Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Jardinage : supports de culture et cultures
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Dim 9 Fév 2020 14:35
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Ne pas confondre Agira et Agila, ce sont deux variétés de pommes de terre différentes. Mais elles sont aussi proches que l’est leur nom, alors la confusion ne serait pas très grave.

Agila est plus résistante au mildiou que Agria qui l’est déjà beaucoup, mais Agria a une plus longue dormance et germe donc moins pendant la conservation.

La variété Michelle est une variété hybride de Agria.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Dim 9 Fév 2020 14:40
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
La pomme de terre Ditta est la plus cultivée en culture bio, elle occupe 60 % des surface de pommes de terre issues de l’agriculture bio. Elle doit se succès à sa résistance à une large palette de maladies.

Mais je ne la testerai pas, j’ai prévu d’en tester d’autres, je ne peux pas tout tester.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Dim 9 Fév 2020 14:43
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Dans les pommes de terre, La Dolwen de Bretagne ® est un autre nom de la Clairette. La Dolwen de Bretagne ® est une marque déposée, Clairette est le nom de la variété.

De même pour Alienor ® et Artemis, qui sont techniquement synonymes, Alienor ® étant une marque déposée et Artemis étant sa variété.

Prospère ® est aussi une marque déposée, elle correspond à la variété Stemster.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Dim 9 Fév 2020 15:57
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
La variété de pomme de terre Vitabella, est dérivée de la variété Miriam.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Dim 9 Fév 2020 18:39
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Des documentations nécessairement non‑exhaustives, et aussi inconstantes, mais utiles quand‑même, sur un grand nombre de variétés végétales potagères : semeur.fr. La liste des espèces est répartie sur au moins deux pages : utilisez les liens « 200 suivantes » et « 200 précédentes » si le première lettre de l’espèce que vous recherchez n’apparaît pas sur la page.

Pour chaque variété d’une espèce, on peut trouver des informations comme la morphologie de la plante, son environnement préféré, son type de pollinisation, son cycle, etc. Mais ces informations ne sont pas toujours renseignées pour chaque espèces, d’où l’inconstance dont je parlais. Le nombre de variétés potagères cultivés étant très important, le site ne peut évidemment pas être exhaustif.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Dim 9 Fév 2020 18:45
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Pois Sans Pareil ®, est une marque déposée, correspondant à la variété de pois Maxigolt. L’une ou l’autre dénomination, désigne la même variété.

Bleu d’Hiver ®, est une marqué déposée, correspondant à la variété de poireau Tenor.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Lun 10 Fév 2020 14:10
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Pour décrire et prédire l’évolution du développement des végétaux, la notion de degrés‑jours de croissance est plus proche de la réalité que la notion de jours.

Un préalable : même s’il existe des plages de valeurs assez typiques, chaque espèce, avec plus ou moins de variations entre les variétés d’une espèce, a sa propre température minimale de croissance, appelée zéro de végétation. Il existe aussi un zéro de germination, généralement une température un peu plus élevée que le zéro de végétation.

La température de végétation effective pour une plante, c’est la température mesurée au thermomètre, moins son zéro de végétation. Par exemple pour une plante dont le zéro de végétation est à 12 ℃, si la température mesurée au thermomètre est de 17 ℃, le développement de la plante aura 5 ℃ à sa disposition. C’est pour l’essentiel, parce qu’une plante a aussi une température maximale de végétation et aussi des températures minimale et maximale qu’elle peut supporter tout‑court (dans les zones tempérées, ce qui préoccupe, c’est surtout la température minimale, c’est à dire le gel qu’elle peut supporter).

Il existe des petites variantes, mais en gros, on calcul une approximation du nombre de degré jours de croissance, ainsi :

  • On relève les températures minimale et maximale sur les 24h de la journée.
  • On soustrait à ces deux températures, le zéro de végétation.
  • On fait la moyenne des deux valeurs résultantes et on la note chaque jour.
  • Chaque jour également, on fait le total des valeurs notées tous les jours précédents, depuis le début de la croissance de la culture. On le fait à partir de plusieurs dates, s’il y a plusieurs cultures.

Prenons l’exemple fictif d’une plante dont le zéro de croissance serait 8 ℃. Disons qu’elle est semé à une période où les température ne descende jamais en dessous. Dès le jour où elle apparaît, qu’une petite pousse se montre, on relève chaque jour les températures suivantes au thermomètre :

  • Jour 1 : min = 9, max = 15.
  • Jour 2 : min = 10, max = 16.
  • Jour 3 : min = 11, max = 14.
  • Jour 4 : min = 8, max = 10.
  • Jour 5 : min = 11, max = 13.

On calculera les valeurs moyennes par rapport au zéro de végétation :

  • Jour 1 : 9 - 8 = 1 ; 15 - 8 = 7 ; (1 + 7) / 2 = 4. On note 4.
  • Jour 2 : 10 - 8 = 2 ; 16 - 8 = 8 ; (2 + 8) / 2 = 5. On note 5.
  • Jour 3 : 11 - 8 = 3 ; 14 - 8 = 6 ; (3 + 6) / 2 = 4. On note 4 (ou 4 et demi).
  • Jour 4 : 8 - 8 = 0 ; 10 - 8 = 2 ; (0 + 2) / 2 = 1. On note 2.
  • Jour 5 : 11 - 8 = 3 ; 13 - 8 = 5 ; (3 + 5) / 2 = 4. On note 4.

On aura donc les degrés‑jours de croissance (DJC) suivants :

  • Jour 1 : 4 degrés‑jours.
  • Jour 2 : 9 degrés‑jours (4 + 5).
  • Jour 3 : 13 degrés‑jours (4 + 5 + 4).
  • Jour 4 : 14 degrés‑jours (4 + 5 + 4 + 1).
  • Jour 5 : 17 degrés‑jours (4 + 5 + 4 + 1 + 4).

Note : l’abréviation DJC est ambiguë, elle peut signifier degrés‑jours de croissance ou degrés‑jours de chauffage, selon le contexte. L’abréviation DJV, pour degrés‑jours de végétation, serait moins ambiguë, mais je ne la vois pas utilisée.

Pourquoi calculer ces degrés‑jours de croissance plutôt que de compter des jours ? Réponse : parce que si la température est assez bonne, une plante peut pousser en une journée, autant qu’en deux journées plus froides, par exemple.

C’est pourquoi dans les documentations destinées à l’agriculture, vous pouvez voir parfois des valeurs étranges, pour parler du cycle des développement des végétaux. Les documents ne précisent en effet pas toujours qu’ils parlent en DJC, comme c’est implicite pour eux.

Le zéro de germination est moins souvent évoqué. Il est évidemment au moins dans la plage des températures de végétation, et donc supérieur au zéro de végétation, mais pas toujours égale. Par exemple le seigle, une plante très résistante au froid, a un zéro de végétation à 0 ℃, en gros, dès qu’il ne gèle plus, le seigle pousse, même si très lentement, pourtant son zéro de germination est à 3 ℃, ce qui est quand‑même bas. On peut imaginer que le seigle germe à partir d’une température de 3 ℃, même s’il peut pousser très lentement à une température plus faible, pour que le plantule n’apparaisse pas quand les conditions sont quand‑même un peu risquée pour la plante.

Ci‑dessous, quelques documents en rapport. Le premier est un glossaire de l’INRA, ou le zéro de végétation et le zéro de germination, sont mentionné. Le second donne en quelques mots, la définition de la somme des températures utilisée pour calculer les degrés‑jours. Les deux autres, sont des documents avec un petit tableau listant les plages de températures caractéristiques de quelques espèces cultivées :

Glossaire (grignon.inra.fr).
Somme des températures (petitrichard.fr).
Le degré‑jour de croissance (meteodu03.free.fr). Voir le second tableau.
Zéro de végétation (maraibio.fr) [PDF].

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Mar 11 Fév 2020 10:43
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
Je viens de passer par trois magasins spécialisés bio, je n’y ai pas trouvé de lupin (je vais voir encore ailleurs plus tard), mais j’y ai trouvé des grains bruts susceptibles de germer, de blé dur ancien (d’Italie), blé tendre (france), petit épeautre (france), lin doré (Italie), sarrasin (Chine, WTF?), lentille blonde (Italie), pois‑chiche (france), maïs (france), avoine (france).

[…]

J’ai démarré des tests de germination le 6 Février. Aujourd’hui 11 Février, tout germe, excepté le millet.

Pour les apparitions de germe les plus tardives, il aura fallut cinq jours. Le blé dur et le maïs ont été les derniers à montrer des débuts de germes, le sarrasin a été le premier.

Pour le millet, sur le paquet est indiqué « millet décortiqué », alors ça aurait dut être bon, mais non. Le grain, qui est jaune, fait comme des minuscules billes, mais avec comme une échancrure. Ça m’avait surpris, mais je ne sais pas si c’est la forme normale de ce grain ou pas, comme je ne le connais pas. Peut‑être que cette échancrure est la trace du germe qui ne résiste pas au décorticage ou peut‑être que ces grains sont issus d’un millet hybride qui ne germe pas, je ne sais pas.

Pour les gens qui voudraient essayer aussi, il faut savoir que la germination n’implique pas que ça fera du grain. Seules les espèces sont connues, pas les variétés, et avec certaines céréales, il existe des variétés qui ont besoin d’un épisode froid (entre 2 et 6 ℃ environ) plus ou moins long, pour faire des graines. Ces variétés sont semées normalement vers Octobre ou Novembre (plus tôt pour le seigle). Dans ce cas, là récolte se fait au printemps de l’année suivante.

Si ça pousse et que ça ne fait pas de grain, c’est une variété d’hiver, et il faudra retenter à la fin de l’année. Et même là encore, il faudra voir si ça résiste au gel d’une région donnée.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Mar 11 Fév 2020 14:15
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Ci‑après, une liste avec topos, des variétés qui seront testées cette année 2020, en dehors des espèces sauvages (ex. mauve, alliaire, etc), des espèces à variété unique (ex. coriandre, carvi, etc) et des espèces de variétés inconnues (ex. engrain, lentille, etc) parce que achetées dans des rayons alimentaires bios :

Ail Edenrose, genre de Rose de Lautrec : en 2019, c’est la variété Rose de Lautrec qui avait été cultivée. Je n’ai pas retrouvé cette variété, mais la variété Edenrose semble être similaire. Rose de Lautrec est une appelation, Edenrose est une variété, qui se trouve parfois être celle des ails d’appellation Rose de Lautrec.

Basilic Genovese : variété déjà cultivée en 2018, et que j’avais trouvé assez aromatique et se conservant bien en saumure, quasiment à l’identique à la saveur et à l’arôme. Tout allant bien, il n’y a aucune de raison de changer de variété.

Betterave Crapaudine : variété déjà cultivée en 2018, que j’avais trouvé bonne et qui avait assez bien donné dans un sol limoneux. En 2019, j’avais testé la variété Cylindra, dont j’espérais qu’elle puisse se cuisiner avec la peau. Des tests m’ont fait comprendre que même avec une betterave à peau plus fine que celle de la Crapaudine qui est épaisse et ridée, l’épluchure de betterave n’est pas digeste, elle est toujours laxative. Comme le goût de la Crapaudine me semblait quelque part meilleur (de mémoire) et qu’elle poussait mieux, 2020 verra le retour de la Crapaudine.

Carotte Katrin : elle est proche de la variété Chantenay, sa racine est juste plus courte et son goût réputé encore meilleure. En 2018, c’est la Chantenay à Cœur Rouge qui avait été cultivée ; elle était bonne et avait bien poussé dans un sol limoneux. En 2019, c’est encore celle‑ci avec une variété proche, la Chantenay à Cœur Rouge 2 (le chiffre fait partie du nom de la variété), qui avaient été cultivées. Malheureusement, un semis trop profond et trop précoce, ont fait que la récolte avait été faible. J’ai tout de même put constater que la Chantenay à Cœur Rouge 2 est plus conique que la Chantenay à Cœur Rouge. Leur seul défaut, était dans la longueur de leur racine, trop longue pour un sol compacte : il était courant qu’une carotte casse pendant la récolte. Cette année, la Katrin sera testée, pour voir si la racine plus courte facilite la récolte et pour voir si elle est au moins aussi bonne et pousse aussi bien que la Chantenay. La Katrin est décrite comme une variété Chantenay de Tchécoslovaquie.

Céleri rave Mars : à défaut d’avoir put trouver la variété Ortho, qui était la variété que j’aurais déjà aimé cultiver en 2018 et 2019. Mars est une variété qui visuellement y ressemble, d’où ce choix. Les variétés Mars et Ortho ont un port droit, qui devrait faciliter la culture en limitant les risques de maladies favorisées par la verse. La variété Ortho contient un colorant nommé anthocyane, qu’on retrouve aussi dans le betterave rouge, dont j’ignore l’effet sur la couleur de la rave crue ou cuisinée. La variété Mars ne contient pas ce colorant. La rave de la variété Mars peu tendance à creuser (affirmation d’un maraîcher), je ne sais pas ce qu’il en est pour la variété Ortho. Le céleri rave est difficile à cultiver, les récoltes de 2018 et 2019 n’ont laissé que de petites raves. Cette année, les céleris seront pour une partie repiqués après en avoir coupé le bout de la racine, une méthode qui me semble étrange, mais qui revient dans plusieurs conseils et que je vais donc tester cette année. La ligne de céleri recevra aussi des amendements au cours de l’année, sous forme de végétaux verts hachés.

Chou fleur : cette culture ne sera pas retentée cette année, mais le sera peut‑être à nouveau en 2021. En 2019, je n’avais put en récolter que des feuilles. Cette culture me semble difficile, mais me semble intéressante quand‑même, je ne l’exclue donc pas définitivement.

Chou rave Blaril : c’est la variété que j’aurais aimé cultiver en 2019, mais je n’en avais pas trouvé de graines. La variété cultivée en 2019 était Blanc de Vienne, elle avait raisonnablement bien poussé malgré des conditions difficiles, mais avait été victime des limaces. Cette année, les limaces seront appâtées sous des demi‑rondins de bois humides, pour être ramassées et se voir offrir un dépaysement très long séjour assez loin de là.

Échalote : cette culture ne sera pas retentée cette année, l’oignon me semble plus intéressant. Je crois préférable de donner plus de place à l’oignon, même si c’est au prix de ne plus cultiver d’échalote. Aussi, l’oignon se cultive à partir de graines, l’échalote à partir de bulbes, et les graines sont plus faciles à conserver et à stocker sur de longues durées, que les bulbes.

Haricot Saxa : la même variété qu’en 2019, qui sera cultivée cette année 2020, à partir de graines de haricots que j’avais laissé arriver à maturité complète en 2019. Ces haricots étaient bons frais, ils sont bons conservés en saumure aussi, les grains n’ont été attaqués par aucune bruche ; tout allant bien, il n’y a aucune raison de changer de variété.

Navet Goldona, dérivé de Boule d’Or : c’est la première année que du navet sera cultivé. Si je ne me trompe pas, le navet est plus doux que le rutabaga. De mémoire, un des deux n’est pas très agréable, mais le navet et le rutabaga étant souvent confondus, je ne suis pas sûr de savoir lequel des deux ; j’espère ne pas me tromper en me souvenant que c’est le rutabaga qui n’est pas très bon et que c’est le navet qui est bon. Ce navet est de couleur jaune. Je l’ai choisi pour sa couleur, parce que ne pas avoir toujours les mêmes couleurs dans l’assiette, ça participe à égayer un peu.

Oignon Keravel, genre de Roscoff : c’est une variété dérivée de la variété originelle de Roscoff. En 2019, c’est la variété Stuttgart qui avait été cultivée, mais comme les carottes, les oignons avaient été semés trop profond, de plus, dans un sol sujet à la battance qui avait formé une croûte dure empêchant une bonne levée. La variété Stuttgart avait été choisie pour sa bonne capacité de conservation. Il semble que Roscoff et Keravel ont aussi cette réputation de bien se conserver. Il se dit que Keravel et Roscoff sont meilleures au goût que Stuttgart. Comme je ne trouve pas de variété Roscoff à proprement parler (c’est une appellation), c’est la variété Keravel qui sera testée.

Panais Tender and True : c’est la variété que j’aurais aimé cultiver en 2018 et 2019, mais je n’en avais pas trouvé de graines. Cette année, j’en ai trouvé et c’est donc cette variété qui sera enfin testée. L’espoir et qu’elle ait moins tendance à devenir ligneuse au cœur que la variété cultivée en 2018 et 2019 : la variété De Guernesey.

Poireau Bleu d’Hiver ®, alias Ténor : peu de récolte l’année dernière avec les variétés Saint Victor et Bleu de Solaise, pour les même raisons qu’avec la carotte et l’oignon. Comme il me reste encore un peu de graines des deux, en tout, trois variétés seront testées cette année. La variété Bleu d’Hiver ® semble faire un plus long fût que la variété Bleu de Solaise, et lui ressembler sur les autres points : résistance au froid et couleur. La variété Bleu d’Hiver ® est réputée plus résistante à certaines maladies, dont la rouille, que la variété Bleu de Solaise. La variété Bleu d’Hiver ® est en fait la variété Ténor ; le premier nom est une marque déposée, le second est le nom de la variété derrière cette marque déposée.

Pois Hurst Green Shaft : en 2019, c’est la variété d’Annonay qui avait été cultivée, elle poussait bien, était bonne, mais a été trop attaquée par la bruche du pois. Cette année, une nouvelle variété est testée, pour voir si elle attire moins la bruche. Cette variété a remportée deux prix de maraîchage en Grande‑Bretagne, une fois en 1993 et une seconde fois en 2005.

Pois mangetout Shiraz : c’est la première année que des pois mangetout seront cultivés. J’ai choisi cette variété parce que je la trouve jolie, ça égayera un peu le jardin, et elle est réputée bonne au goût. J’ignore encore si les bruches du pois s’attaquent aussi aux pois mangetout ; le cours de l’année le dira.

Pomme de terre : voir message suivant.

Salsifis Mamouth ou Sandwich Island : variété déjà cultivée en 2019, qui avait bien poussé malgré un sol très caillouteux. Cette variété semble d’ailleurs la seule disponible. Le nom de variété Sandwich Island est un synonyme du nom de variété Mamouth, j’ignore lequel est l’original. Pour comparaison, cette année je testerai la culture du salsifis des près, la variété sauvage du salsifis, dont j’avais récolté des graines l’année dernière.

Scorsonère Hoffmanns Schwarze : en 2019, c’est la variété Géante de Russie qui avait été cultivée, la seule disponible en graines de grande distribution. Elle n’avait presque pas levé, alors que le salsifis semé sur l’autre moitié de la ligne, dans exactement les mêmes conditions, avait bien poussé, et que le salsifis et la scorsonère, sont deux espèces proches l’une de l’autre. La variété Hoffmanns Schwarze sera testée pour voir si elle lève mieux.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 18267
Jeu 13 Fév 2020 13:37
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Essentiellement cinq variétés de pomme de terre seront cultivées cette année ; en fait une sixième, marginalement, pour la pollinisation, dans l’espoir de faire des graines.

Pomme de terre Blue Belle. Blanche ornée de tâches violettes, à chaire jaune claire. Les motifs violets résistent à la cuisson. Tubercules plutôt allongés, souvent gros. Goût réputé. Rendement faible. Bonne conservation. Moyennement résistante aux maladies. Tous ces points sont d’après les descriptions et seront vérifiés. Groupe culinaire B. Voir aussi : Bule Belle (plantdepommedeterre.org) et Blue Belle (germicopa.com).

Pomme de terre Cheyenne. Rouge à chaire jaune. Tubercules légèrement irréguliers. Ferme. Goût appétissant cuite sautée. Bon rendement. Pas trop sensible aux maladies. Bonne conservation si tubercules matures, même à 16 ℃ , il faut juste penser à égermer de temps en temps. Ces points sont d’après mon expérience de l’année dernière. Je l’ai trouvé tellement bonne que c’est à cause de cette variété que je me suis rué sur les pommes de terre tous les jours sans même en garder pour plus tard. Cette variété étant bien bonne, elle est reconduite indéfiniment. Groupe culinaire A. Voir aussi : Cheyenne (plantdepommedeterre.org).

Pomme de terre Kerpondy. Jaune à chaire jaune. Gros tubercules peu allongés. Bonne conservation. Bon rendement. Assez résistante aux maladies. Ces points sont d’après les descriptions et seront vérifiés. Goût appétissant, d’autant plus si elle est cultivée en altitude et ce, dès les moyennes altitudes, ex. 500 à 550 m. Ces derniers point ont été vérifiés, mais pas par moi‑même. On m’a conseillé cette variété, raison pour laquelle je vais la tester. Je ne sais pas encore si son goût sera bon à mon altitude faible, d’environ 180 m. Groupe culinaire B. Voir aussi : Kerpondy (plantdepommedeterre.org)

Pomme de terre Laurette. Jaune à chaire jaune. Tubercules allongés. Bon rendement. Résistante à la sécheresse. Peu résistante aux maladies. Groupe culinaire A. Voir aussi : Laurette (plantdepommedeterre.org).

Pomme de terre Stemster. Rose à chaire jaune claire. Très résistante à la sécheresse. Résistante au mildiou. Groupe culinaire B. Voir aussi : Stemster (plantdepommedeterre.org) et Stemster (germicopa.com).

Elles sont été choisies pour leurs aspects différents l’une de l’autre, leurs physiologies assez variés, et pour ne pas être excessivement sensibles aux maladies. Les goûts sont difficiles à évaluer d’après des descriptions de catalogue, l’expérience dira ce qu’il en est.

La variété Blue Belle et la variété Kerpondy, produisent fréquemment des fruits, ce qui est intéressant pour tenter de faire des graines de pomme de terre.

La variété Monalisa de l’année dernière, 2019, n’est pas retenue, bien qu’elle sera cultivée un petit peu. Elle n’est pas retenue parce que son goût était trop moyen et sa tenue à la cuisson, décevante, malgré son groupe culinaire A‑B. Mais elle sera cultivée un petit peu, parce que deux pieds avaient fait un fruit chacun, et que j’essaie de faire des graines. En cultiver un petit peu, ajoutera une sixième variété disponible pour la pollinisation, la pollinisation des pommes de terre étant difficile.

La variété Bintje, cultivée en 2018, avait bon goût, de mémoire, mais était bien trop sensible au mildiou. Elle est abandonnée définitivement et n’avait pas été cultivée en 2019.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron