Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Plantes sauvages comestibles
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Dim 27 Oct 2019 19:35
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Dans l’eau du riz avant ébullition, j’ai mis à cuire hachée en fine lamelles, 50 g de feuilles de chicorée et 20 g de feuilles de moutarde noire, environ. Au moment de l’ébullition, j’ai senti une odeur m’évoquant légèrement un champignon.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mar 29 Oct 2019 09:48
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Le galinsoga, habituellement glabre, est parfois nettement velu.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mar 29 Oct 2019 12:10
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Complément au précédent message.

Ce sont les tiges ligneuses qui sont velues, ça dépend donc du stade de la plante.

Pour note importante, il est préférable de récolter le galinsoga quand il est en fleurs, pour éviter les risques de confusion grave. La forme de ses feuilles est assez proche de celle de la morelle noire, souvent mortelle. La morelle noire à des feuilles d’un vert plus sombre, mais ce n’est pas assez fiable pour ne pas se tromper, surtout si les perceptions des nuances de verts varient selon les gens. Leurs fleurs sont au contraire impossible à confondre, celles de la morelle noire ressemblent à des petites fleurs de tomate ou de pomme de terre, ses fruits sont verts puis noirs. Les fleurs du galinsoga ressemble à des minuscules pâquerettes auxquelles il manqueraient aussi des pétales ou dont les pétales seraient trop courte en proportion (*).

Il faut y faire attention, comme la morelle noire et le galinsoga peuvent pousser ensemble, mélangés.

Quand les pieds de galinsoga sont petits, leurs feuilles sont souvent plus lancéolées que quand les pieds sont grandes. Quand le galinsoga n’est pas en fleurs, il y a alors un risque de confusion avec la mercuriale, toxique. Les inflorescence de la mercuriale sont vert‑pâle à blanchâtres, sont regroupées en grappes denses, voir en sorte d’épis hirsutes.

Idem, la mercuriale pousse parfois avec le galinsoga, les deux mêlés, et ont peut même trouver les trois ensemble, galinsoga, mercuriale et morelle noire, sur la même place.

Le galinsoga est une astéracée provenant d’Amérique du sud et acclimatée en france. Ses feuilles ressemblent d’ailleurs aussi un peu à celles du topinambour, en plus petites (le topinambour est aussi une astéracée). Elle est considérée comme une mauvaise herbe envahissante par beaucoup de jardiniers ; je vais de mon côté tenté d’en cultiver l’année prochaine.

Récolter le galinsoga quand il est en fleurs, permet aussi d’en récolter des graines. Les fleurs ne sont pas toutes au même stade de maturité. Sur un pied avec des fleurs, il peut déjà y avoir des graines issues de fleurs précédentes. Il faut secouer de haut en bas le pied, la tête en bas, au dessus d’un grand récipient, pour en récupérer les petites graines sombres, plutôt coniques, coiffées d’une couronne de soies blanches courtes (en proportion). Il faut observer les graines à la loupe, elles sont assez petites.


(*) Selon l’espèce exacte. Il en existe au moins trois : le galinsoga ciliata, parviflora et le quadriradiata. Le galinsoga parviflora est aussi appelé galinsoga à petites fleurs, mais tous les galinsoga ont des petites fleurs.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mar 29 Oct 2019 12:19
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Dans une récolte de galinsoga, on peut compter environ 41 % (pourcentage de poids) de parties propres à être cuisinées, qui sont les feuilles, les inflorescences et les pétioles quand ils sont tendres (ceux des feuilles et des fleurs). Nettoyer avec plus d’attention les pieds qui sont velus, ce sont les plus ligneux, jusqu’aux pétioles des feuilles et des fleurs.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mer 30 Oct 2019 08:14
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Hibou a écrit : 
Au toucher, les chénopode bon‑Henry se distingue nettement du chénopode blanc, les feuilles du bon‑Henry laisse une sensation caoutchouteuse. La forme des feuilles est différente aussi, mais assez proche pour les confondre en passant vite ; les feuilles du bon‑Henry ont des dent très prononcées, en petit nombre, et avec un inter‑dent bien rond profond. La floraison verte des deux est d’aspect similaire, peut‑être juste plus matte pour le bon‑Henry.

Le bon‑Henry est nettement moins répandu que le chénopode blanc, au moins dans ma région. Je tenterai de le mettre en culture si j’arrive à en récupérer des graines en cette période tardive.

Ce que j’avais pris pour du bon‑Henri, est en fait une arroche (même famille) dont je ne parviens pas à identifier l’espèce exacte. Contrairement au chénopode blanc et à certaines arroches aussi d’ailleurs, cette arroche a une floraison violacée bien qu’elle commence verte, ce qui est aussi le cas avec le bon‑Henri. Les feuilles du bon‑Henri sont nettement plus grandes que celles de cette arroche.

Les arroches, comme les chénopodes, sont des amarantacées, et aucune amarantacée n’est toxique.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mer 30 Oct 2019 08:18
Message Re: Plantes sauvages comestibles
J’ai re‑testé le galinsoga que je n’avais pas testé depuis deux ans.

Certains témoignages lui prêtent un goût de topinambour ou d’artichaut. Je ne lui trouve personnellement qu’un arôme de topinambour pendant la cuisson. Je ne saurais pas définir le goût (*), mais globalement la sensation laissé par le galinsoga est agréable. La texture de la feuille cuite est nettement fondante, ce qui est exceptionnel pour la feuille d’une astéracée.

Rappel : ne récolter le galinsoga dans la nature, que quand il est fleurs, le risque de confusion avec la mercuriale étant trop important autrement. Il faudrait encore appliquer cette règle même avec du galinsoga cultivé. S’assurer encore après que de la mercuriale n’a pas été récoltée accidentellement en même temps.


(*) Si c’est un goût d’artichaut, je ne saurais pas le reconnaître.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mer 30 Oct 2019 08:31
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Comme j’ai insisté sur la mercuriale, voir cette page pour plus de détails : Mercuriale (toxiplante.fr). Il est précisé qu’elle est faiblement toxique et qu’elle intoxique rarement les humains comme elle a un goût désagréable. Malgré tout, mieux vaut éviter le risque. Voyez sur les photos comme sa fleur est impossible à confondre avec celle du galinsoga, d’où l’utilité de récolter le galinsoga en fleurs, seulement.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mer 30 Oct 2019 23:29
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Si les coings à maturité sont bien jaunes, alors j’ai trouvé une variété de cognassier arrivant sans problème à maturité dans ma région. Ses fruuits sont plus petits que ceux trouvés l’année dernière, mais bien jaunes en cet fin‑Octobre, alors que ceux de l’année dernière, même si plus gros, étaient toujours plutôt verts à la même période.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mer 30 Oct 2019 23:32
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Attention, les coquille de noix cassées, peuvent être coupantes !

Quand un bout de cerneaux reste pris dans un morceau de coquille, j’ai l’habitude de casser le morceau de coquille à la main en le tordant, pour libérer le bout de cerneau. Aujourd’hui je me suis coupé (pas gravement) comme ça.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 17720
Mer 30 Oct 2019 23:34
Message Re: Plantes sauvages comestibles
Il faut environ 940 g de feuille de chicoré sauvage, pour avoir 400 g de limbe sans le rachis : le poids de limbe représente environ 42 % du poids total de feuille.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron