Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Plantes sauvages comestibles
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Dim 22 Avr 2018 11:03
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Hibou a écrit : 
[…]

Le lamier pourpre est plus ramassé que le lamier tacheté qui est plus aux proportions de l’ortie. Une partie des feuilles du lamier pourpre, est pourpre.

[…]

Le lamier pourpre a souvent des feuilles pourpre vers le haut là où les feuilles sont petites et où il y a ses fleurs. Sa tige est glabre, tandis que celle du lamier tacheté est poilue ou légèrement poilue. La différence de pilosité peut les distinguer, mais en notant que la différence est sur la tige, parce que les feuilles des deux sont poilues.

À noter qu’il existe un autre lamier, aux fleurs pourpres aussi, aux feuilles plus petites encore que celle du lamier pourpre et dont la forme ressemblent à celles de ce dernier : le lamier amplexicaule qui peut faire vaguement penser à du lierre terrestre, mais qu’on distingue par ses fleurs, sa tige et ses feuilles sont poilues ou légèrement poilue, pour la tige.

En résumé, pour distinguer ces trois lamiers à fleurs pourpres : si le lamier est petit et que sa tige est poilue ou légèrement poilue, c’est du lamier amplexicaule, si elle n’est pas poilue, c’est du lamier pourpre, si le lamier est grand et que sa tige est poilue, c’est du lamier tacheté.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Mer 25 Avr 2018 22:49
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Froissées, les feuilles des cerfeuils sauvages, ont aussi une petite odeur de carotte, même si ce ne sont pas des carottes sauvages.

Le plus courant est le cerfeuil des bois. Il existe aussi le cerfeuil penché, mais il est moins fréquent ; il se distingue à ses « pointes » plus arrondies et à sa tige de section ronde, tandis que celle du cerfeuil des bois est nettement cannelée. La tige du cerfeuil des bois est creuse, celle du cerfeuil penché est pleine (celle de la carotte sauvage aussi). Personnellement, je trouve le cerfeuil penché peu avenant, il ne donne pas envie d’y toucher, même s’il n’est pas dangereux. Je trouve le cerfeuil des bois plus joli, plus harmonieux et plus « clair ».

Les deux sont poilus, même si le cerfeuil des bois est moins poilu que la carotte sauvage, même glabre en hauteur, et qu’il ne faut pas s’en étonner. Les apiacées toxiques sont toutes glabres, les apiacées poilues ne sont pas toxiques dans leurs parties aériennes, mais peuvent éventuellement l’être dans leurs racines. La racine de la carotte est par exemple comestible, mais la racine du cerfeuil des bois est toxique. Cependant concernant la partie aérienne, bien que pas considéré comme toxique, il ne faut pas abuser du cerfeuil des bois à cause de ses huiles essentielles et il est de plus réputé abortif même dans sa partie aérienne, ce qui me le ferait classer comme toxique en pratique.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Mer 25 Avr 2018 23:32
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Quand on regarde trop vite, les feuilles du houblon peuvent faire penser à celles du framboisier.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Jeu 26 Avr 2018 00:25
Message Re: Plantes sauvages comestibles
J’avais oublier de le noter : j’ai vu des papillons jaunes apparaître étonnamment tôt, une ou deux semaines après les derniers froids.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Jeu 26 Avr 2018 01:07
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Les feuilles des orties sont utilisées par les chenilles du papillon vulcain. Elles ferment une feuille sur elle‑même en tirant sur des fils de soie qu’elles accrochent aux deux bords de la feuille et s’y abritent des oiseaux.

En récoltant des orties, si une feuille n’est pas ouverte et semblent roulée sur elle‑même, vérifiez qu’elle n’abrite pas une chenille.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Sam 28 Avr 2018 22:00
Message Re: Plantes sauvages comestibles
La bunias d’orient est en fleur.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Sam 28 Avr 2018 22:04
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Quand les fleurs des violettes odorantes ont séché, les feuilles continuent à grandir, elles me semblent avoir au moins doublé en dimension. La violette est vivace, alors j’imagine que les feuilles grandissent pour nourrir une racine ou un rhizome. Je verrai ce qu’il y a dans la terre, un jour prochain.

Les feuilles des violettes n’ont pas d’arôme intéressant.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Sam 28 Avr 2018 22:18
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Si en Février ou Mars, vous avez remarqué dans les sous‑bois, des plantes à feuilles découpées dont les fleurs à 15 ou 20 cm du sol ressemblaient à des épis de petites orchidées, blanches, pourpres, parfois jaunes ou bleues, c’était peut‑être des corydalis, un genre.

Ce ne sont pas des comestibles, mais elles sont tellement fréquentes au début du printemps, que c’est utile de leur donner un nom.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Lun 30 Avr 2018 14:24
Message Re: Plantes sauvages comestibles
La cardamine des près est en fleur. Elles ne sont pas toutes là, d’autres se monteront plus tard. Cette cardamine est plus tardive que la cardamine hirsute qui a déjà fleuri bien avant.

La berce commence à préparer ses fleurs.

Les pruniers pourpres et cerisiers sauvages ont été pollinisés depuis un petit bout de temps, leurs fruits commencent à se former. Les fruits « manqués » du prunier pourpre, sont presque tous tombés au sol.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 15349
Lun 30 Avr 2018 21:24
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Le pétiole de la berce est nettement meilleur que ses feuilles, et ses boutons floraux dans leurs fourreaux, sont encore meilleurs que les pétioles, mais on ne peut pas espérer en récolter autant, et il faut prendre garde à en laisser pour le renouvellement de la plante.

Les pétioles sont plus dure que les boutons floraux, et ressemble un peu au céleri branche, question goût. Le goût est tellement doux qu’il faut mieux les cuire et servir séparément. Tellement doux, qu’il faudrait aussi un temps de cuisson court, trois à quatre minutes au lieu de mes dix à quinze minutes habituels. J’ai cuisiné aujourd’hui des pétioles pelés, je re‑testerai dans les peler. Les pétioles peuvent être pelés, au moins, contrairement au poil, dont les poils ne sont quand‑même pas du meilleur effet, même si c’est parfaitement comestible et que j’en cuisiné plusieurs fois hachées.

Les boutons floraux sont très fondants une fois cuit, leur gout et leur texture m’inspire quelque chose comme je le cœur d’artichaut ou le brocoli, je ne sais pas exactement. La berce est pourtant une apiacée, pas une brassicacée. Les boutons floraux peuvent être cuisiné avec ou sans leur enveloppe, selon les préférence. Si un long bout de pétiole est gardé avec, s’assurer qu’il n’est pas ligneux.

En bref, pour la berce, comme pour la bardane, préférer la bardane. Mais avec la bardane, difficile d’envisager autre chose, tellement ses feuilles sont amères.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet