Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Auteur Message
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 1390
Mer 4 Mar 2009 12:37
Message Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Citation : 
Déréglement et réchauffement : La part des choses !

La science-fiction d’hier nous proposait notre monde actuel.
La science-fiction d’aujourd’hui nous propose notre monde d’hier.

Nous vivons une époque étrange, il suffit d’un été chaud ou d’un hiver doux pour que les disciples de l’écologie suggèrent des mesures radicales et immédiates. Alors que même l’hiver 2008/2009 est un des plus froid depuis bien des années!

Il faut plutôt préparer un éventuel réchauffement plutôt que d'essayer de l'empêcher, car si ce dernier doit s'imposer à nous, d'une manière tout à fait cyclique d'ailleurs, nous serons encore en train de parler de chaos! La confusion entre le réchauffement et le dérèglement est visible et provoque un vrai bouillon d'énergie qui se diffuse dans tous les sens.

La dictature du politiquement correct est stricte, et une seule vérité acceptable nous est imposée. Tout le reste est dénoncé!
L'hystérie du réchauffement climatique global est devenu un exemple et il n'existe même plus un choix entre la vérité et la propagande. Il faut du courage pour s'opposer à la “vérité” établie. Nous avons tous remarqué des changements de température pendant notre vie (dans les 2 sens). Nos grands parents disaient déjà “y'a plus de saisons” à cause des spoutniks!. N'ayons pas peur des prévisions catastrophiques et ne les utilisons pas pour défendre et promouvoir des interventions irrationnelles. Cette idéologie qui ressemble parfois à un “dogme laïc” provient souvent de certains “disciples de la défense de l'environnement”, qui veut remplacer l'évolution libre et spontanée de l'humanité par une sorte de planification centrale et maintenant globale! Les prévisions alarmistes sont le chaos à la lisière de 2100, la montée des eaux! notre inconscient collectif nous amène directement à notre bon vieux testament! Certains “frustrés” d’une fin de monde en 2000 nous remettent le couvert pour 2100. Ce sont nos libertés qui sont en jeu!

Comme du temps du communisme, ou autre dictature, ce raffut provient d'une minorité bruyante laissant une majorité silencieuse se décourager et surtout laisser faire.

Rien ne pourra se faire sans changements culturels, si la nature est lente, nos civilisations aussi, il ne faut pas imposer des mauvaises solutions à nos enfants, mais ils doivent opérer cette mutation eux-mêmes ; je peux comprendre l’inquiétude autour de cette thématique, mais je ne comprends pas qu’aucune contradiction ne puisse être simplement écoutée, même le fait de le dire à voix basse provoque un sentiment diabolique. Les générations des années 50/90 seraient-elles inconscientes? et serions-nous devenu vertueux?

L’hystérie du réchauffement climatique n’est qu’une vue de l’esprit. Elle demeure l’expression scientifique inconsciente de la surchauffe de notre économie. Le refroidissement climatique n’est donc pas très loin avec la crise! Groenland ne veut-il pas dire prairies vertes (green land) comme nos ancêtres avaient l’habitude de les voir en l’an 1000 ? et ou la température à cette époque était bien plus chaude qu’aujourd’hui. Nous aurons beaucoup de mal à incriminer les citoyens du premier millénaire pour leurs rejets de gaz à effet de serre…

Les énergies fossiles sont mises au pilori à la grâce du dérèglement climatique! Certains pays commencent juste à déguster la liberté de déplacement. La méthode employée sera t-elle être génératrice de changement?

Hervé Pallone


Je vous mets ici ce petit article écrit par l'un de mes clients et qui s'avére être aussi un confrére que je ne connaissais pas encore. Comme quoi le monde est petit, mais suffisamment grand pour éviter d'aller voir à sa presque porte le monde existant autour de soi.

Hervé Pallone se définit comme un stratologue et étudie avec soin l'ensemble des stratégies émises soit par des entreprises, soit par les moyens de communications existant, afin de définir parmi l'ensemble des scénari, celui qui sera le plus affermi et le plus abouti.

J'ai rencontré Hervé Pallone pour la premiére fois hier et nous avons décidé de nous revoir afin de mettre en commun nos idées et surtout de ne pas tomber dans celles préconçues afin de ne jamais en faire de toutes faites.

Je vous mets ci-dessous l'adresse de son blog... Allez-y faire un tour... C'est trés intéressant....

http://hervepallone.unblog.fr

Si vous avez des questions n'hésitez pas à me les poser car lui et moi avons énormément de points en commun dans notre reflexion y compris celle d'avoir été les premiers à dire (en 2007) que le pétrole allait augmenter en 2008 puis redescendre en 2009. Lui a été prit pour un fou et moi pour un c.. Hihihi!

On reconnaît que l'on devient vieux, lorsque l'intensité de ses douleurs dépasse celle de ses plaisirs...

Donc, je suis à la recherche d'un maximum de plaisirs :)

Dernière édition par vautour le Mer 25 Mar 2009 09:30, édité 2 fois.

Profil
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 1390
Mer 4 Mar 2009 15:31
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
C'est amusant de voir l'inspiration quand on determine autre chose que l'aspect médiatique du moment Hahaha! Hahaha!

Tenez !

Je vous livre ici le petit commentaire que j'ai laissé sur cet article...

Citation : 
Je viens de lire cet excellent article qui rejoint étrangement le peu de discussions que nous avons eu le temps d’échanger.
Le “Dogme laîc”, comme vous l’appelez est en train de monter la peur du réchauffement à un tel niveau que l’on finit par ne plus voir et surtout écouter ce qui se passe autour de nous.
Cette peur inconsciente, transcende notre intellect et ne nous permet plus la reflexion nécessaire à entrevoir le vrai du faux, le bien du mal.
Nous sommes bel et bien en face d’une forme de dictature de la pensée écologique et cette pensée n’est pas à même de donner et surtout de trouver les bonnes solutions en dehors de la peur elle-même.
Celà tend au moins à prouver que je ne suis pas le seul à penser que le réchauffement climatique n’est pas une aberration due à l’homme, mais qu’il rentre dans le concept naturel des choses.

On reconnaît que l'on devient vieux, lorsque l'intensité de ses douleurs dépasse celle de ses plaisirs...

Donc, je suis à la recherche d'un maximum de plaisirs :)

Dernière édition par vautour le Mer 25 Mar 2009 09:41, édité 1 fois.

Profil
Banni définitivement
Banni définitivement
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 405
Jeu 5 Mar 2009 17:09
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Citation : 
L’hystérie du réchauffement climatique n’est qu’une vue de l’esprit.Elle demeure l’expression scientifique inconsciente de la surchauffe de notre économie.


Madame, Monsieur,

Ce texte permet de se rendre compte du langage et du style plus vérité unique encore des anti-mesures de protection environnementaliste et de développement durable.

Il est dit que l'hystérie du réchauffement climatique n'est qu'une vue de l'esprit. Admettons !

Cependant, des milliers de kilomètres carrés de terre arable disparaissent chaque année sous la poussée du désert. La banquise et les glaciers fondent. Des îles entières disparaissent sous les eaux. Une bonne partie du Bengladesh s'enfouit sous les vagues de la mer. Le niveau de cette dernière monte irréversiblement.

Parler de l'hystérie du réchauffement climatique comme vue de l'esprit ? C'est cela la vue de l'esprit.

Pendant ce temps, les grandes industries énergivores et polluantes et les gouvernements tels celui fraîchement enterré de Bush, celui de Steven Harper et d'autres pays industriels remettent en cause ce fait de réchauffement au nom de la croissance économique.

Oui, les conséquences du réchauffement sont là.

Que faut-il faire ? S'engager simplement dans des discussions byzantines du type : '' les fourmis parlent-elles ou ne parlent-elles pas'', ''le sexe des anges'' ou ''l'œuf ou la poule'' ?

L'heure n'est plus à la masturbation intellectuelle et au combat de dirigeants politiques cramponnés au maintien artificiel d'une paix sociale et d'une croissance artificielle, cramponnés à leur pouvoir de clique en fait.

L'heure est à l'action avant que le désert n'arrive aux portes de Dakar et même de Brazzaville et d'Alger, et avant que des millions de personnes fuient des régions côtières dans des barques de fortune. Voulons-nous retourner à l'ère des grandes invasions comme celle des Huns ?

Il n'y a pas de pensée unique des environnementalistes. Il n'y a pas de dictature de la pensée écologique.

Il faut simplement une prise de conscience des dangers certains que nous courons..

Zak B.
Profil
Consul Honoraire
Consul Honoraire
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 38
  • Localisation : Strasbourg
  • Messages : 4219
Jeu 5 Mar 2009 19:55
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Hello.

bon j'ai lu l'article de départ, le commentaire, le -re-commentaire informatif et bien sûr( Yeux au ciel avec le sourire ) le post de notre petit jésus.

Du coup, je rajoute le mien, pourquoi pas?


en faisant court, et de mon point de vue, des "vérités" me sembles apparaître, même chez nore petit jésus. justement.

La déchéance (je ne pale pas du réchauffement qu'on nous sert à toutes les sauces... réchauffées également) est un fait.
Qui dure depuis.... au moins depuis que l'Homme existe. Amusant de voir que certains (my little jesus...) s'alarme d'un constat vrai, mais on ne peut plus... ben quoi? Prévisible.
Comme le constat initial Sauf que celui-ci rajoute un fait: du moins celui que je comprends (un autre me serait inaccessible, par définition du coup) on ne nous cache rien, mais l'intérêt personnel n'est pas si grand.

Moi-même (vu que c'est moi qui parle) je vous le dit en toute franchise; je n'y comprend pas grand-chose, en dehors du fait que je "regarde un peu" ce qui se passe, et que j'en tire mes conclusions. A gauche et à droite (expression standard qui signifie juste lire plusieurs avis, se renseigner soi-même et voir ce qu'on peut penser... rien de politique, donc Hihihi! ).

rien de neuf à l'horizon:
Pose la question "mais de quoi parle-t-on?" et on te répondra: la télé à dit que.

Et pour litlle jesus, ben oui mais si on en parle, peut-être (peut-être Hihihi! ) ceux qui en sont responsable on un "plan de secours"?
C'est affreux en soi, mais tu sais bien:

Le pétrole qui pollue dans les voitures via transformation en essence... techniquement, on pourrait s'en passer. Pour les voitures oui.
Mais... et tout cet argent perdu?

L'écologie est un bon filon pour se faire de l'argent... surtout en période de transition. Quand, justement, on ne sait pas trop.
quand tout sera en place, ce sera trop réglementé. alors autant profité de la transition pour prendre ses positions... disais le petit malin qui prend le train en route et regarde ce qui peut faire son affaire...

La mort de la planète?
Bah... on verra ça; moi, j'ai du bénéf à faire... disait-il encore...

De quoi parle-t-on?
De tellement de chose qu'un "consommateur(?)" lambda ne saura pas faire la part des choses.
Always smile.



Un "consommateur lambda" de la vie, et de la planète, tiens
Et d'argent aussi, mais pas dans les mêmes sphères que ceux qui défendent la planète... ou non. Juste lambda Clin d’œil

HTLLTD

Du sollst niemals vergessen, danke zu sagen.
Profil
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 1390
Ven 6 Mar 2009 11:46
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Jesus a écrit : 

Madame, Monsieur,

Citation : 
Déja !! simplement que le titre me semble trés paradoxal, mais bon, d'aprés ce que j'ai pu lire ici et là de jésus, le paradoxe n'est pas une chose qui l'étouffe.. Donc vive l'hypocrisie !


Ce texte permet de se rendre compte du langage et du style plus vérité unique encore des anti-mesures de protection environnementaliste et de développement durable.

Il est dit que l'hystérie du réchauffement climatique n'est qu'une vue de l'esprit. Admettons !

Citation : 
==> Si par là même, tu consens à dire que le réchauffement n'est pas inclus dans une forme d'hsytérie collective... Grand bien t'en fasse, mais tu conviendras que de plus en plus cet affrontement entre adeptes du réchauffement global, qui est une vérité, et que ce soit l'auteur de l'article et moi-même ne sommes pas à l'encontre dudit réchauffement, mais que celui-ci s'inscrit dans l'ordre naturel des choses... Si t'arrive pas à lire... Fais-toi prêter des lunettes correctives !


Cependant, des milliers de kilomètres carrés de terre arable disparaissent chaque année sous la poussée du désert. La banquise et les glaciers fondent. Des îles entières disparaissent sous les eaux. Une bonne partie du Bengladesh s'enfouit sous les vagues de la mer. Le niveau de cette dernière monte irréversiblement.

Citation : 
===> Et encore une vaste fumisterie de l'emprise du dictat écologique !...
La banquise fond.... Ben oui.... Est-ce qu'au moins tu as lu l'article ? Il me semble bien que non !
Groênland est un mot qui vient de green land (terre verte) et quand on sait que la vigne y a poussé jusqu'à l'aube du XIII éme siécle... Vive le érchauufement du XXI éme siécle !
La nature n'aime pas le vide, je pense que tu en as conscience.. et quand tu dis que les déserts empiétent irrémédiablement, et bien il faut que tu saches que le sahara a diminué 1/8 ces quatre derniéres années et que le seul désert à avoir augmenté est celui d'autralie et celui là c'est sur et évident que la main de l'homme n'y est pas étrangére...
Les iles disparaissent sous les eaux ! ====> encore une grosse connerie de la mouvance du dogme laïc !! Le niveau des océans n'a pas véritablement augmenté et si l'on peut le dire de 0,3 mm sur ces 80 derniéres années... Laisse moi rire !

Parler de l'hystérie du réchauffement climatique comme vue de l'esprit ? C'est cela la vue de l'esprit.

Pendant ce temps, les grandes industries énergivores et polluantes et les gouvernements tels celui fraîchement enterré de Bush, celui de Steven Harper et d'autres pays industriels remettent en cause ce fait de réchauffement au nom de la croissance économique.

Citation : 
====> Et bien dis donc t'es remonté comme une pendule qui tirerait sur un string qui commence à s'effilocher...
Je ne remets pas en cause le réchauffement et bien te fasse de t'en prendre comme tous les autres aux entreprises machins trucmuches et autres... Mais jusqu'à présent personne n'a pu démontrer que seule l'action de l'homme a pu induire le réchauffement climatique qui faut-il te le rappeler a débuté à la fin du PAG (petit age glaciaire) aux alentours de 1860....

Oui, les conséquences du réchauffement sont là.

Que faut-il faire ? S'engager simplement dans des discussions byzantines du type : '' les fourmis parlent-elles ou ne parlent-elles pas'', ''le sexe des anges'' ou ''l'œuf ou la poule'' ?

L'heure n'est plus à la masturbation intellectuelle et au combat de dirigeants politiques cramponnés au maintien artificiel d'une paix sociale et d'une croissance artificielle, cramponnés à leur pouvoir de clique en fait.

L'heure est à l'action avant que le désert n'arrive aux portes de Dakar et même de Brazzaville et d'Alger, et avant que des millions de personnes fuient des régions côtières dans des barques de fortune. Voulons-nous retourner à l'ère des grandes invasions comme celle des Huns ?

Citation : 
====> Bon!!, je pense que tes idées sont basiques et qu'elles ne sont pas le fait d'une reflexion que tu te fais, mais d'une idéologie commune à tous... Et comme je le pense tu es en religion comme tu l'est dans la mouvance écologique toute faite, et bien tu n'est pas capable de réfléchir par toi-même mais d'appliquer bêtement les reflexions d'un autre.
Moi, je n'aime pas les states, je n'aime pas ce que l'on fait de la nature aujourd'hui et pourtant, je me bats depuis presque 4 années pour dire que la dictature écologique est là tout simplement pour nous faire passer des idées que nous n'aurions jamais eues si on ne nous avait pas autant surmédiatisé le réchauffement... Eoliennes -mauvaise idée.... Voitures électriques --Mauvaise idée.... Ampoules basses consommations -bonne idée pour le porte monnaie, mais elles se révélent dix fois plus chéres à détruire que les autres Youpiiiiii !!.... Et les exemples ne s'arrêtent pas là ... Un autre pour la route .. Le bioéthanol... Une bonne idée pour Monsanto.. Une trés mauvaise idée pour l'équilibre écologique de la planéte....

Il n'y a pas de pensée unique des environnementalistes. Il n'y a pas de dictature de la pensée écologique.

Il faut simplement une prise de conscience des dangers certains que nous courons..

Citation : 
===> Prise de conscience et ben oui ! Faut-il avoir peur du réchauffement ou d'un possible refroidissement, qui arrivera d'ailleurs, puiqu'il s'inscrit dans l'ordre naturel !

Zak B.


Bon voilà ce que j'avais à dire !!

Merci Kro de ton intervention qui comme trés souvent a une répartie trés juste...

On reconnaît que l'on devient vieux, lorsque l'intensité de ses douleurs dépasse celle de ses plaisirs...

Donc, je suis à la recherche d'un maximum de plaisirs :)
Profil
Banni définitivement
Banni définitivement
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 405
Ven 6 Mar 2009 17:20
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Vautour,

Je vois que vous voulez à tout prix avoir le dernier mot. Je n’ai pas de problème avec ce besoin et cette attente si cela pouvait vous éviter de vous frustrer et de ne pas monter sur vos grands chevaux. Cela vous évitera aussi de ne pas insulter votre interlocuteur.

Mais moi, en ce qui me concerne, je ne prétends pas, contrairement à vous, détenir la vérité. J'ai accès, tout comme vous, et tout comme tout le monde, aux informations scientifiques communiquées par des organismes officiels.

Sur ce plan, les scientifiques s'accordent à conclure que le réchauffement climatique, du en grande partie à l'activité humaine, est une des causes majeurs de l'augmentation des gaz à effet de serre.

Je ne crois pas adhérer à la pensée unique en écoutant les conclusions de spécialistes.

Je trouve que votre position est celle de spécialistes qui contredisent d'autres spécialistes.

Je vous suggère donc d'accorder vos violons entre spécialistes et de ne pas encombrer un forum de novices.

Quand votre vérité deviendra unique, j'en serais certainement un ardent adepte.

Pour l'heure, je vous invite à vous référer à des sources fiables sur la désertification ( voir UNCCD, convention de l'ONU en la matière : http://www.wateryear2003.org/fr/ev.php- ... N=201.html)

Quant à l'actuel montée des eaux, les spécialistes s'entendent à l'attribuer aux gaz à effet de serre provoqués par l'activité humaine, contrairement à la montée qui serait intervenu il y a 120 000 ans à cause d'une inclinaison de l’axe de la terre.

Cela, vous n'en parlez pas. Serait-ce par malhonnêteté intellectuelle ? Yeux au ciel avec le sourire

Pour finir, nous pourrons reprendre la discussion dès que vous aurez consulté des sources fiables
et reconnues
. Idée

Zak B.
Profil
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 1390
Ven 6 Mar 2009 17:51
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Vous trouverez ici quelques déclarations d'éminents chercheurs et puisque Jésus me cherche des petits poux dans ma petite tête et vu que cette partie là fait partie intégrante de mon grand domaine de prédilection....

Voici donc de quoi lire Hihihi! Hihihi! Hihihi! Hihihi!


29 Jan. 2009 : L'ancien Directeur de James Hansen à la NASA, le Dr John Theon, porte une critique acerbe sur le comportement, les déclarations et les modèles climatiques de son subordonné.
De plus, il s'est déclaré climato-sceptique et a demandé à figurer sur la liste des quelques 650 scientifiques sceptiques gérée par l' "US Senate Committee on Environment and Public Works" (source) en disant "Je suis heureux d'avoir la possibilité d'ajouter mon nom à la liste de ceux qui sont en désaccord avec l'affirmation que le réchauffement climatique résulte des activités humaines."

John Theon est un physicien de l'atmosphère qui a exercé de très importantes responsabilités au sein de la NASA. Il a été le Directeur du Programme de Recherche sur les Processus Climatiques à la Direction Générale de cet organisme et aussi, le responsable de la branche Atmospheric Dynamics & Radiation. (Vous trouverez ici quelques article et livres dont il est l'auteur). En bref, John Theon pilotait tout ce qui concerne l'activité de recherches sur le climat de la NASA. A ce titre, John Theon a été le "Supervisor*" ( c'est à dire celui qui fournit les crédits, justifie les dépenses et évalue les résultats) de James Hansen, le célèbre "alarmiste en chef " responsable du GISS (Goddard Institute for Space Studies) et conseiller du non-moins célèbre Al Gore.

Voici comment John Theon se présente, lui-même:

" En tant que chef de plusieurs programmes au Quartier Général de la NASA (1982-1994), j'étais responsables de toute la recherche sur le climat pour l'Agence toute entière, y compris les recherches menées par James Hansen, Roy Spencer, Joanne Simpson et plusieurs centaines d'autres scientifiques dans les centres de la NASA mais aussi dans les Universités et dans le secteur privé. Ceci exige une connaissance approfondie de l'état de la science. Depuis mon départ en retraite, je me suis tenu au courant de la science du climat en lisant les articles et les livres sur ces sujets. "

A propos de James Hansen lui-même, et de son comportement, John Theon déclare que

" Hansen n'a jamais été muselé (NDT: Hansen a déclaré qu'il l'avait été !) même quand il violait la position officielle de l'Agence sur les prédictions climatiques (qui était que nous n'en savions pas assez pour prévoir le climat et les effets de l'homme sur celui-ci). Ainsi, Hansen a plongé la NASA dans l'embarras lorsqu'il a proféré ses affirmations, en 1988, devant le Congrès (NDT: c'est là que tout à commencé. Les prévisions de Hansen de l'époque se sont d'ailleurs révélées largement exagérées, par la suite).

Au sujet des modèles informatique qui "prédisent" le climat, voici ce que nous dit John Theon :

"Les modèles du climat sont inutiles"... "Ma propre opinion au sujet du changement climatique anthropique est que les modèles ne représentent pas de manière réaliste le système climatique parce qu'il existe de très importants phénomènes à une échelle plus petite que le pas de la grille, (NDT : la grille est un maillage formés de carrés ou de cubes juxtaposés découpés dans l'atmosphère servant aux programmes de simulations numériques. Le pas de cette grille diminue a mesure que le coût des ordinateurs augmente. C'est dans le but de diminuer le pas de la grille que le CNRS vient d'acheter, à un prix très élevé, un des ordinateurs les plus puissants du monde) que les modèles intègrent de manière insuffisante quand ils ne les omettent pas complètement.". "De plus, quelques scientifiques ont manipulé les données observées pour justifier les résultats de leurs modèles. Ce faisant, ils n'expliquent ni ce qu'ils ont modifié dans les données observées, ni pourquoi ils le font. Ils se sont opposés à ce que leur travail soit transparent ce qui aurait permis de le faire vérifier par d'autres chercheurs. Ceci est clairement contraire au bon fonctionnement de la science. Ainsi, il n'existe pas de justification rationnelle pour que les prévisions de ces modèles du climat soient utilisées pour déterminer une politique."

__________________________________

Sans aucun doute, ces déclarations d'un ancien haut responsable de la NASA qui mentionne des manipulations de données, une totale absence de transparence dans les traitements de ces données et l'incapacité des modèles à donner des renseignements fiables, constituent l'une des plus graves attaques contre James Hansen et son équipe (dont Gavin Schmidt, le fondateur de Real Climate avec Michael Mann, l'homme de la crosse de hockey) et contre les modélisateurs du réchauffement climatique en général....

On imagine l'ambiance dans les couloirs des bâtiments de la NASA où dans les colloques lorsque ces derniers croisent Roy Spencer (toujours en charge des mesures satellitaires de la NASA), Harrison Schmitt ou encore Walter Cunnignham, Joanne Simpson, Michael Griffin (encore très récemment directeur général de la NASA, viré par Obama), le Dr. Phil Chapman, le Dr. John Christie (ancien NASA qui travaille avec Spencer) et beaucoup d'autres, tous sceptiques..

Une fois de plus, on n'en a pas entendu parler dans les médias... Curieux, non ?

________________________________________

*Aux Etats-Unis, la structure des grands organismes de recherche est, le plus souvent, totalement pyramidale. Ainsi, par exemple dans les laboratoires de recherche d'IBM San José, dans les années 80, le " Supervisor" était-il chargé d'effectuer, chaque année, un classement sans ex-aequo, des membres de son équipe. Les salaires des membres de l'équipe dépendaient directement de ce classement. Les premiers voyaient leur salaire augmenter. Les derniers de la liste voyaient leur salaire diminuer et s'il se retrouvaient plusieurs fois au dernier rang, ils étaient exclus. Le supervisor lui-même subissait un traitement identique de la part de la hiérarchie qui lui était supérieure. Et ainsi de suite jusqu'au grand patron... du haut en bas de la structure.




Roger Pielke Sr est professeur de Climatologie et directeur d'un groupe de recherche du Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences de l'Université du Colorado : (le "Pielke Research Group"). Son expertise, mondialement reconnue, couvre un spectre très large. Elle va de la modélisation des ouragans aux interactions terre-atmosphère en passant pas l'influence de l'utilisation des sols sur le climat. Sans aucun doute, R. Pielke Sr est, à côté d'autres grandes personnalités comme Richard Lindzen, une des sommités de la recherche en Climatologie. D'autre part, Roger Pielke Sr. gère, depuis 2005, un site internet tout à fait remarquable (et assez pointu) sur les questions climatiques : climatesci.org que je recommande aux plus experts d'entre vous.

Tout comme feu Marcel Leroux, Roger Pielke est un critique véhément de ce que sont devenues les Sciences du Climat sous la férule du GIEC et de ses affidés... Lors d'un interview à ECOWorld (source), il a notamment déclaré " La rigueur scientifique a été sacrifiée et il va inévitablement en découler des décisions politiques inadaptées." A l'instar de la totalité des opposants aux thèses du GIEC, Pielke estime que le rôle du CO2 a été très largement surestimé...

Son opposition et ses critiques contre le GIEC et ses affidés, ont atteint un paroxysme le 13 décembre 2008, à la suite d'une réunion de discussion entre les différentes institutions américaines (NASA, (NRC) National Research Council et (NAS) National Academy of Sciences) à laquelle était convié l'incontournable Prof. Pielke.
Cette réunion du 8 décembre 2008, portait sur l'organisation d'une future conférence intitulée " Détection et attribution du forçage solaire sur le changement climatique". En bref, les grands organismes initiateurs de la réunion et ardents supporters du GIEC, s'inquiétaient, dans un long préambule, de la montée en puissance de l'idée que la variabilité solaire pourrait jouer un rôle important, sinon primordial, sur le climat. Ce qui avait été nié avec force par le GIEC et consorts, depuis le tout début de l'affaire. Démontrer que la variabilité solaire joue un rôle fondamental dans le changement climatique est considéré comme une attaque directe contre le dogme imposé par le GIEC et ses affidés, selon lesquels le CO2 anthropique est -et doit rester- le grand et unique coupable...

Le compte-rendu de cette réunion publié par Roger Pielke Sr. sur son site WEB est tout à fait révélateur du comportement inquiétant des grandes institutions américaines qui font bloc derrière le GIEC...au mépris de tout débat scientifique, impitoyablement écarté.
Le voici (source) : Ce texte est plutôt inhabituel, sous la plume de Pielke, en ce qu'il diffère notablement du langage prudent et feutré que ce dernier utilise dans tous ses écrits...
________________________________________

" On protège le pré carré (NDT : Turf, en anglais) du GIEC - Il n'y a aucune analyse indépendante sur le rapport du groupe WG1 du GIEC, lequel est financé et contrôlé par la NSF (National Science Foundation), la NASA ou le NRC (National Research Council)." (NDT : le WG1 est le working Group 1 qui est à la base de tout. C'est lui qui détermine les facteurs responsables du changement climatique).

A l'exception de Judith Lean, Art Charo et moi-même, il n'y a eu aucun soutien pour ceux qui voulaient susciter une discussion. La proposition d'inclure une session dédiée à la conférence du National Research Council a été rejetée par les autres, à moins qu'elle ne soit étroitement limitée, par exemple en la restreignant à des "prévisions décennales". De la même manière les représentants des agences (de la NASA et de la National Science Foundation) ont refusé de soutenir une telle analyse.

La raison de ce qui, sans aucun doute, avait été pré-concerté bien avant notre rencontre de ce lundi-là, repose sur le fait qu'une fraction significative des membres du Comité étaient (et sont probablement encore) des participants actifs aux rapports du GIEC, ainsi qu'il est démontré ci-dessus ( NDT : Plus haut, Pielke a donné la liste des membres du Comité dans laquelle on voit que la moitié des participants se réclament directement du GIEC (IPCC). Quand aux représentants des agences, leurs liens avec le GIEC sont directs et évidents.
Voici la liste : Caspar Ammann (NCAR) [IPCC Contributor], Don Anderson NASA HQ, Jay Fein NSF, Isaac Held (NOAA GFDL) [Lead Author IPCC Chapter 11], Tom Karl (NCDC) [IPCC Contributor], Chick Keller (Los Alamos National Laboratory), Judith Lean (Naval Research Laboratory) [Lead Author IPCC Chapter 2], Roger A. Pielke Sr. (University of Colorado), Drew Shindell (NASA GISS) [IPCC Reviewer], Gavin Schmidt (NASA GISS) [IPCC Contributor], Terry Nathan (UC Davis), Ka-Kit Tung (University of Washington).

Ainsi, la virulence des commentaires dilatoires et négatifs de la part d'un grand nombre des membres du Comité et même de plusieurs des représentants des agences, vis à vis de n'importe quel point de vue qui diffère de l'orthodoxie du GIEC, démontrait de manière évidente, qu'il n'y avait aucun agrément pour accorder la moindre attention à toute analyse qui ne venait pas du GIEC.

En réalité, Le GIEC est un groupe relativement restreint d'individus qui utilisent le moyen du GIEC pour garder le contrôle sur ce que les responsables politiques et le public doivent savoir sur le climat, à des échelles de temps multidécennales. Ce processus de planification, de la part de la NRC, démontre amplement la volonté des membres du GIEC de manipuler la science de manière à ce que leurs points de vue soient les seuls qui parviennent aux oreilles des politiques.

Si la NSF, la NASA et le NRC acceptent de financer et de soutenir les recommandations d'un groupe qui a un clair conflit d'intérêt afin de protéger sa chasse-gardée (dans ce cas, le GIEC), ils se rendront complices pour nous avoir, à tous, interdit de mettre en avant une présentation équilibrée des bases physiques de la science du changement climatique, y compris sur le rôle des humains.

La distorsion évidente du rapport du GIEC de 2007 est explicitée dans les pages suivantes : (source 1) (source 2).

Dans l'état actuel des choses, il n'existe pas d'analyse indépendante du rapport du groupe WG1 du GIEC financée et avalisée par la NASF, la NASA ou la NRC.

Les représentants des agences, au planning de la conférence, organisé par la NRC le 8 décembre 2008, ou bien négligent, par inadvertance, la nécessité d'une révision indépendante, ou bien ignorent délibérément la nécessité d'un contrôle indépendant parce que les affirmations du GIEC conviennent à leurs propres objectifs sur le problème du climat. Dans les deux cas, les responsables politiques et le public sont trompés sur le niveau de compréhension du système climatique y compris sur le rôle que l'homme peut y jouer. "

(Les caractères agrandis ou engraissés sont de l'auteur de ce site.)
________________________________________
Note et suite: En clair, Roger Pielke nous explique que la préparation de cette conférence sur la "Détection et attribution du forçage solaire sur le changement climatique" a clairement mis en lumière la connivence évidente qui existe entre les grandes agences américaines et les membres du GIEC pour interdire toute analyse indépendante des facteurs climatiques et de leur influence. Les phrases clefs de ce texte sont, me semble-t-il :

"Ce processus de planification... démontre clairement la volonté des membres du GIEC de manipuler la science de manière à ce que leurs points de vue soient les seuls qui parviennent aux oreilles des politiques."
Ainsi que celle-ci :
" Dans les deux cas, les responsables politiques et le public sont trompés sur le niveau de compréhension du système climatique y compris sur le rôle que l'homme peut y jouer. "

Et on peut se poser, tout naturellement, la question qui vient à l'esprit : Si les affidés du GIEC sont si certains de leurs résultats, pourquoi refusent-ils systématiquement de débattre des effets de la variabilité du soleil, surtout avec des gens aussi compétents que R. Pielke, et bien d'autres, dont les déclarations s'accumulent sur cette page.. C'est pour le moins curieux pour des scientifiques, non ?

Par la suite, Roger Pielke Sr a adressé, à tous les participants de cette réunion, un émail rappelant que la déontologie, aux Etats-Unis, exige que les membres d'une organisation soient absents de la salle lorsque l'on évoque cette organisation. Ce qui n'a évidemment pas été respecté au cours de cette réunion à laquelle les participants du GIEC étaient nombreux et parties prenantes.
L'auteur de ce site vous le confirme : Ainsi, il a été (gentiment) invité à quitter la salle, au cours de réunions d'examen de projets, aux USA, lorsqu'il connaissait, ne serait-ce qu'un seul des auteurs d'un projet qui allait être examiné. Ceci est quelque-fois pratiqué en France. Mais aux Etats-Unis, c'est la règle absolue. En l'occurrence, c'est un bon exemple à suivre..

A noter que ce récit du Professeur R. Pielke est assez proche des pratiques décrites le professeur Dick Lindzen dans son récent article que vous trouverez ici (en français). Tous deux portent des accusations extrêmement graves sur le comportement des scientifiques et des institutions, apparentés, de près ou de loin, au GIEC de l'ONU.

Frank Tipler est professeur de physique et de mathématique à l'Université Tulane de la Nouvelle Orléans. Il est réputé pour ses travaux sur les singularités dans les modèles cosmologiques à partir des idées de Penrose, Geroch et Hawking en relativité générale. Il est aussi, avec John Barrow, le fondateur du "Principe Anthropique" (livre écrit en 1988, parmi d'autres). Sans aucun doute, Frank Tipler est un physicien-mathématicien de très haut niveau.

Frank Tipler a fait récemment connaître son point de vue sur Réchauffement (Changement, ou Crise, selon les auteurs) Climatique que l'on dit anthropique. Suite à une demande de William Katz, Frank Tipler écrit (source ou source):

"Le réchauffement climatique anthropique (NDT : RCA) est une arnaque qui ne repose sur aucune base en physique." La critique de Tipler se développe en 6 points :

1) "Je suis particulièrement géné par les affirmations que "le débat" est clos". Et Tipler de citer l'exemple du système Copernicien stipulant que la terre était (n'était que) la troisième planète du système solaire. Ce qui fut réfuté en son temps par "le débat est clos". De fait, le débat n'était pas clos et Copernic avait raison tout comme Aristarque de Samos qui l'avait affirmé dès 300 avant JC.

2)"Il est évident que la réchauffement global anthropique n'est pas une science, car une théorie scientifique fait des prévisions non triviales qui peuvent être comparées avec les observations que chacun peut faire". Comme nous le savons à partir de nos observations, la théorie du réchauffement anthropique à lamentablement échoué. Cette théorie a prévu une montée continue des températures du globe et ceci a été réfuté par l'expérience. A PRESENT, les partisans de cette théorie prédisent que la terre va rentrer dans une période de refroidissement...En d'autres termes si les pôles fondent, se renforcent -- quoiqu'il arrive-- tout est revendiqué par les théoriciens du RCA comme une confirmation de leur théorie. C'est un parfait exemple de pseudo-science comme l'astrologie."

3)"A l'inverse, la théorie alternative qui dit que l'augmentation ou la décroissance de la température moyenne du globe suit l'activité solaire, est en accord (approximatif) avec les observations. Et les observations ont été prédites avant qu'elles se produisent. Ceci est de la bonne science."

4) "J'insiste sur le point 2) qui dit qu'une personne quelconque doit être capable de vérifier les affirmations parce que je n'ai plus confiance que les "scientifiques" fasse un rapport correct des observations. Je pense que les données sont ajustées pour confirmer, autant que possible, les modèles du RCA."...( Tipler cite ici le cas des erreurs relevées dans les températures du GISS (voir ici) de Hansen... qui allaient toutes dans le sens du réchauffement)

5) "Une autre chose choquante à propos de la théorie du RCA est que cela génére un oubli de la vraie connaissance scientifique (NDT: ici Tipler mentionne les observations de William Herschel en 1801 (rappelées ici)) ....Les gens du RCA essayent de faire disparaître ces observations. D'autres essaient de nier l'existence du Minimum de Maunders".

6) "Les supporters du RCA font revenir l'Inquisition où le pouvoir de l'Etat est utilisé pour faire taire ses opposants scientifiques". (NDT: ici Tipler fait mention du livre récent de Stillman Drake sur Galilée qui indique que ce ne sont pas les théologiens mais ses collègues scientifiques qui ont manipulé l'Inquisition. Tipler rappelle le cheminement de cette affaire et note de nombreuses analogies avec la confrontation actuelle)

Tipler ajoute :
"Je trouve particulièrement inquiétant qu'une partie du procès mené par l'Inquisition Danoise contre Lomborg (NDT : lequel avait été traîné devant les tribunaux Danois pour des affirmations contenues dans son fameux livre 'L'écologiste sceptique", puis relaxé) ait été rédigée par John Holdren, le nouveau conseiller scientifique d'Obama. Holdren a écrit récemment que les gens comme Lomborg sont "dangereux". Je pense que ce sont les gens comme Holdren qui sont dangereux car ils veulent réduire au silence leurs opposants scientifiques en utilisant les moyens que donne le pouvoir de l'Etat."

Le premier article cité en source fait aussi mention d'une partie du fameux discours d'adieu de 1961 du Président Eisenhower (celui dans lequel il mettait en garde contre le complexe militaro-industriel). Dans ce discours, l'ancien président US disait aussi ceci, qui était quasiment prophétique:

"De nos jours, l'inventeur solitaire qui bricolait dans son atelier a été supplanté par des groupes de travail constitués de scientifiques dans les laboratoires et les terrains d'expérience. De la même manière, l'université libre qui a été, historiquement, à la source des idées indépendantes et des découvertes scientifiques, a connu une révolution dans la manière de mener ses recherches. En partie du fait des énormes investissements à réaliser, un contrat avec le gouvernement s'est virtuellement substitué à la curiosité intellectuelle. Pour chaque tableau noir il existe maintenant des centaines de nouveaux calculateurs électroniques. (NDT : texte en gras du traducteur)
L'éventualité d'une domination des scientifiques de la Nation par les gestionnaires de l'Etat Fédéral, au moyen des attributions des contrats de recherche et par les puissances d'argent est toujours d'actualité et doit être considérée comme un problème sérieux."

Eisenhower n'était certes pas un scientifique mais ses analyses faites en 1961, rejoignent assez précisément celles du climatologue Lindzen du MIT en 2008. (ici et ici)...et, plus modestement, les miennes. Ce qu'il redoutait est arrivé (voir ici, les méthodes). Nous y sommes !

Le Dr. William Happer est chercheur physicien ( actuellement spécialiste en spectroscopie laser). Il dirige un groupe de recherche à Princeton (le Happer Group). Il est un expert reconnu en questions énergétiques. Il est l'auteur de plus de 200 articles scientifiques et il a été Directeur de la recherche sur l'énergie au Département (d'état) de l'énergie de Etats-Unis.



Il a dit (source) : "J'ai passé une grande partie de ma carrière de chercheur à étudier la physique qui est en relation directe avec l'effet de serre. La peur du réchauffement climatique anthropique est infondée. Elle ne repose pas sur de la bonne science."

Il ajoute que "Le climat de la terre évolue en ce moment même ainsi qu'il l'a toujours fait. Il n'y aucune preuve que le changement actuel diffère de quelque manière que ce soit de ceux qui l'ont précédé."

En 1991, Happer a été nommé Directeur de la recherche sur l'Energie du Département de l'Energie US. En 1993, il a porté témoignage devant le Congrès que les données disponibles ne supportaient pas les idées généralement répandues sur les dangers du trou de l'ozone et du réchauffement climatique. Ces déclarations lui valurent d'être immédiatement limogé par le Vice-Président d'alors, Al Gore.

"On m'a dit que la science ne devait pas interférer avec la politique" a déclaré Happer. "Et je n'avais pas vraiment besoin de ce job".

En demandant récemment à figurer sur la liste des quelques 650 scientifiques (au 15 déc. 2008) qui mettent explicitement en doute le réchauffement climatique anthropique (publiée par le Senate Environnment and Public Works), Happer a déclaré, entre autres, que

"Les modèles informatiques qui sont utilisés pour générer des scénarios effrayants résultant d'un accroissement du taux de CO2, ont une crédibilité minimale".

Lors d'un interview au daily Princetonian (source), Happer a déclaré, entre autres, "La théorie du changement climatique est vraiment très mauvaise pour la science. Elle va donner une très mauvaise image de la science, dans l'avenir" Il ajoute : " Je pense que la science est un des grands triomphes de l'Humanité et je déteste de la voir traîner dans la boue lors d'un épisode tel que celui-ci."

A noter que la liste des scientifiques qui ont déclaré officiellement leur scepticisme s'allonge jour après jour. (voir ici ) . Parmi eux, le Prix Nobel de Physique Ivar Giaever qui a déclaré récemment : "Je suis un sceptique....Le Réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion."



Le Professeur Ian Plimer est géologue, chercheur et enseignant, à l'Université d'Adelaïde en Australie. Il est aussi professeur émérite à l'Université de Sciences de la Terre à Melbourne. Il est l'auteur de nombreuses publications et de deux livres dont "Une brève histoire de la planète Terre". Entre autres distinctions honorifiques, il a reçu la Médaille Clarke de la Royal Society of New South Wales en 2004 ce qui est une distinction très estimée en Australie.

Comme vous le savez si vous avez lu cet article qui porte sur le dernier Congrès International de Géologie qui s'est tenu à Oslo en août 2008, les géologues sont, très fréquemment, des critiques virulents de la théorie du réchauffement climatique anthropique.
Pourquoi ?
Tout simplement parce que les géologues voient le climat de la planète en perspective et sur de très longues durées. Sans trop généraliser, on peut dire que beaucoup de géologues qui connaissent le climat de la planète sur de très grandes échelles de temps, pensent que les variations climatiques actuelles s'inscrivent parfaitement dans les fluctuations naturelles qu'a connu notre planète, de manière plus ou moins cyclique, depuis la nuit des temps.

Le Professeur Ian Plimer est un homme de conviction. Il est très souvent interviewé par les chaînes de télévision et de radios Australiennes devant lesquelles il ne se prive pas de donner sont opinion de climato-sceptique averti. Ses écrits (par exemple celui-ci, très documenté) et ses déclarations sont donc très nombreuses et il est aisé de les trouver sur la toile. Voici quelques unes de ses déclarations parmi beaucoup d'autres :

"When the president of the Royal Society says the science on human-induced global warming is settled, one is reminded of a previous president who said it was impossible for heavier-than-air machines to fly! Since the beginning of time, climate has always changed. It has warmed and cooled faster than any contemporary change. Nothing happening at present is unusual." (source)

"Quand le Président de la Royal Society déclare que la science du réchauffement climatique anthropique est achevée, cela me rappelle un précédent Président qui avait déclaré que les engins plus lourds que l'air ne pouvaient pas voler ! Depuis la nuit des temps, le climat a toujours changé. Il s'est réchauffé et refroidi plus vite que lors de n'importe quel changement climatique contemporain. Rien de ce qui se produit actuellement n'est inhabituel".

Ian Plimer ne mâche pas ses mots. Il déclare que la théorie actuelle du climat est comparable au "Bug de l'an 2000" (que les anglophones ont joliment baptisé "Y2K scam", year 2000 scam). Ainsi, répondant à une question sur la possibilité, souvent évoquée par les activistes environnementalistes, que l'acidité des océans pourrait augmenter dangereusement suite à l'absorption de CO2, voici ce qu'il a déclaré (source) :

"Dans les océans, il existe un effet tampon ( NDLR : L'effet tampon est une réaction chimique stabilisante) entre les basaltes du sol sous-marin et les mers. L'eau de mer voit son pH varier entre 7,8 et 8,3 selon les régions. Il faut noter que le pH est une échelle logarithmique et que si nous voulions rendre les océans acides, il n'y aurait pas assez de CO2 dans les énergies fossiles pour créer cette acidité parce que la plupart du CO2 de la planète reste stocké dans les roches. Quand nous n'aurons plus de roches sur la planète et quand la tectonique des plaques aura cessé, alors nous aurons des océans acides..." NDT : Autrement dit : quand les poules auront des dents !

Au sujet du réchauffement provoqué par le CO2 (selon le GIEC), voici les questions qu'il conseille de poser au "réchauffistes" :

1) Comment se fait-il que le CO2 était 15 fois plus présent (NDT: dans l'atmosphère) que maintenant à l'époque de la glaciation Ordovicienne-Silurienne ?
2) Pourquoi les concentrations de Méthane et de CO2 étaient supérieures à ce qu'elles sont maintenant pendant la période glaciaire Permienne ?
3) Comment se fait-il que le taux de CO2 était de 5 fois supérieur à celui d'aujourd'hui pendant la période glaciaire Crétacée-Jurassique ?

"L'atmosphère a contenu autrefois au moins 25 fois plus de CO2 que maintenant et nous vivons à une époque où le taux de CO2 est le plus faible depuis des milliards d'années. Nous continuons à retirer du CO2 grâce à la sédimentation des carbonates et les océans continuent à servir de tampon à l'aide de réactions chimiques entre les roches et l'eau de mer (comme montré par Walker et al en 1981)"
Il ajoute que " Les réactions d'absorption par les feldspaths et les silicates sont bien comprises. Il existe une énorme quantité de données thermodynamiques sur ces réactions et il se trouve qu'elles ont été ignorées dans les analyses faites par les réchauffistes..."

Le Professeur Ian Plimer est intarissable sur ces questions. Comme beaucoup d'autres, il est convaincu que les fluctuations actuelles résultent de l'activité solaire et non pas de l'activité humaine (source).

Et il est exact que le GIEC n'évoque jamais le passé de la planète

On reconnaît que l'on devient vieux, lorsque l'intensité de ses douleurs dépasse celle de ses plaisirs...

Donc, je suis à la recherche d'un maximum de plaisirs :)
Profil
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 1390
Jeu 19 Mar 2009 09:49
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Bon ! Hihihi!
Je vois que zak a perdu sa langue face aux atouts indiscutables que j'avais dans la manche Ça assure

On reconnaît que l'on devient vieux, lorsque l'intensité de ses douleurs dépasse celle de ses plaisirs...

Donc, je suis à la recherche d'un maximum de plaisirs :)
Profil
Premier Consul
Premier Consul
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 40
  • Localisation : Dans le bois de Paris
  • Messages : 6168
Jeu 19 Mar 2009 11:33
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
Vautour
Sans être un intégriste de la théorie du réchauffement de la planète , il existe hélas des éléments troublants qui sont peut être liés plus à la sur activité de l' Homme et à son expansion délirante...
Un exemple qui , personnellement, me déchire le coeur ...
La disparition inévitable des Ours Polaires ...
En effet..la population de cet animal sublime ne cesse de baisser et la disparition de l'espèce est déjà programmée..
Bientôt cet animal qui vivait sur notre planète en même temps que nous va rentrer dans la cryptozoologie et là on est loin du Darwinisme ..qui théorise sur la sélection naturelle..Concernant ce cas, et bien d'autres, la sélection , n'a rien de naturelle...mais est la résultante de la destruction de l'espace de vie de certaines espèces ..
Et ça, Vautour, tu ne peux pas le nier...et j'aimerais pourtant , tellement te donner raison.. Clin d’œil

Internet est une drogue dure , habité par des entités maléfiques...
Sachez vous en protéger , et prenez cet outil pour un outil et rien de plus...
Profil
Débateur
Débateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Age : 59
  • Messages : 1390
Jeu 19 Mar 2009 12:14
Message Re: Réchauffement : Mais de quoi parle t-on ?
John Gouze a écrit : 
Vautour
Sans être un intégriste de la théorie du réchauffement de la planète , il existe hélas des éléments troublants qui sont peut être liés plus à la sur activité de l' Homme et à son expansion délirante...
Un exemple qui , personnellement, me déchire le coeur ...
La disparition inévitable des Ours Polaires ...
En effet..la population de cet animal sublime ne cesse de baisser et la disparition de l'espèce est déjà programmée..
Bientôt cet animal qui vivait sur notre planète en même temps que nous va rentrer dans la cryptozoologie et là on est loin du Darwinisme ..qui théorise sur la sélection naturelle..Concernant ce cas, et bien d'autres, la sélection , n'a rien de naturelle...mais est la résultante de la destruction de l'espace de vie de certaines espèces ..
Et ça, Vautour, tu ne peux pas le nier...et j'aimerais pourtant , tellement te donner raison.. Clin d’œil


L'homme est sans aucun doute pour beaucoup dans certains événements liés à la disparition de certaines espéces ou comme au déséquilibre de la faune dans certains endroits de la planéte comme en afrique par exemple ou alors en australie.

Mais le réchauffement n'est pas du qu'à l'homme, hors c'est ce que l'on veut absolument nous faire croire et c'est pour celà que je tiens à démontrer aussi que je ne suis pas le seul à plancher dessus.

L'ours blanc est encore une autre façon d'aborder les choses.

Imaginons que la terre se refroidit et que l'espace naturel des espéces polaires s'aggrandit que se passera t-il d'aprés toi ?

Ces espéces vont donc envahir les territoires les plus aptes à les recevoir et quand le réchauffement est là, elles devront se replier sur un espace plus réduit et afin de prolonger l'espéce, ce seront donc les plus malins que seront protégés.

De plus, pour les ours blancs, il y-a aussi la chasse qui est bien plus importante qu'on ne le croit...

Ajoute à celà une pincée de montrage de peur, de ces gens qui disent que leurs iles disparaîtront sous les eaux montantes des océans alors que la plupart de ces iles et ilots sont rpincipalement des remontées de type volcanique ou dues à des glissements de terrain donc susceptibles de variations en fonction du déplacement des plaques tectoniques et nous avons là tous les ingrédients de la peur que l'on nous bassine sur le réchauffement climatique....

Question : Dans les documents de l'optimum médiéval des XII et XIII éme siécle il n'est, nulle part, inscrit comme quoi il y-avait des ours blancs... Alors ! Ils sont pas arrivés là comme ca !! et pourtant la banquise artique était bien plus réduite qu'aujourd'hui...

Savais-tu John que cette banquise nord s'était complétement reconstituée cet hiver, mais personne n'en a parlé !!

En bref ! Il faut donner aux gens de quoi avoir peur d'un événement et surtout leur dire que l'on peut y remédier, alors que le réchauffement fait partie d'un cycle naturel.. Si ce n'est pas se foutre de la gueule des gens !

On reconnaît que l'on devient vieux, lorsque l'intensité de ses douleurs dépasse celle de ses plaisirs...

Donc, je suis à la recherche d'un maximum de plaisirs :)
Profil
cron