Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Ven 3 Juil 2015 20:16
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
zen a écrit : 
Ils jouent tous le même jeu !

Ce que Angela Merkel n'apprécie pas c'est que les soit disant-amis de son pays l'espionne. C'est bien ce qu'elle a dit : «S’espionner entre amis, cela ne se fait pas».

Ça, oui, c’est vrai que c’est bizarre…

… avec le Maroc par exemple, on a des relations un peu difficiles, mais avec les États‑Unis, vu le projet de traité transatlantique, effectivement, ça ne le fait pas trop.

Peut‑être d’ailleurs que c’est pour ça qu’on a été espionnés, le traité transatlantique.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Mar 7 Juil 2015 03:44
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Un numéro de l’émission « C dans l’air », de Décembre 2014, aborde l’espionnage informatique. Il y est question de l’espionnage entre « amis » avec des motivations économiques et de la vulnérabilité de la france. Ce numéro, même s’il ne parle pas que de ça, a été inspiré par l’affaire du piratage de Sony Pictures, attribué à tord ou à la raison à la Corée du Nord, en Novembre de la même année.

La cyberguerre est déclarée — C dans l’air — Décembre 201



Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Mar 7 Juil 2015 15:10
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Plus intéressant encore, sur l’espionnage de politiciens français par les États‑Unis, voici une synthèse de notes que j’ai prise à l’écoute d’un débat.

Un politique se sachant sur écoute dans la période incriminée, précise qu’il a plus été dérangé par le déballage publique annonçant qu’il était écouté, plus que par les écoutes elles‑même, dont il avait connaissance et avec lesquelles il composait. Ce déballage publique pas prévu, tandis que les écoutes étaient connues. D’ailleurs l’adage « à malin, malin et demie » est appliqué par les gens se sachant écoutés : ils peuvent ne pas tout dire, flooder avec des échanges sans intérêts, ou même faire entendre de fausses informations à ceux qui les écoutent.

La france n’était même pas étrangère au système d’écoute avec lequel elle était écoutée, puisqu’elle a passé des accords avec la NSA : l’échange prévoyait que la NSA fournissait des technologies d’écoute à la france, qui en échange lui fournissait des informations techniques sur les réseau de communication français. La france et la NSA étaient liées par un accord. Il est intéressant de noter que dans le cadre de ses accords, les États‑Unis pouvait pas commanditer d’opération d’espionnage d’un pays contre lui‑même, mais pouvait commanditer des opérations depuis un pays A contre un pays B. Par exemple, l’Allemagne a écouté la france pour le compte des États‑Unis, tout autant que la france a écouté l’Allemagne, pour les compte des États‑Unis.

Ceci explique peut‑être l’embarras de tous les pays Européens, recevant des demandes d’asiles politiques de Snowden, qu’ils refusent systématiquement d’accueillir et de protéger. Les citoyens Américains en sont conscients, et sont très remontés contre leur gouvernement. Il se dit même que les citoyens Américains sont plus choqués encore par cette affaire que nous ne le sommes nous‑mêmes.


Ce type d’accord ne sont pas toujours avantageux, car la france était également cliente d’informations fournies par la NSA, qui n’acceptait d’ailleurs pas toujours les demandes. La france était donc en partie dépendante de son bon vouloir, tout autant qu’elle trahissait ses préoccupations et intérêts du moment, à travers la seule formulation de ces demandes. L’indépendance en matière de renseignement, est une préoccupation de la france, qui souhaite se doter de moyens d’espionnage aussi bon que ceux des États‑Unis. Avec cette stratégie, se préserver d’une partie de l’espionnage des autres, nécessite de développer ses propres services d’espionnage.

Selon la même logique, se pose aussi la question de l’indépendance du pouvoir par rapport aux informateurs. Les services d’espionnages, internes ou externes, fournissent des informations qui pèsent sur les décisions politiques. Mais les services de gouvernance et les services d’espionnage étant relativement indépendant, il se pose une question de confiance mutuelle. Du point de vue des services de gouvernances, les informateurs peuvent avoir trop de pouvoir, car peut‑être trop d’importance est‑elle donnée à leurs informations … cela s’applique‑t‑il aussi informations fournies par Wikileaks ? Du point de vue des services d’espionnages, les services de gouvernances peuvent ne pas être assez prudents ou les trahir d’une manière ou d’une autre.

Les services de sécurités Américains, ont un pouvoir partiel sur le président des États‑Unis, en pouvant par exemple lui accorder ou refuser le droit d’utiliser tel ou tel téléphone mobile. Obama s’est ainsi vu attribué un mobile bridé, limité à 10 numéros sortants, sans possibilité de téléchargement de fichiers, pour éviter les risques de contamination par un virus informatiques. Le président des États‑Unis est bien protégé contre les écoutes, car il se soumet au directive technique décidées par la NSA. Il découle que la france, ne peut pas écouter le président US, car c’est techniquement irréalisable. De leur côtés, les politiques français font ce qu’ils veulent, utilisent ce qu’ils veulent et son facile à écouter. Si les politiciens français ont put être écoutés, c’est parce qu’ils ont été désinvoltes, totalement imprudents.

L’émoi sur les écoutes étaient tinté de fantasme, un fantasme dut à une information manquante à leurs sujets, que chacun(e) aura imaginé comme bon lui‑semble : le contenu et la fréquente des échanges écoutés. On sait qu’il ne s’agissait pas d’écoutes permanentes en continue, et plutôt de la possibilité technique d’écouter ponctuellement sur demande. Il n’y avait pas d’écoutes permanentes, mais une possibilité d’écoutes ponctuelles.. D’après des écoutes dé‑classifiées on peut extrapoler les contenus des écoutes actuelles, et les contenus d’écoutes dé‑classifiées montrent qu’elles ne révèlent pas de véritables secrets.

Pourquoi espionner alors ? Tout d’abord, entre alliés, on s’écoute pour s’assurer que l’autre ne trahis pas, au contraire de ne pas s’écouter. L’écoute entre alliés est chose banale et sans mauvaises intentions. Ensuite, l’état français est d’autres états Européens, ont une grande culture du secret et la france est championne dans ce domaine, l’opacité y est organisée. De ceci il découle que pour obtenir certaines informations, mêmes banales, il faut parfois avoir recours à l’espionnage, alors qu’il ne devrait pas être utile dans un état plus libérale sur les questions de communications. Ainsi, si la france espionne moins les États‑Unis qu’ils ne nous espionnent, c’est non‑seulement parce que leur président applique strictement des consignes de prudences, c’est aussi parce qu’ils sont plus transparents et communiquent plus volontiers publiquement. Quand nous n’avons qu’à lire journaux Américains pour obtenir certaines informations, eux, doivent nous espionner, pour obtenir des informations équivalentes à notre sujet.

Reste les écoute pour l’espionnage économique. Ces écoutes sont fréquentes, causent des dégâts sur le mode de « le malheur des uns fait le bonheur des autres », mais elles sont surtout mise en place et menées par les entreprises eux‑mêmes, même si la NSA y participe parfois. La france a d’ailleurs une culture laxistes dans ce domaine, et les entreprises y sont autant imprudentes que leur politiciens.

Les écouteurs écoutés — C dans l’air — Juin 2015



Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Mar 7 Juil 2015 15:18
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Hibou a écrit : 
Ceci explique peut‑être l’embarras de tous les pays Européens, recevant des demandes d’asiles politiques de Snowden, qu’ils refusent systématiquement d’accueillir et de protéger.

Eh bien voilà justement à ce sujet, un documentaire. Je ne l’ai pas encore regardé celui‑ci.

Edward Snowden ennemi d’état — Histoire Vivante — RTS‑deux


(vidéo supprimée, elle n’est plus disponible qu’en VoD ici : vimeo.com/ondemand/edwardsnowden)

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
zen
Modératrice
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Fille
  • Age : 50
  • Localisation : Un pied dans l'eau et un sur le mont.
  • Messages : 11009
Mar 7 Juil 2015 19:35
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
J’y crois pas Je lirais tout ça une autre fois hein ! Pas le temps pour le moment.

Image
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Mar 7 Juil 2015 22:08
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
zen a écrit : 
J’y crois pas Je lirais tout ça une autre fois hein ! Pas le temps pour le moment.

J’ai surligné en rouge, les éléments clés à partir desquels j’ai rédigé. Tu peux lire en diagonale en ne lisant que ce qui est surligné, ça te donnera un bon aperçu.

Ce n’est pas autant simple que ce qui a été rapporté ici et là. Tout le monde est mouillé … y compris les « victimes » qui ont le beau rôle, mais qui ce seraient bien passé de ce tapage médiatique.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Dim 26 Juil 2015 17:06
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Jeudi 23 Juillet 2015, la france, par le Conseil Constitutionnel, a validé une loi sur le renseignement. Cette loi fait polémique, trois de ses articles n’ont pas été validé (le reste, l’a été). Je ne sais pas si les craintes sur cette loi et ses articles sont fondées ou pas, car je n’en connais pas encore le contenu. En gros, c’est une loi qui autorise certaines forme d’espionnage ou de surveillances dans certains cas.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Mer 29 Juil 2015 05:47
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Devinette : une organisation qui pratique l’espionnage en masse, n’est jamais mentionné dans les critiques pour dire « c’est mal » ; laquelle ?

Réponse : Wikileaks.

Pourquoi Wikileaks n’est jamais dénoncé pour son espionnage ? Ou alors si l’espionnage organisé par Wikileaks est jugé bon, celui‑ci, alors pourquoi pas d’autres ?

Ce sont des questions à creuser aussi.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Mer 9 Sep 2015 21:37
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
À propos de Wikileaks, il a eu un sujet : Wikileaks trahi par un de ses bénévoles.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 16058
Lun 14 Mar 2016 15:40
Message Re: PRISM : le grand‑public est‑il espionné ?
Je suis seulement en train de regarder. Je ne résumerai peut‑être pas.

On nous écoute — Infrarouge — France 2 — Partie 1 de 2


On nous écoute — Infrarouge — France 2 — Partie 2 de 2

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron