, et maltraité dans le sens de … y ajouter une distinction entre les sexes qui n’existait pas dans la déclaration d’origine … et plus encore, pour s’empresser d’édicter des lois imposant le traitement différencié selon le sexe, ce qui justifie de trouver leur démarche franchement hypocrite).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet