Hello!

Inspiré(e) de prendre part à la discussion ? Ou de poser une question ou demander de l’aide ?

Alors bienvenues dans les grands sujets des forums de La Bulle : m’inscrire.

Cette partie du forum n’est pas compatible avec les bloqueurs publicitaires

Félicitations à vous, de préférer les accès payants plutôt que la gratuité par la publicité, c’est honnorable et cohérent de votre part. Malheureusement, l’accès payant par micropaiement (qui serait d’environ 1 cent pour 20 pages consultées) n’est pour l’instant pas encore mis en place, et l’accès gratuit sans publicité, est réservé aux membres actif(ve)s du forum. En attendant, si vous souhaitez poursuivre votre visite chez nous, vous pouvez ajouter le site à votre liste blanche, ou encore mieux, désactiver le bloqueur partout. Pour ajouter le site à votre liste blanche, pour Firefox (similaire pour les autres navigateurs), rendez‑vous en bas à gauche de la fenêtre de votre navigateur, et cliquez sur le menu comme dans l’exemple de l’image ci‑dessous, puis rechargez la page, en appuyant sur F5.

Jardinage : supports de culture et cultures
Auteur Message
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Lun 26 Avr 2021 19:36
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
Hibou a écrit : 
[…]

Les dents sont un peu plus écartées vers la pointe qu’à leur jonction, j’ignore la raison de ce détail, mais je fais confiance, il y a peut‑être une raison pratique.

[…]

Un peu en dessous de la jonction, la largeur est de 195 mm, un peu au dessus des pointes, la largeur est de 210 mm.

J’en ai compris la raison hier et elle a été implicitement confirmée aujourd’hui.

Cette disposition empêche les pierres de se coincer entre les dents. Avec les précédentes, de temps en temps, environ une à trois fois par jour, une pierre se coinçait entre deux dents et y restait enserrée ; souvent il fallait jusqu’à taper avec un gros morceau de bois pour l’en déloger. Hier, une pierre est restée temporairement prise entre deux dents mais en est tombé aussitôt la fourche retirée du sol. Aujourd’hui, rien. C’est l’utilité de cet espacement qui augmente vers les pointes : ça permet aux pierres de ne pas être coincées dans la fourche ou de s’en retirer toutes‑seules.

Question solidité, rien à redire. Elle a été mise à l’épreuve, plus encore que celle de Polet. Aujourd’hui, un fait sans conséquence a été révélateur. Alors que je pensais faire levier pour dégager un amas de rhizomes de roseau, j’ai fini par découvrir qu’une dent s’était planté dans un bout d’une racine d’arbre d’environ 5 cm de diamètre (coupée l’année dernière, mais pas assez). C’est en voyant la racine sortir du sol que l’ai remarqué et en retirant la fourche du sol, j’ai put voir qu’une dent s’y était planté. Pas la moindre déformation, les pointes des dents sont toujours parfaitement alignées et aucune mauvaise réaction du manche.

Ce n’est pas que cet événement, j’y suis allé franchement pour chercher la terre en profondeur et pas de déformation du collet, alors que c’est dans les mêmes conditions que le collet de la Polet avait commencé à lentement se tordre (avant de finir par casser quelques jours plus tard).

On est plus à l’aise quand on a pas à s’inquiéter d’un risque de déformation ou de casse.

C’est le modèle qu’il aurait fallut depuis le début, mais ce n’était pas possible de le savoir avant de le savoir.

Note : Leborgne fait un modèle proche de celui que j’ai indiqué, mais avec une fourche en inox au lieu de en fer trempé. Il faut la prendre en fer trempé, plus résilient que l’inox pour ce qui est des contraintes mécaniques.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mar 27 Avr 2021 18:27
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
À moins que ce ne soit sur une petite surface permettant des arrosages copieux, pour les graines dont la taille fait qu’elles ne doivent pas être enfouies profondément, la date de semis la plus tardive devrait être mi‑Avril, pas fin‑Avril.

Dans les 20 premiers jours du mois, avec un arrosage fait de 17h à 18h, le sol gardait des signes d’humidité jusqu’au lendemain vers 14h environ. Depuis après la mi‑Avril, avec le même arrosage, le sol est déjà sec en surface le lendemain à 10h au moins et peut‑être avant.

C’est un problème pour les semis en surface ou à faible profondeur, c’est moins un problème pour les graines enfouies.

Les centaurée semées fin‑Mars, pas loin de début‑Avril, avaient levée en une semaine. Les cosmos semées le 18 Avril, ne lèvent toujours pas après presque 10 jours, avec pourtant environ les mêmes arrosages. Les autres petites graines semées le même jours, sont dans le même cas.

Les tournesols semés en même temps que les cosmos, ont levée depuis hier et annonçaient leur levée prochaine depuis trois jours au moins.

La différence entre les deux, est que les graines de tournesol sont enfouies, pas les graines de cosmos qui sont juste recouvertes.

En principe, c’est plus l’évaporation que le température ou la date, qui est importante. Disons que ce seuil d’évaporation limite a été franchi cette année, peu après mi‑Avril. Il faudrait pouvoir mesurer l’évaporation.

Il peut y avoir des exceptions, comme l’amarante, qui a besoin d’une température assez élevée pour germer, de 18 à 25 ℃, qui pourtant ne peut que être semée en surface, vu ses graines minuscules.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mar 27 Avr 2021 19:02
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
Il serait intéressant de tester les haricots en espacement régulier en ligne plutôt qu’en poquets, pour voir si ça fait une différence, si le poquet est seulement une tradition ou a une justification.

[…]

En poquets, la densité utilisée jusque maintenant était de 6 grains par poquets espacées de 28 cm, les lignes étant espacées de 30 cm. L’espacement entre les lignes seraient toujours de 30 cm, mais au lieu de poquets, la ligne comporterait un grain tous les 4 à 5 cm, disons 4 cm pour compenser les éventuels cas de non‑germination.

Le test n’est pas pas exactement comme annoncé.

D’abord, un grain tous les les 4 cm, c’est perceptiblement trop dense. Entre temps, c’est l’espacement de 5 cm qui avait été choisit à la place.

Dans l’idéal, après avoir creusé le sillon, il faudrait former au fond par pressage, avec le côté d’une planchette par exemple, une gorge de 3 cm de profondeur, y mettre les grains un par un et combler la gorge. Mais ça n’est possible qu’avec une terre dont la texture convient, ça ne peut pas se faire avec une terre motteuse ou caillouteuse.

La terre étant encore top caillouteuse sur la bande, les grains ont été enfoncés un par un à un peu moins de 4 cm de profondeur. Mais c’est bien trop long et fatiguant pour le dos. Une variété a quand‑même été semée de cette manière.

Pour les autres variétés, le semis a été finalement fait en poquets, mais plus petits et plus rapprochés qu’auparavant : un poquet de 3 grains tous les 15 cm, au lieu de un poquet de 6 grains tous les 28 cm comme l’année dernière et au lieu de 1 grain tous les 5 cm comme initialement prévu. Pour une terre trop caillouteuse ou trop motteuse, ça devrait être une bonne approximation d’un semis en espacement régulier en ligne.

La variété semée en espacement régulier a été trop enfouie. Les grains ont dut se retrouver à une profondeur de 4 à 5 cm après un comblement du fond du sillon. Ce sera un test imprévu, qui dira s’il y aura quand‑même une levée à cette profondeur.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mar 27 Avr 2021 19:09
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
[…]

Il peut y avoir des exceptions, comme l’amarante, qui a besoin d’une température assez élevée pour germer, de 18 à 25 ℃, et elle ne peut que être semée en surface, vu ses graines minuscules.

Seul un petit carré d’amarante sera arrosé. Le test d’une grande surface d’amarante, prévu pour cette année, sera sans arrosage, comme avec les céréales. Ça fait peur rien que d’y penser, mais il faut être raisonnable, si ça a besoin d’être arrosé, ce n’est pas la peine d’espérer la cultiver sur une grande surface comme une céréale.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mar 27 Avr 2021 19:13
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Une griffe à trois dents, a une largeur convenable pour gratter le fond d’un sillon profond fait au rayonneur.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mar 27 Avr 2021 21:17
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
[…]
Seul un petit carré d’amarante sera arrosée. Le test d’une grande surface d’amarante, prévu pour cette année, sera sans arrosage, comme avec les céréales. Ça fait peur rien que d’y penser, mais il faut être raisonnable, si ça a besoin d’être arrosé, ce n’est pas la peine d’espérer la cultiver sur une grande surface comme une céréale.

Le tournesol, lui, est arrosé, même si normalement il doit pouvoir être cultivé sans arrosage, comme le prouve l’agriculture. S’il est arrosé cette année, c’est par sécurité, pour s’assurer d’avoir des graines entières à semer l’année prochaine. L’année prochaine il sera testé en deux bandes, une avec arrosage et une sans arrosage, pour comparer.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mer 28 Avr 2021 13:54
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
À moins que ce ne soit sur une petite surface permettant des arrosages copieux, pour les graines dont la taille fait qu’elles ne doivent pas être enfouies profondément, la date de semis la plus tardive devrait être mi‑Avril, pas fin‑Avril.

Dans les 20 premiers jours du mois, avec un arrosage fait de 17h à 18h, le sol gardait des signes d’humidité jusqu’au lendemain vers 14h environ. Depuis après la mi‑Avril, avec le même arrosage, le sol est déjà sec en surface le lendemain à 10h au moins et peut‑être avant.

C’est un problème pour les semis en surface ou à faible profondeur, c’est moins un problème pour les graines enfouies.

[…]

Surtout que ce mois d’Avril aura été clément, comparé à ceux des précédentes années, avec lesquels le dessèchement du sol commençait à être rapide dès le début du mois ou même fin‑Mars.

L’arrosage est ancré au point de faire partie des habitudes. Pourtant et même si l’idée n’est pas rassurante, il faut faire en sorte de s’en passer et il est assez certain que ça doit assez souvent être possible, quitte à choisir les espèces à cette fin.

Sans entrer ni dans les détails ni les solutions éventuelles, à moins qu’il ne s’agisse que de petites surfaces (quelques mètres carrés ou dizaines de mètres carrés), l’arrosage pose plusieurs problèmes :

  • Il est dérisoire comparé à une vraie pluie.
  • Il n’est pas ou difficilement envisageable sur de grandes surfaces et les grandes surfaces sont incontournables pour de vraies récoltes.
  • Même sur des « grandes surfaces » qui ne sont pas très grandes, il devient épuisant et souvent pour une efficacité décevante, comme il ne remplace pas des vraies pluies.
  • L’approvisionnement en eau n’est pas possible partout.
  • Même quand un approvisionnement en eau existe, il peut être épisodiquement rationné.
  • Il est difficile à intégrer dans les suivis.

Sur des petites surfaces, c’est différent. D’ailleurs, l’usage du vocabulaire distingue les deux : on parle d’arrosage, typiquement pour de petites surfaces, tandis que pour de grandes surfaces, on parle plutôt d’irrigation.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Mer 28 Avr 2021 20:29
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
Non, le lilas n’est pas un indicateur fiable des cumuls de températures. Des lilas se préparent à fleurir, environ à partir de la même période que l’année dernière, alors qu’il fait nettement plus frais cette année, au moins 10 à 12 ℃ de moins.

Ce qui fait fleurir le lilas, n’est apparemment pas le cumul des températures, dont il n’est donc pas un bon indicateur.

L’ail des ours et l’arum, semblent au contraire être de raisonnablement bons indicateurs des cumuls de températures. Voir ce message : Re: Plantes sauvages comestibles.

Mais le cumul des températures passées sur plusieurs jours ou semaines, ne fait pas tout ; pour décider d’une plantation ou d’un semis, il faut aussi avoir une idée du climat à venir et aucune plante ne sait le faire et ne peut donc en être un indicateur. Les prévisions météos ne sont assez fiables qu’à 24 ou 48h à l’avance ou moyennement fiables sur quelques jours à l’avance ; ce qui est quand‑même déjà bien et aide beaucoup.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Jeu 29 Avr 2021 08:28
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Hibou a écrit : 
[…]

Les pousses de pommier sont plus nombreuses que les pousses de poirier. Les pousses de pommier ont une tige rouge, de même que l’ébauche de leurs deux premières vraies feuilles, bien que les deux feuilles initiales issues des cotylédons, soient vertes. Les premières ébauches de vraies feuilles passent ensuite à l’orange ou plutôt jaune‑orangé, avant de commencer à verdir à partir de la bordure de la pointe.

[…]

Les feuilles initiales des pommiers sont bien devenues vertes, leur tige reste rouge. Sur les pousses de poiriers, un ton rosé est apparu et une tige est autant rouge qu’avec les pousses de pommiers. La tige de quelques pousses de pommier n’est que partiellement rouge.

Ce ton rouge de la tige n’est pas spécifique au pommier mais il leur est bien plus typique. Ce sont peut‑être les composés en préparation pour la future écorce. Sous l’écorce des tronc et des racines des arbres, se trouve souvent une teinte rouge similaire.

Sur 30 pépins de la variété de pomme inconnue, 25 ont fait des pousses. Sur les 30 pépins de poire Williams, 7 ont fait des pousses. La levée des poires n’a pas évolué depuis le 1 Avril, celle des pommes s’était encore poursuivi.

La levée est nettement meilleure et plus étalée que pour les poire.

Rien ne dit que ces observations soient généralisables aux pommiers et aux poiriers en général ; peut‑être qu’avec une autre variété de pomme et de poire, ça aurait été différent.

Les poiriers et les pommiers sont les seuls levées d’arbres pour le moment. D’après le premier test de semis d’arbres en 2018, ça peut attendre jusque mi‑Juin (de l’année suivante) pour certaines espèces.

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
  • Genre : Télétubbie
  • Messages : 19850
Jeu 29 Avr 2021 18:51
Message Re: Jardinage : supports de culture et cultures
Les chevreuils aiment trop les feuilles de mûrier.

Un mûrier sans épine transplanté il y a quelque semaines, se portaient bien, avait ouvert de grandes feuilles, qui ont toutes disparues à l’exception de deux petites. À la place des grandes feuilles disparues, ne nouveaux bourgeons de feuilles se sont formé, mais si les feuilles sont aussitôt mangées, il ne poussera jamais.

Là où il y a des passages de chevreuils, il faut effectivement penser à protéger certaines choses, mais pas nécessairement tout. Ce serait probablement la même chose avec des biches ou des certs. Ce sont leurs traces, qui les distinguent, celles des chevreuils sont plus petites.

Des poireaux et carottes transplantées comme porte‑graines sont en place depuis le même temps et n’ont pas été touchés. Mais il y a inévitablement des traces de piétinement dans les sillons semés, même si la proportion de surface piétinée n’est pas dramatique ; ce piétinement, s’il reste toujours modéré, est moins un problème que les feuilles mangées.

D’une précédente expérience, je crois que les chevreuils mangent aussi un peu les feuilles des pommes de terre et dans une mesure qui ne peut pas être déterminée, les feuilles de fèves aussi. La cause n’était pas connu à ce moment là, il était crut que c’était un lapin. Il sera bientôt possible de savoir s’ils mangent les bettes et les pois. Les lamiacées aromatiques n’ont pas été touchées. Ils mangent donc certaines choses, mais pas d’autres.

L’idée précédemment émise de leur préparer quelque chose pour détourner leur attention de ce qu’il faudrait protéger, serait inefficace : il y a tout près, une grande quantité de petites pousses d’érable avec des feuilles vert‑tendre, bien visibles, et pourtant ils ont mangé les feuilles du mûrier alors qu’ils sont connus pour aimer les nouvelles feuilles d’érable.

Il y a au moins deux méthodes de protection. L’une est un modèle de cloture utilisée dans certaines zones de plantation d’arbre. Le modèle est simplement une cloture en bois avec une certaine hauteur minimale totale et une certaines hauteur maximale entre deux traverses horizontales. Je ne connais pas ces dimensions, je sais seulement qu’elles existent et sont fiables. Ça peut être une solution pour protéger une pépinière ou des mûriers ou des framboisiers. Il faut compter plus large que exactement la zone à protéger, comme ils tendraient inévitablement le cou pour grignoter ce qui serait trop près de la cloture.

Mais protéger une zone par une cloture ne peut que être long à préparer, surtout si ça doit être fait proprement. Une solution plus rapide mais posant deux problèmes, est de tenter de leur barrer l’accès.

Le premier problème qui se prose avec cette solution, est qu’un passage qu’ils empruntent peut leur être nécessaire pour fuir des chasseurs. Une solution pourrait être de laisser le passage libre en période de chasse, mais cela pose la question de connaitre ces périodes à l’avance.

Le second problème, est que ça ne peut fonctionner que s’ils n’insistent pas trop pour passer quand‑même, en se trouvant d’autres passages (il faut s’attendre à ce qu’ils en utilisent plusieurs, c’est ce que j’ai observé en tous cas).

Image
Hibou57

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots » [Platon]
Profil Site Internet
cron