Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Jardinage : supports de culture et cultures
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Sam 23 Jan 2021 19:46
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Ça, c’est une surprise. L’humus contient de l’azote sous forme de nitrate directement assimilable par les plantes. Même pas besoin de nitrification par les bactéries, c’est déjà fait.

Source : La terre et l’humus (astrosurf.com). Un site que je connaissais pour des questions touchant au cosmos, mais oui, il parle d’humus.

Malheureusement, il ne dit pas dans quelle proportion, mais il semble sous‑entendre que c’est en quantité non‑négligeable.

— Édit — En fait non, il parle des nitrates formés par les bactéries, à partir de l’humus, à un rythme lent.

De la même page, dans une illustration du cycle de l’azote, il est dit que pas seulement des bactéries, mais aussi des champignons, produisent de l’ammoniaque, qui est transformée en nitrite par des bactéries, puis ce nitrite est transformé en nitrate par d’autres bactéries. Les champignons (qui ne sont pas tous à chapeau) sont donc indirectement une source d’azote assimilable par la végétation. Mais là aussi, rien n’est dit sur l’importance de cette production, surtout qu’elle dépend de bactéries pour deux étapes importantes de la chaîne et qu’il faudrait en tenir compte aussi.

Toujours de la même page, on apprend que le phosphore, ne reste que une à trois semaine sous forme soluble, et les plantes ne peuvent assimiler que sa forme soluble. Alors comment font‑elles pour assimiler le phosphore ? Parce que difficile d’imaginer d’où proviendrait un apport permanent. Peut‑être les mycorhizes ? À chercher plus tard.

Astuce pour aider à distinguer le moder des autres humus : il précise que c’est celui qui sent le champignon.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Sam 23 Jan 2021 20:18
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Sur Terre, les vers de terre représentent entre 60 et 80 % du poids de tous les animaux, humains compris. En Amazonie, il existe des vers de terre de trois mètres de longueur. Même source que dans le précédent message.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Sam 23 Jan 2021 20:35
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Les platodes sont des vers arrivés accidentellement en Europe vers 2012. Depuis, ils se sont répandus partout. Le problème de ces vers est qu’ils peuvent décimer les populations de lombrics qui sont les vers qui brassent et oxygène le plus le sol.

Ça c’est une tuile Embêté(e)

J’en ai déjà vu un au moins une fois. Ils font penser à des petites sangsues, ils ne ressemblent pas du tout aux vers qu’on connait habituellement en Europe.

Si vous en voyez un dans votre terre, ne l’y laisser pas.

Les déjections des vers de terre, sont concentrées en azote, phosphore, potassium et divers minéraux et oligoéléments. Le phosphore rejeté par les vers de terre est‑il assimilable par les plantes ?

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Sam 23 Jan 2021 21:45
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Dans la première vidéo, la mini‑faune du sol, pendant 15 semaines (un peu moins de 4 mois), en accéléré. Dans la seconde vidéo, des lombrics pendant un mois, en accéléré aussi.

Dans la première vidéo, sur la partie gauche, il n’y a pas de mini‑faune.

Bioturbation with and without soil fauna — MicropolitanMuseum — 2017


Bioturbation: worms at work — MicropolitanMuseum — 2014

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Dim 24 Jan 2021 00:17
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
[…]

La couche de neige n’était quand‑même pas tout à fait habituelle. Trois ou quatre grands résineux d’environ 15 m de haut, sont presque entièrement tombés aussi (apparemment de pas trop loin, des épicéas, mais à vérifier plus tard dans l’année). Cette neige était en effet collante, même si une couche de poudreuse est venue la compléter après que le plus gros soit tombé. Une neige moins collante, n’aurait pas eu autant de conséquences.

[…]

Finalement, ce ne sont pas des épicéas, ils sont toujours debout, ce sont deux cyprès, et ils ne sont pas tombé sous le poids de la neige, mais sous le poids de deux arbres qui leur sont tombé dessus, ou plutôt peut‑être surtout un. Une grosse branche principale d’un grand saule, a cassé, en tombant sur un érable en bonne partie cassé, le faisant totalement tombé sur les deux cyprès, qui sous le poids se sont pliés.

Ces cyprès faisaient peut‑être 8 ou 9 m de haut.

Les saules sont les grands habitués de la casse, ils sont toujours à surveiller. Le problème est que leur casse n’est pas facilement prévisible. Elle peut l’être quand ils sont attaqués par des larves et qu’un pic noir signale la zone endommagée en la décapant tellement qu’elle donne l’impression d’être blanche.

Les cyprès semblent plus souples que les autres résineux, à diamètre égale. Mais un cyprès, quand il est courbé, ne peut pas se rattraper comme un feuillu. Les résineux ne semblent pas avoir de bourgeons dormants sur le tronc, qui pourraient repartir à la vertical à partir d’un tronc couché ou courbé, comme peuvent le faire les feuillus.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Dim 24 Jan 2021 00:24
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
[…]

Pour récupérer des graines destinées à des semis, le nettoyage peut ne pas être parfait, mais pour les cuisiner (pas encore testé), il ne doit rien rester. Là peut être le problème. Les graines d’amarante sont difficiles à vanner, elles sont tellement légères qu’il en part avec les restes de « fleur » sèche, même en ne soufflant pas trop fort. Les graines d’amarante me semble quand‑même plus petites que les graines de quinoa (de mémoire) ; la couleur aussi, n’est évidemment pas la même, celles de l’amarante sont noir luisant.

[…]

C’est confirmé, les graines de quinoa sont quand‑même plus grosses que les graines d’amarante.

Bonne nouvelle : le quinoa de boutique d’alimentation, peut éventuellement germer. C’est au moins le cas de celui de la marque La Vie Claire. Un test de germination commencé hier, montre déjà des longs germes, à peine 24 h après. Un semis en sera donc tenté. C’est un quinoa des Andes, ses grains sont blanc‑crème.

En théorie, les plants de quinoa devraient beaucoup ressembler aux plants d’amarante, les deux espèces sont très proches.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Lun 25 Jan 2021 00:40
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
[…]

Quand la même matière est compostée en couche épaisse ou en tas, les conditions sélectionnent probablement un type de transformation, excluant tous les autres, ce qui permet de laisser une matière meuble avec une bonne granulosité. Un exemple, mais pas unique, sont les vers de terre. Leurs déjections sont très finement friables (même si elles peuvent être stabilisées dans certains sols), ont un grain très fin et « fusionnent » plus facilement avec la matière minérale. Ils ne participent que peu à la texture du sol, plutôt à l’incorporation de nutriments (et à l’oxygénation et au brassage des bactéries, en sol de prairie). Ces mêmes vers de terre, ne vont pas trop remonter dans un tas de feuilles ou de rameaux et ne feront pas cette transformation, qui serait trop avancée pour donner une bonne texture. Après incorporation au sol, la suite de la transformation peut se poursuivre, mais plus lentement, si par exemple des larves d’insecte ou des insectes sont impliquées, laissant plus de temps au maintient de la texture.

[…]

En plus des tas et des couches très épaisses, le même résultat peut se constater quand les feuilles et brindilles, sont isolées du sol, comme par exemple sur une surface en béton abandonnée depuis longtemps. Sur ces surfaces, avec le même apport que pour la litière ailleurs, l’humus est meuble alors que là où il y a contacte avec le sol, il aurait été transformé en déjections de lombrics. Comme déjà dit, on peut exploiter une cavité naturelle ou artificielle pour composter en couche très épaisse pour empêcher cette dégradation prématurée. Une autre opportunité et d’exploiter le fait qu’une surface isole la matière à composter, de la terre, faisant que les lombrics n’y remontent pas. Le résultat semble être le même.

Évidemment, après incorporation au sol, le processus reprendra et l’humus pourra finir en déjections de lombrics, mais pendant le temps que ça prendra, cet humus meuble, participera à la texture.

À côté de la texture, il y a la capacité à contenir l’eau, qui est importante aussi. Il faudrait savoir ce qui favorise le côté éponge d’un humus. La matière mise à composter, seulement ou aussi la manière dont elle est dégradée en fragments ?

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Lun 25 Jan 2021 19:09
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
J’ai vu une hirondelle, et pas seulement vu, entendu aussi, et c’était bien un chant d’hirondelle. Elle était seule et c’était un hirondelle rustique, d’après sa longue traîne. Nous sommes le 25 Janvier Wazaa ! , elle est rentrée avec au moins deux mois d’avance.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Mer 27 Jan 2021 19:10
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
L’écorce ne se décompose pas comme le reste du bois. L’écorce est moins solide que le bois, mais pourtant, elle semble souvent moins décomposée. J’ai même vu un arbre coupé il y a longtemps, une souche haute, avoir son bois totalement en fines miettes, contenues dans l’écorce, restée en place et assez rigide.

L’écorce émiettée me semble être un potentiel bon agent de texture du sol. Il pourrait être intéressant de récupérer celle des arbres tombés, dont le bois ne se décompose pas parce pas assez au sol, mais dont l’écorce se détache sans trop de difficultés.

Si l’écorce se décompose moins, c’est peut‑être parce qu’elle contient de la subérine, une substance dite cireuse et en tous les cas, insoluble ans l’eau. La subérine est la principale substance du liège. Toutes les écorces en contiennent, mais à des degrés variables. L’écorce du chêne liège en contient nettement plus que l’écorce des autres espèces.

Notes de deux documents sur la composition de l’écorce :

Le document ci‑dessous a écrit : 
  • Teneur moins importante en polysaccharides
  • Teneur élevée en extractibles
  • Présence importante de polyphénols et de subérine
  • Teneur importante d’éléments minéraux

Source : Structure des écorces, composition chimique et valorisation (inrae.fr) [PDF],

La page ci‑dessous a écrit : 
[…] La silice et la chaux sont plus abondantes dans l'écorce que dans le bois tandis que la potasse domine dans le bois.

Source : Composition du bois (passion.bois.free.fr).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 22279
Mer 27 Jan 2021 23:59
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Les tiges des amarantes qui ont poussé à leur aise, sont encore dures même après un hiver, elle sont très ligneuses. Les tiges qui ont été couché parce que cassée, sont moins dures. Les tiges plus fines des pieds qui ont poussé serrés, sont aussi moins dures.

Peut‑être que bien décomposées dans le sol, ces tiges pourraient être bonnes pour la texture. Il faudrait toutes les coucher après la récolte. Il faudrait savoir si les faire pousser serrés ne pénalise pas trop la production de graines, comme ça serait intéressant pour avoir des tiges plus commodes à émietter grossièrement ou à enfouir.

Le problème est que même si couchées, elles sont moins dures, elles restent longues et sont alors trop difficiles à enfouir par bêchage. De plus, il faut du temps, pour qu’une tige couchée se fractionne plus facilement, alors ça ne suffirait pas si le sol doit être préparé peu après la récolte en vu de la culture suivante.

Il faudrait un instrument pour casser les matières ligneuses sèches sur le sol ; ce serait utile pas seulement pour les tiges d’amarantes, pour les céréales aussi et même d’autres cultures. Un axe avec plusieurs disques métalliques, qui rouleraient sur le sol, pourrait être une idée, mais pas évidente à réaliser.

S’il y a autant de lignine qu’il le semble, dans les tiges d’amarante et que cette lignine peut améliorer la texture du sol, alors comme les amarantes poussent facilement et que leur rendement semble pouvoir être comparable à celui de l’avoine au moins, ça en ferait une culture doublement intéressante.

Impossible de savoir à l’avance, si les tiges des quinoas sont aussi dures que celles des amarantes, mais c’est à priori probable.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron