Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

L’hypocrisie féministe : the topic
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22123
Lun 8 Mar 2021 14:03
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
Dans l’affaire du diesel‑gate, un scandale de tricherie dans l’industrie automobile, la victimisation gynocentriste a été l’alibi de choix pour se débarrasser des employés gênants qui parlaient trop ou posaient trop de questions, accusés d’harcèlement ou menaces sur des employéEs. Voir le documentaire posté dans cet autre sujet : Trois autres scandales dans le diesel‑gate, l’affaire des diesels tricheurs.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22123
Sam 22 Oct 2022 17:34
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
Il avait été fait remarquer, que la différence de liberté vestimentaire entre les femmes et les hommes, ressemblent beaucoup à la traditionnelle différence vestimentaire entre les classes sociales (moins contemporain). Un mini‑documentaire revient sur ce point sans faire le lien et en dit plus.

Les différences vestimentaires forcenées imposées par les normes sociales, sont récentes. Elles sont apparues vers la fin du XVIIᵉ ou le début du XVIIIᵉ et se sont cristallisé dans le courant du XIXᵉ, d’abord en Angleterre, puis en france. C’était il y a 200 ans environs, ce qui est récent pour l’histoire connue qui s’étale sur environ 3 000 ans.

Jusqu’à cette époque, les gardes robes étaient les mêmes quelque soit le sexe, qui ne se distinguait que par les outils et accessoires utilitaires portés à la ceinture. Mais une différence existait entre classes sociales. Les classes sociales dites « supérieures » pouvaient se permettre la diversité des matières et des colories, comme les femmes de nos jours et les classes sociales dites « inférieures », n’avaient que des options plus limitées et pas de couleurs, comme les hommes aujourd’hui. Note : cette différence n’était pas qu’une question de moyen, si un paysan s’habillait comme la noblesse, il pouvait le payer cher de sa personne.

Une explication donnée au changement survenu plus tard, est l’invention des boutons, qui a permis des coupes plus ajustées à l’anatomie. Mais ça ne tient pas, comme ça n’explique que les coupes, par le reste. Une seconde explication existe et me semble plus pertinente. Les classes sociales dites « supérieures » qui se sont trouvées menacées par les classes sociales dites « inférieures », ont voulut se distinguer de leur prédécesseurs, en abandonnant leur style flamboyant. Ce serait pour ne pas trop réveiller les foudres du peuple, que les classes sociales dirigeantes, auraient opté pour des styles austères dans les coupes et sans couleurs, un phénomènes qui a plus touché les hommes que les femmes.

La fin du mini‑documentaire fait croire que des gens s’intéressent à casser ces conventions, mais ce n’est pas crédible, comme il s’agit de mode que personne ne porte ou alors réservée aux classes sociales dites « supérieures », comme dans le passé. En marge, je trouve de plus, les exemples montrés à la fin, pas engageant ; des artistes comme David Bowie ou un peu quelques fois Elton John (s’il en existe d’autres, je ne les connais pas), avaient plus de goût. Entre l’absence de liberté et l’extravagance, il y a une large gamme ou il faut l’espérer.

Documentaire dédié à tous ceux qui ont parfois jusqu’à presque la nausée en passant dans les rayons vêtements hommes (les sous‑vêtements, sont une autre question, mais c’est une catastrophe aussi, voir parfois des horreurs).

Pourquoi la mode masculine est-elle si sombre ? — France Culture — 21 Octobre 2022

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22123
Dim 6 Nov 2022 08:18
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
Juste pour rire.

Les chiennes de garde aboient (*), la caravane passe.


(*) Une organisation féministe s’est elle‑même baptisé ainsi.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22123
Lun 3 Juil 2023 09:38
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
Faux souvenirs : quand notre mémoire nous leurre (athena-magazine.be), Mars 2019.
L’article a écrit : 
La question des faux souvenirs ne commença vraiment à attiser l’attention des chercheurs en psychologie qu’avec l’émergence des conceptions constructivistes. Mais l’élément le plus déterminant à l’origine de l’intérêt suscité par cette problématique fut sans conteste un phénomène troublant connu aujourd’hui sous le nom de «guerre des faux souvenirs». De quoi s’agissait-il ? D’une «épidémie» soudaine de souvenirs retrouvés d’abus sexuels subis par des femmes durant leur enfance. Elle disloqua des milliers de familles aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et en Nouvelle-Zélande.

À l’époque, les psychologues se divisèrent en 2 camps, les uns considérant que des actes aussi marquants que des abus sexuels ne pouvaient être inventés, d’autres estimant au contraire qu’ils pouvaient être la résultante, dans certains cas, d’une pure construction mentale. Les faits donnèrent raison aux tenants de la seconde hypothèse, […]

Comme le souligne Hedwige Dehon, chercheuse au sein de l’unité de recherche en psychologie et neurosciences cognitives (PsyNCog) de l’Université de Liège, le point commun à toutes les femmes qui rapportèrent de faux souvenirs d’abus sexuels infantiles est qu’elles avaient participé à un même type de psychothérapie, où les patientes étaient invitées à construire des scénarios plausibles de ce qui aurait pu leur être arrivé. Il apparut que le thérapeute jouait un rôle crucial dans l’éclosion des faux souvenirs relatés, en particulier lorsqu’il suggérait l’existence éventuelle d’abus sexuels dont la patiente aurait été la victime durant son enfance et qu’il l’invitait à s’imaginer cette situation.


Le même article a écrit : 
Lors d’une séparation conflictuelle au sein d’un couple de parents, la suggestibilité de l’enfant peut déboucher sur des témoignages erronés fondés sur de faux souvenirs et ce, soit en raison du climat ambiant, soit à la suite d’une manipulation orchestrée par l’un des parents. […]

[…] «Selon une étude du psychiatre allemand Wilfrid Von Boch-Galhau, plus de 90% des allégations d’abus sexuel exprimées dans un contexte de litige relatif au droit de garde ne se confirment pas» […]

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22123
Sam 23 Sep 2023 08:33
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
Les goûts et les couleurs n’ont pas de sexe (du moins, pas à être imposé).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22123
Sam 27 Jan 2024 13:25
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
La misandrie est autant de la misogynie que la misogynie est de la misandrie. Il n’y a que les sexisme tout‑court.

Illustration : une publicité aperçue dans un centre commerciale, montre une femme frappant un homme ; une homme la trouve spontanément misandre et plus précisément, à l’image de la misandrie institutionnalisée de la société occidentale ; mais une femme la trouve spontanément misogyne. Pourquoi ? C’est simple : mettez‑vous à sa place ! Imaginez que la publicité ait représenté une homme frappant une femme : ne l’auriez‑vous pas trouvé malsainement misandre ? Cette publicité banalise que l’homme est une victime, mais elle banalise autant que la femme soit une coupable. Remarque : cette publicité n’a visiblement pas été interdite pas le CSA. Pourquoi ?

C’est une illustration parlante qu’il n’y a que le sexisme tout‑court (et un mouvement anti‑sexiste ne peut pas s’appeler féminisme, puisque le terme lui‑même trahit un sexisme).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Bavard impénitent
Bavard impénitent
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Garçon
  • Age : 63
  • Localisation : Lyon
  • Messages : 581
Sam 27 Jan 2024 22:26
Message Re: L’hypocrisie féministe : the topic
La misandrie, c'est un terme qu'on rencontre pas souvent Hmmm!
N'oublions pas que la mission d'un publiciste est de marquer, voir de choquer pour graver le message.

J'écoute souvent les vidéos de féministe et d'autres femmes qui le rejettent. J'ai comme l'impression que chaque femme a des attentes différentes finalement.

Et puis une femme comporte ses propres contradiction.
Ce que tu donne en exemple au début de ce fil, le résume assez bien:
"je veux l'égalité mais je veux aussi un traitement différencié"
Profil
cron